Pétrole et bande passante : même combat!

Ce n’est pas la première fois que j’aborde la question de la bande passante dans ce blogue et probablement pas la dernière fois à en juger par l’importance que le sujet prendra dans le futur. Cette fois-ci, je fais du pouce sur une idée lancée par le Time sur les 10 idées de la prochaine décennie. Cette idée repose sur le postulat que la bande passante est le nouvel or noir. Tout le monde connaît quelqu’un qui s’est fait joué un tour avec une surconsommation de bande passante soit avec leur cellulaire ou leur facture Internet. Prenons-moi par exemple, ce mois-ci : ma facture a triplé pour 200 minutes supplémentaires. En d’autres mots, j’ai parlé 1 fois et demie plus que le mois passé dans les heures de jour et ma facture est passée du simple au triple. Une crise cardiaque assurée pour n’importe qui est moindrement serré dans son budget.

C’est du vol à mains armées. Les compagnies ne te préviennent pas que ton forfait est dépassé. Quelle belle occasion pour offrir de la Présence à leur clientèle qui pourtant, reçoit des niaiseries sur leur cellulaire sous forme de message texte en lieu et place d’informations importantes. Je me console en me disant que certains ont vécu pires. Mais que faire devant une telle gourmandise des multinationales? Peut-on trouver des compagnies qui savent ce qu’est la Présence et l’offrir à leur client pour créer la loyauté ? Connaissez-vous votre dépense annuelle pour vos télécommunications ? La majorité des ménages dépensent plus de 2 000 $ par année pour accéder aux ondes, à la fibre optique et aux lignes téléphoniques. Ce budget ne cesse d’augmenter. Il équivaut pour bien des ménages au budget de l’essence et pour certains même plus. Le principe des oligopoles repose sur le contrôle des prix de la matière et du service et si vous ajoutez à cela, une denrée recherchée et nécessaire dans le quotidien des gens et vous avez tous les ingrédients pour la prochaine crise de ressources du millénaire. Le journaliste Tim Wu du Time est très convainquant et je suis 100 % d’accord avec lui.

Que l’on transporte des données (fait est que nous en transportons de plus en plus) ou des marchandises et des gens, il faut des moyens. Les coûts de bande passante ou de transport sont en croissance. Le fait est que ces deux ressources sont limitées. Lorsque tout le monde regarde une webdiffusion de Victoria Secret en même temps, les serveurs bloquent. Lorsque tout le monde appelle en même temps sur les réseaux cellulaires aux heures de pointe, vous pouvez vous heurtez à un réseau surchargé. Lorsque Vidéotron dit que c’est de la haute vitesse, oui mais… la nuit quand tout le monde dort dans votre quartier. C’est clair que la bande passante a ses limites quelle que soit sa forme.

Les dollars requis pour maintenir les ressources de la capacité de bande passante sont énormes et bien des joueurs risquent de mourir au combat avec le rajeunissement de leur infrastructure si les prix demeurent les mêmes. En plus, les vases communicants vont faire mourir d’autres petits joueurs. En effet, plus on peut se fier à Internet et moins nous utilisons les services de téléphone traditionnel ou les cellulaires. Dans l’administration Obama, ils sont préoccupés par le problème au point où cela mérite l’attention nationale. Ils prévoient d’ailleurs un problème plus aigu avec le « sans-fil » où la demande croît sans cesse et l’offre ne suffit plus. Il est dit qu’avec une surcharge des réseaux, nous pourrions voir des frais supplémentaires pour des appels prioritaires ou des accès garantis.

Pendant que les américains sont préoccupés par la bande passante, le pétrole se raréfie. Ils savent pourtant que le pic pétrolier est là. Pour preuve, des compagnies comme Shell font du repérage avec de nouveaux détecteurs posés sous le nez de petits avions qui détectent les émanations de méthane à moins de 1000 pieds de l’eau ou du sol. Ils croient sûrement que les estimés des réserves de pétrole sont erronés. Il est prévu que les USA devront investir 11.7 milliards pour combler la demande de pétrole d’ici 2030. On préfère investir dans la recherche d’énergie fossile au lieu de trouver des moyens de moins en consommer.

Enfin, au bout du compte, c’est nous qui dictons leurs priorités. Plus on pousse la demande pour une denrée et plus les multinationales se battent pour nous l’offrir à fort prix. Les compagnies de télécommunications et les magnats du pétrole ont des devoirs à faire et nous aussi!

Qu’en dites-vous?

PS Ne manquez pas ma conférence lors de la soirée des Grands communicateurs le 28 avril prochain. Détails dans l’onglet conférences.

Une réflexion sur “Pétrole et bande passante : même combat!

  1. Très bon article et réflexion!

    Je suis et certain que, comme dans toute tragédie, une innovation va émerger, si ce n’est pas déjà fait. Un genre d’application qui calculerait nos dépenses en terme de bande passante qui serait installée sur nos cellulaires ou ordinateurs serait la bienvenue. Car il y a certainement un danger qui nous guette. Nous sommes devenus habitués d’avoir accès aux moyens de communication et juste à voir comment une organisation semble paralysée lorsque leur réseau tombe en panne, coupant du même coup l’accès à Internet, il y a là matière à étude.

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s