Jour de la Terre : pour apprendre et surtout ne pas oublier, accès aux archives!

Voici un  blogue écrit il y a 3 ans. Je vous le présente quelque peu amélioré, mais toujours aussi pertinent au lendemain du jour de la Terre le 22 avril .

Je me souviens avoir vu un reportage à Découverte, il y a de cela plusieurs années qui m’avait vraiment interpellé et profondément marqué. C’est un reportage sur l’histoire reconstituée de l’Ile de Pâques. Cette histoire est fascinante, car elle démontre clairement à petite échelle, ce que nous sommes en train de faire subir à notre planète avec la surconsommation. Ainsi, tout comme dans l’histoire de l’Ile mystérieuse, il y aura un jour (espérons que non) un homme qui coupera le dernier arbre. Imaginez! L’idiot avec sa hache qui sait qu’il coupe le dernier arbre, comment a-t-il pu consciemment faire un tel geste?

 

Enfin, je me suis dit que tout le monde devrait voir ce reportage à propos de l’Ile de Pâques, car à mon avis c’est la meilleure façon d’expliquer comment l’être humain peut s’autodétruire avec son orgueil et son ambition. J’ai donc commencé à rechercher de l’information sur le site de Radio-Canada pour découvrir que les archives étaient vastes et fort intéressantes. Malheureusement, le reportage n’était pas disponible, car les droits d’auteur le protégeaient. J’ai commencé à faire des recherches partout sur le net et j’ai trouvé un extrait sur Youtube en anglais tiré de la BBC. Si vous comprenez l’anglais prenez le temps de l’écouter, cela vaut la peine. Lire la suite

Actes de bonté « surprises » : une Présence stimulée par la génération G!

Tel que promis, voici dans la série tendance une bonne idée à caractère de Présence. Avec la nouvelle génération G (pour générosité et non gourmandise) qui dictent le comportement des grandes entreprises, une façon tout à fait originale de surprendre les clients fait son apparition. Faciliter par les réseaux sociaux,  voilà donc une nouvelle tendance qui fait jaser: les actes de bonté « surprises ».

Imaginez que vous êtes au milieu de nulle part et que vous avez une panne d’essence? Vous sortez votre téléphone intelligent et comble de malheur, il n’y a pas de station-service à des kilomètres à la ronde. Vous fulminez d’avoir omis votre renouvellement de CAA. Vous envoyez un message sur votre mur de Facebook ou un « tweet » en guise de défoulement. Quelques minutes plus tard, voilà comme par magie, un samaritain du CAA ou de chez Shell sorti d’un nuage blanc avec un bidon d’essence pour vous sortir de votre mauvais pas.

Des entreprises qui s’humanisent avec la Présence

Les consommateurs recherchent plus que jamais la touche humaine et le sens des réalités parmi les marques, grandes ou petites. Comme le mentionne « Trendwatching », Lire la suite

Réseaux sociaux et la liberté de partager!

Vive les nouveaux médias pour faire vivre la démocratie. Je me demande encore comment nous vivions avant l’avènement des outils technologiques. Peut-être que la réponse est justement dans ces libertés qui sont continuellement  bafouées. J’ai mon webmestre qui est québécois d’origine et qui vit maintenant au Vietnam avec son épouse et sa nouvelle petite fille. Il contribue à faire tourner l’économie du Vietnam grâce à son travail dans le Web qui est par définition sans frontières.

Au fil du temps, il est aussi devenu mon ami, même si je ne l’ai jamais rencontré en personne. J’ai l’impression que nous partageons bien des secrets. Il est aussi dans mon Facebook, ce qui en dit long sur la considération que j’ai développée pour lui. Dernièrement, il me faisait remarquer que son pays d’adoption, le Vietnam, s’apprêtait à interdire l’accès à Facebook. Bon l’affaire est plus compliquée que cela, mais juste pour vous donner une idée de la situation, un article écrit en anglais, qui résume l’entrevue avec la porte-parole du ministre des affaires étrangères Nguyen Phuong Nga, est complètement incompréhensible même pour quelqu’un qui comprend la langue de Shakespeare. Pourquoi? Lire la suite

Un blogue sur le futur pour célébrer 10000 visites

Bientôt, il y aura 2 ans que je nourris ce blogue  pour partager mes découvertes et mes opinions avec vous sur l’univers des e-motions. Il y a aussi fort à parier que ce blogue me permettra de passer le cap des 10 000 visites et je dois dire que cela m’apparaissait bien peu probable en décembre 2007. Je me suis permise une brève rétrospective de tous les billets que j’ai écrits. Je rappelle que ce blogue n’est pas destiné à la communauté des érudits, mais bien à tous ceux et celles qui souhaitent s’abreuver des nouveautés et des trucs ou activités intéressantes sur le web. Je suis en quelque sorte une paire d’yeux qui veille pour vous avec une approche qui se veut accessible et amusante, mais surtout vivante…. Des réflexions branchées et des e-motions à l’état pur quoi!

Celui qui a eu le plus de succès, c’est le blogue sur le futur « Dites 2033! » et curieusement ce blogue traitera d’une prédiction que j’avais faite à ce moment là. Je parlais de l’infiniment petit et de la disparition éventuelle des écrans et par le fait même de l’apparition des hologrammes. J’avais d’ailleurs parlé de la première transmission par hologramme avec le blogue « Des élections américaines dignes de Star Trek ». Vous vous souviendrez également de mon traumatisme estival avec l’achat de mon portable … pas trop portable avec le billet « Si vous voyez des Saints dans la rue… ». Mais qu’ont en commun tous ces billets avec celui-ci?

Je vous répondrai par une question: devinez ce que peut bien être cet ensemble de crayons?

C'est quoi ces crayons? Lire la suite

Élections et Halloween : cynisme ou virus H1N1?

Sylvie BédardToute une fin de semaine à caractère social pour moi. Samedi soir, je me retrouve déguisée pour donner des bonbons aux enfants dans un quartier de St-Léonard et dimanche dans un bureau d’arrondissement pour faire des appels aux électeurs sympathisants.

Première égratignure sur mes souvenirs d’enfance : c’est maintenant l’Halloween qui cherche des enfants déguisés. Peut-être la température ou le quartier, mais je dois avouer que la quantité de bonbons que mes amies avaient achetée, était bien au-delà des besoins. Nous cherchions les enfants pour les attirer vers notre magnifique arrangement aux tons et aux couleurs de l’Halloween. Le plus surprenant, c’est que beaucoup d’enfants  parmi les braves qui ont osé sortir n’avaient même pas pris la peine de se déguiser. Une espèce de pensée magique qui dit : tant que nous avons un sac pour la récolte, c’est tout ce qui est nécessaire. Je ne sais pas pour vous, mais le plaisir est justement dans le déguisement non? Enfin, je dois vieillir, mais je pense encore savoir comment faire vivre une tradition. J’apprendrai que les médias faisaient des campagnes de peur avec le célèbre virus H1N1 (40 800 000 références dans Google), cela explique peut-être pourquoi il y a eu plus de fantômes que d’enfants. Surtout que le sucre abaisse le système immunitaire comme le Dr. Daniel Crisafi explique à Jean-Luc Mongrain.

Le lendemain, comme un soldat fidèle et au poste, j’accoure pour aider une amie qui a finalement manqué la mairie par 1000 voix. Des semaines de travail réduites à néant parce que trop d’électeurs ont choisi le silence pour fin de protestation. J’ai fait des appels et plusieurs personnes disaient ne pas vouloir voter. Pendant que les irakiens vont voter au périple de leur vie, les québécois et montréalais jugent que leur droit de vote ne vaut pas la peine. Nous avons élu un maire à Montréal avec moins de la moitié de la population. Nous avons eu tous les pires scandales de l’histoire de l’Hôtel de ville et les électeurs ont élu à nouveau le même homme. Je pense à tous ceux et celles dimanche qui m’ont dit : je n’ai pas le temps ou j’irai peut-être plus tard ou « çà ne m’intéresse pas?!?! » ou pire « je suis malade… imaginaire » et j’en rage. Encore la peur du virus ou quoi? Le virus du cynisme peut-être! Je ne parle de ceux qui disaient que nous venions de les appeler. Cette tactique de l’adversaire qui vise à écœurer l’électeur afin de détourner son vote semble fonctionner élection après élection. Tout un système existe le jour du scrutin et ce n’est pas propre, je vous le garanti. Ce sont des emplois qui sont en jeu et la guérilla du scrutin est féroce. 1000 voix c’est seulement 3 votes de plus par boîte de scrutin sur le territoire en question! Tout compte! Lire la suite

Flashmob version moderne!


Savez-vous ce qu’est un flashmob? Ou une foule éclair comme l’office de la langue française l’a traduit? Encore une « patente » d’Internet me direz-vous, mais je vous dirais plutôt encore un phénomène créé par les internautes eux-mêmes qui souhaitent mettre du piquant dans leur vie.

Définissons d’abord pour les néophytes, ce qu’est un flashmob. Je résumerais en disant simplement que c’est un rassemblement spontané en un lieu public qui dure peu de temps, mais qui procure un effet bœuf à chaque fois. Les internautes conviennent d’un lieu de rassemblement public, d’une heure précise et au moment choisi, ils font donc l’action convenue. Cela peut être une danse, une bataille d’oreillers, une version « freeze » du flashmob, mais l’objectif est de faire une action en synchronicité entre des internautes qui ne se connaissent pas et qui se dispersent immédiatement après le coup d’éclat. Le lipdub est une action collective concertée mais non anonyme qui veut durer dans le temps. Voir le lipdub de l’Hôpital Sacré-cœur qui a mobilisé ses employés pour séduire les éventuels employés.

Une vidéo vaut « mille images », voici un faux « flashmob » de danse organisé par des médias, mais qui illustre bien ce qu’est le principe.

Ce qui m’apparaît curieux, c’est qu’en ces moments de scandales de corruption au niveau municipal et  probablement au niveau provincial, le phénomène du « flash mob » ou de « bandit éclair » serait plus une tendance de dons… oups de fonds. Les « flashmob » seraient donc une pâle imitation d’une tactique inventée bien avant Internet.  Tous les ingrédients sont là : personne ne se connaît « officiellement », les rendez-vous sont planifiés en secret (souvent sur un terrain de golf ou en langage de golf) et une action douteuse est commise sans que quiconque en assume la paternité en se dispersant immédiatement après le fait… ni vu, ni connu!

Non vraiment, je vous répète la fameuse loi de la conversion de la matière d’Antoine Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne créé… tout se transforme » est tout à fait vrai!

Vivement la version moderne des flashmobs, car les vrais « flash mobs » ou les bandits éclairs nous empoisonnent la réputation et creusent nos déficits en échange de beaux grands trous dans nos routes.

Si vous souhaitez faire des flashmobs pour vous amuser abonnez-vous ici et comme le site semble le dire, les flashmobs c’est pour les internautes qui recherchent les défis.

Pour les autres « flash mobs » contactez www.vole-notre-argent.com qui est un autre genre de défi « marteau ».

Allez votez dimanche prochain… lisez mon blog « L’inaction démocratique! » des dernières élections provinciales pour vous en convaincre.

signaturesb

Mission « pas éthique » : 35 000 000 de larmes?

Fusée

La mission sociale poétique dans l’espace de Guy Laliberté est vraiment terminée. Le temps des bilans est maintenant approprié. Il faut toujours un peu de recul pour analyser les résultats de toute initiative et surtout lorsqu’elle est d’une telle ampleur. Dieu sait qu’il en a fait couler de l’encre et rouler bien des langues notre cher compatriote québécois. Pour notre ego national, Guy Laliberté et le Cirque du Soleil sont comme du supplément vitaminique. Une dose collective de torses bombés, hauts et fiers, qui regardent briller leur étoile dans le firmament. En ces temps chaotique, donnons lui le mérite d’avoir mis du piquant dans notre quotidien un peu terne et d’avoir fait tourner… l’économie!

J’ai toujours dit que l’argent, c’est la liberté. Toutefois, je ne savais pas à quel point, l’argent était vraiment synonyme de Laliberté. Si Richard Branson, Bill Gates ou Steve Jobs avaient pris un maigre 35 000 000 $ dans leur compte personnel au nom de leur plaisir individuel, nul n’aurait été surpris, pas même Richard Martineau ou Rima Elkoury. Surtout personne n’aurait questionné la justification d’une telle dépense au nom de la liberté. Tout le monde applaudirait aussi pour les ± 10 000 000 $ investis pour le spectacle « De la terre aux étoiles pour l’eau » avec Guy Laliberté guidant le spectacle de l’espace … en différé. Oui, tout le monde aurait salué l’initiative, car dans notre monde capitaliste, l’éthique requiert de la transparence. De la transparence, notre clown de l’espace il en a à revendre. Toutes les caméras du monde ont été braquées sur lui, avant, pendant et après son désormais voyage spatial. Les nouveaux médias via Facebook (1157 membres), Twitter recensaient toutefois peu de fans, mais le site de One Drop a été une vraie place publique avec ses quelques dizaines de milliers de gouttes et où rien n’a été censuré. Guy Laliberté récolte près de 1 000 000 de référencements sur Google et sa mission 2 000 0000. Allez à cette page de son journal de bord pour lire les commentaires d’une ex copine frustrée et d’une tante ébahie ou encore d’un clown baptisé « Bozo le clown » : vive la transparence ! Le bilan est toutefois mitigé : soit on le vénère ou soit on le calomnie.
Lire la suite