Pétrole et bande passante : même combat!

Ce n’est pas la première fois que j’aborde la question de la bande passante dans ce blogue et probablement pas la dernière fois à en juger par l’importance que le sujet prendra dans le futur. Cette fois-ci, je fais du pouce sur une idée lancée par le Time sur les 10 idées de la prochaine décennie. Cette idée repose sur le postulat que la bande passante est le nouvel or noir. Tout le monde connaît quelqu’un qui s’est fait joué un tour avec une surconsommation de bande passante soit avec leur cellulaire ou leur facture Internet. Prenons-moi par exemple, ce mois-ci : ma facture a triplé pour 200 minutes supplémentaires. En d’autres mots, j’ai parlé 1 fois et demie plus que le mois passé dans les heures de jour et ma facture est passée du simple au triple. Une crise cardiaque assurée pour n’importe qui est moindrement serré dans son budget.

C’est du vol à mains armées. Les compagnies ne te préviennent pas que ton forfait est dépassé. Quelle belle occasion pour offrir de la Présence à leur clientèle qui pourtant, reçoit des niaiseries sur leur cellulaire sous forme de message texte en lieu et place d’informations importantes. Je me console en me disant que certains ont vécu pires. Mais que faire devant une telle gourmandise des multinationales? Peut-on trouver des compagnies qui savent ce qu’est la Présence et l’offrir à leur client pour créer la loyauté ? Connaissez-vous votre dépense annuelle pour vos télécommunications ? Lire la suite

Communications unifiées ou divisées?

 

J’avais une importante réunion virtuelle avec la France ce mardi et je m’étais préparée à faire de ce moment, un moment fort bien branché et efficace. J’avais donc accès à un logiciel de conférence virtuelle (ou de collaboration pour les plus érudits) fin prêt pour m’accompagner dans le défi de transformer une réunion de quelques milliers de kilomètres à l’équivalent d’une réunion de moins d’un mètre. J’avais donc ce qu’il fallait pour partager mes documents, voir et entendre mon interlocuteur. Ironie du sort et preuve que l’expérience des nouvelles technologies est aussi fragile que le plus faible de ses maillons, mon expérience de conférence virtuelle a presque tourné au cauchemar. La faute à qui?  Le service Internet a planté dès la première minute de la conférence. Imaginez la situation, je n’ai plus de contact avec mon interlocuteur et j’essaie de rejoindre par cellulaire, sans succès. Je me demande s’il aura la patience de m’attendre, lui qui a bien voulu faire une réunion à 22h00 le soir pour faciliter notre coordination. Finalement, le service revient au bout de 10 minutes, mais c’est au tour de mon routeur sans fil de faire des ratés. La quantité d’infos est tellement grande à diffuser que tout bloque et plante. Le plan B doit s’activer et vite. La réunion est en péril. Lire la suite