Notre besoin de se connecter : un défi connectivité de plus en plus complexe!

Les nouveaux défis de connectivité avec l'IPV6
Il est bien loin le temps des pigeons voyageurs, ou des corbeaux messagers (pour les fans de « Game of Thrones ») pour communiquer avec nos semblables au loin. Mais bien réel est le défi de la connectivité à l’ère numérique, un besoin si grand que nos habitudes en sont dorénavant modifiées, et les défis technologiques relatifs à l’accès Internet aussi.

L’accès aux facilités de connexion qui influence nos choix

Qui n’a pas eu la demande d’un invité à la maison ou au bureau : « Quel est le mot de passe de ton réseau Wi-Fi? ». Certains l’affichent dorénavant bien en vue d’ailleurs. Les ados comme les adultes se questionnent inévitablement sur l’accès Internet avant de se déplacer pour quelques jours loin de leur réseau mobile. En effet, qui voudrait perdre l’accès à son Facebook, ses courriels, ou à son jeu préféré. Nos vies sont réglées, qu’on l’admette ou pas, sur cette vitale question de connectivité. D’ailleurs, un rendez-vous d’affaires dans un café sans Internet n’est pas concevable, et que dire des prises de courant? Tout doit être rechargé, une véritable obsession collective de ne pas oublier le fil pour se brancher, trouver une prise pour se ravitailler, et tout cela la majorité du temps dans une absolue rareté des options. Essayez de vous brancher dans un café, ou dans un resto. Les places à côté d’une prise de courant sont dorénavant les plus convoitées. Je ne serais pas étonnée que nous devions payer un extra dans un avenir rapproché.

Une rareté bien gardée pourtant bien réelle : les adresses Internet (IPV4 vs IPV6)

Vous avez sans doute déjà entendu parler de la rareté des numéros de téléphone qui obligent les compagnies à créer de nouveaux indicatifs régionaux. Lire la suite

Les médias sociaux adaptatifs : une nouvelle équation sociale!

médias sociaux adaptatifs

Vous avez sûrement entendu parler des sites Internet adaptatifs (Responsive)? Oui, cette réalité de la mobilité qui oblige les entreprises à investir pour s’adapter à tous les types d’appareils, ce que nous appelons la réalité multi écrans. Disons qu’après plus d’une décennie d’essais/erreurs dans l’univers des médias sociaux, voilà qu’un phénomène similaire se pointe dans l’horizon des médias sociaux : s’adapter ou mourir!

Les contenus en temps réel

L’un des premiers constats, c’est l’arrivée des outils vidéo en direct qui font leur entrée dans l’écosystème social. Après l’achat de Periscope par Twitter, et l’arrivée de plateformes comme Blab.im (des centaines de conversations vidéos en direct), Google Hangouts, Facebook Livestream (arrivé aux É.-U.), Meerkat, et j’en passe, nous voyons à quel point l’avenir se dessine en temps réel dans l’univers social. Produire du contenu léché certes, mais du contenu spontané c’est encore mieux. Voilà qui ne va pas faciliter le jeu des grandes marques habituées à planifier tout d’avance et à contrôler les moindres détails. Vous conviendrez qu’il faudra développer l’agilité dans la capacité de s’adapter à ses auditoires en temps réel. Une belle opportunité pour engager une réelle conversation avec sa clientèle. Êtes-vous prêt pour ce défi?

Les contenus adaptés pour chaque auditoire

Lire la suite

Mettez l’effet de levier vidéo dans vos stratégies marketing!

Comme vous le savez sans doute, la vidéo est très utile pour ajouter une touche d’émotions dans vos communications. Je peux en parler après 7 ans dans l’industrie de la vidéo sur IP. Le problème est que malgré la facilité avec laquelle les entreprises peuvent produire du matériel vidéo, le pas se fait lent vers les communications enrichies. Pourquoi alors ne pas vous servir de vos vidéos pour faire un peu plus qu’une intégration dans vos sites Web? Vous verrez l’effet dans vos résultats et dans votre référencement c’est magique!

Voici quelques trucs inspirés de mon expérience et de HubSpot

  1. Ajoutez des « Call-to-Action » ou des incitations à l’action

    Si une image vaut mille mots, une vidéo vaut mille images. Vous pouvez en quelques secondes transmettre un message clair et efficace qu’il vous serait impossible de faire avec un texte. Encore faut-il que le spectateur ait envie de l’écouter jusqu’au bout et surtout qu’à la fin de son visionnement ou à un moment précis, il puisse interagir avec la vidéo. Ajouter des « Call-to-Action » lorsque le spectateur est dans le momentum pourrait s’avérer la meilleure décision marketing de votre carrière. Non seulement pouvez-vous mesurer les résultats, mais en facilitant l’action, vous créez un environnement propice à l’achat spontané. Une vidéo sans « Call-to-Action », c’est comme un site Web sans formulaire de contact ou avec rien à vendre.

  2. Optez pour des listes de distribution privées avec Youtube

    Vous croyez que Youtube est un grand canal public? Et bien, détrompez-vous. En utilisant la fonction «Non répertoriée », vous pouvez diffuser vos vidéos seulement aux personnes qui reçoivent le lien. Très utile pour des listes ciblées et surtout pour éviter que votre vidéo se retrouve dans les propositions de Youtube. Qui veut voir une vidéo de remerciement ou une invitation ciblée. Vous pourrez en plus, avoir des statistiques de visionnement fort utiles pour vos analyses. L’option privée est à éviter, car elle limite le potentiel viral.

  3. Utilisez les codes QR pour du contenu privé Lire la suite

Attention accroc du Web : iPhone drogue dure !

Ça y est, je suis maintenant propriétaire d’un iPhone qui ne me quitte plus. Franchement, mon cellulaire ne me quittait pas plus, mais il était ouvert pour parler au téléphone, un point c’est tout! Je résistais à faire le saut avec les téléphones intelligents, vu ma propension naturelle à m’occuper et à échapper mon cellulaire à l’eau, mais le travail oblige. À choisir entre un Blackberry et un I-Phone, mon cœur a craqué pour le iPhone. Je dois dire que je comprends pourquoi. En moins de 3 jours, j’étais déjà accroc et chaque jour, un peu plus.

Mon objectif n’est pas de vous mettre en garde contre les effets nocifs du Web dans votre vie, mais bien de nous faire réaliser à quel point, notre besoin d’être branché est maintenant à son paroxysme. Le Washington Post avait bien senti cette dépendance au Net lorsqu’il a commandé un dossier spécial sur les conséquences d’être débranché pendant une semaine. Ainsi, 8 journalistes se sont prêtés au jeu, non pas sans craintes ou doutes, mais pour le travail. Une semaine complète sans accéder au Web, et ce, peu importe le mode de connexion. Les journalistes ont vécu des expériences fort traumatisantes et révélatrices. Lire la suite

Quand les églises et les silos connectent le monde!

Ce week-end, j’ai eu le plaisir d’échanger avec le maire d’une petite municipalité qui gère une communauté de 1500 âmes. Entre un « Scrabble » et des rénovations, voilà que je découvre quelques petits secrets de campagne qui me révèlent les défis auxquels font face tous les maires des villages du Québec. Un en particulier attire mon attention : l’accès à la haute vitesse Internet!

Lorsque nous vivons dans un grand centre urbain, nous prenons pour acquis bien des choses notamment le transport en commun, les services d’aqueduc et l’accès aux réseaux Internet à une vitesse, disons « normale ». Les compagnies de télécommunications qui ont le pouvoir de distribuer l’accès Internet, choisissent évidemment de desservir les marchés qui sont lucratifs. Or le coût pour établir les réseaux de la fibre optique étant très élevés, 1500 personnes même à un taux d’abonnement de 100%, ne suffisent pas pour justifier les coûts de l’infrastructure. Lire la suite

Communications unifiées ou divisées?

 

J’avais une importante réunion virtuelle avec la France ce mardi et je m’étais préparée à faire de ce moment, un moment fort bien branché et efficace. J’avais donc accès à un logiciel de conférence virtuelle (ou de collaboration pour les plus érudits) fin prêt pour m’accompagner dans le défi de transformer une réunion de quelques milliers de kilomètres à l’équivalent d’une réunion de moins d’un mètre. J’avais donc ce qu’il fallait pour partager mes documents, voir et entendre mon interlocuteur. Ironie du sort et preuve que l’expérience des nouvelles technologies est aussi fragile que le plus faible de ses maillons, mon expérience de conférence virtuelle a presque tourné au cauchemar. La faute à qui?  Le service Internet a planté dès la première minute de la conférence. Imaginez la situation, je n’ai plus de contact avec mon interlocuteur et j’essaie de rejoindre par cellulaire, sans succès. Je me demande s’il aura la patience de m’attendre, lui qui a bien voulu faire une réunion à 22h00 le soir pour faciliter notre coordination. Finalement, le service revient au bout de 10 minutes, mais c’est au tour de mon routeur sans fil de faire des ratés. La quantité d’infos est tellement grande à diffuser que tout bloque et plante. Le plan B doit s’activer et vite. La réunion est en péril. Lire la suite