Quel avenir pour la vérité à l’ère du numérique?

marketing de sens

Loin de moi l’idée de faire un débat éthique entourant la définition de la vérité, mais disons que depuis quelques temps, la question semble être sur toutes les lèvres. Un nouveau mot a même été inventé pour parler d’un synonyme de mensonge : les faits alternatifs. Évidemment, celui qui a rendu cette expression populaire, pensait plutôt à un synonyme de vérité. Comme quoi, si on ne s’entend pas sur la définition de la vérité, nous sommes dans un débat stérile où la vérité de l’un deviendra le fait alternatif de l’autre, ou le mensonge… en vérité plus facile à croire!

La chambre de l’écho : la vérité des uns au détriment des autres

Le phénomène de la chambre de l’écho a été noté et divulgué à plusieurs reprises, il y a déjà un moment d’ailleurs. J’ai déjà écrit un article à ce sujet (Le paradoxe de la personnalisation), et tout récemment, j’ai pu écouter un reportage à Radio-Canada avec Julie Payette dont le lien est disponible ici. En résumé, ce phénomène fait état de notre sens critique qui s’atrophie peu à peu, au fur et à mesure que nous confinons notre attention dans les médias sociaux gérés par des algorithmes mathématiques. Des méthodes de classement programmées pour nous présenter que des publications qui résonnent avec nos goûts, nos opinions et nos préférences anticipées. Nul besoin d’ajouter que nous ne confrontons guère les débats de cette façon, et tout le monde pense que la majorité pense…comme eux dans ces univers hermétiques et contrôlés. Imaginez cette médecine à moyen et long terme, et ne nous demandons pas pourquoi le manque de jugement gagne du terrain dans toutes les classes de la société, particulièrement parmi la jeunesse. Comment savoir ce qui est vrai de ce qui est faux lorsque chacun vit dans des faits alternatifs communs? Je crois savoir que cette notion est souvent nommée : perception!

Le point de bascule est arrivé : la seule vérité c’est l’équité!

Lire la suite

Un océan de confiance pour 2009!

logofinalsbUne autre année vient de s’envoler. Nous abordons déjà la dernière année d’une décennie qui a passé plus vite que l’éclair. Il me semble hier encore que la planète entière retenait son souffle pour le passage à l’an 2000. Année charnière qui allait faire naître le concept de la paranoïa numérique avec le fameux bug de l’an 2000. Même les plus sceptiques allaient reporter leur voyage afin d’éviter d’être en plein vol lors du passage au fameux 2-0-0-0. Dieu sait (nous aussi) que les informaticiens et les compagnies de TI ont fait leurs choux gras de cette panacée. Le pire c’est que nous ne saurons jamais si c’est 10 ou 50 ou 100% des efforts qui furent utiles et justifiés. Il faut faire confiance aux jugements des experts… Oups…un gros mot: Confiance! Trouvez-vous cela facile de faire confiance depuis un certain temps? Lire la suite

La confiance est partie au galop…

 

 

Et elle revient à pieds. Ces mots ont résonné fort dans ma tête quand j’ai entendu cet analyste des marchés financiers européens accorder une entrevue à Radio-Canada ce matin. Je ne peux rester indifférente à la crise financière qui prend des allures apocalyptiques avec une couverture média qui alimente la frénésie collective. J’ai passé plusieurs années de ma vie dans l’industrie bancaire à vanter le système bancaire canadien et je continue d’y croire. Mais quand le monde attrape la grippe, il est difficile de ne pas éternuer ici au Canada. Pour une rare fois de ma vie, je vois mes actions bancaires prendre une méchante chute et j’avoue que je suis tétanisée par la situation. La panique générale est en train de céder le pas à la raison et cela m’inquiète profondément. À l’heure des médias instantanés, pouvons-nous calmer les esprits SVP? Les politiciens sont les premiers à ne pas savoir quoi faire et quoi dire et ce, en pleines campagnes électorales canadienne et américaine. Lire la suite