Prêt pour le capitalisme féminin en cette nouvelle ère relationnelle?

D’abord bravo messieurs si vous êtes prêt à lire ce billet, car il s’adresse à vous! Non pas que les lectrices ne seront pas comblées, bien au contraire, mais la réalité est qu’elles sont naturellement attirées par un tel titre. C’est donc naturel de vous féliciter. À quelques jours de la Journée de la Femme, je me disais que le moment était bien choisi pour parler des valeurs requises en ce 21e siècle pour réussir en affaires et dans sa vie.

Les valeurs dites féminines, c’est quoi?

Capitalisme féminin et valeurs fémininesPour aborder ce billet, il est primordial de définir exactement ce que sont les valeurs féminines. J’ai commencé à m’intéresser à cette notion en 2006, à l’époque où je commençais à donner des conférences. Mon thème de prédilection étant : Le future s’écrit avec un « e »! , je fais la démonstration toute simple, avec cette conférence, que l’avenir est assurément féminin puisque tout converge vers un monde relationnel où bâtir des relations est la clé du succès. Vous êtes sans doute familiers avec la notion du Yin et du Yang d’où le féminin et le masculin. Le Yang interpelle le chasseur qui conquiert sans cesse la terre de l’autre et le Yin interpelle la partie en nous qui ressemble au fermier qui doit cultiver sa terre. Normal que bâtir et entretenir des relations soit tout à fait féminin dans cette conception binaire du monde où le soin de l’autre est le propre du Yin.

Un peu plus tard, au moment où je prends la présidence du CEFQ (Centre d’entrepreneuriat féminin du Québec), la réflexion stratégique réveille cette question sensible : devons-nous ouvrir le CEFQ aux hommes également? En effet, au cours de cette période de transition, nous étions très perplexes sur la question de l’exclusivité des femmes dans ce centre de formation dédié aux entrepreneures. Les recherches eurent tôt fait de nous orienter sur la bonne voie à prendre : le capitalisme féminin. En effet, pratiquer l’entrepreneuriat axé sur les valeurs féminines allait ouvrir la porte aux entrepreneurs, quel que soit leur sexe, pourvu qu’ils soient en mesure de cultiver ces valeurs dites « féminines ». J’ai découvert, pas moins de trois livres sur le sujet écrits, de surcroît, par des hommes (voir « Vers un capitalisme féminin« ). En effet, à l’ère des entreprises branchées sur le monde, toutes les valeurs dites féminines sont la clé de la réussite et ces auteurs ont donné une voix au capitalisme féminin. Dur pour l’égo masculin, mais le discours est sans équivoque, il appelle tous les gens d’affaires à travailler sur les valeurs suivantes (ici le mot valeur est pris au sens large et pourrait être aussi remplacé par attitude):

  • primauté de la relation
  • capacité d’écoute
  • intuition
  • humilité
  • mobilisation
  • culture mentorale
  • pérennité
  • souplesse
  • minutie
  • besoin de justice et d’équité
  • loyauté
  • apprentissage continu
  • collaboration
  • gestion participative et inclusion

Faut-il être une femme pour pratiquer ces valeurs?

Ceci est une question qui suscite chaque fois les ardeurs de tous et… chacune. En effet, je connais bien des hommes qui ont ces valeurs et qui les font vivre dans leur vie professionnelle et personnelle. Je connais aussi bien des femmes qui ne semblent pas avoir bien capitalisé sur ces valeurs. Bien sûr, majoritairement les femmes ont des aptitudes naturelles pour ces valeurs féminines. Mais ce n’est pas une garantie. Peut-être l’héritage d’un passé de combattantes, nos aînées (je m’inclus aussi dans cet épisode de guerre au sexisme) ont dû travailler fort pour prendre leur place. La seule voie était de ressembler à ces hommes qui rechignaient tant à l’idée de voir une « femme » prendre les rênes du pouvoir. À faire le caméléon, le rose s’est graduellement transformé en bleu marin pour confondre l’ennemi. Ne jetez pas d’emblée vos tomates, parce que c’est la vérité toute crue, issue d’un vieil adage anglophone : « If you can’t beat them, join them! » et en français, on dirait plus : « C’est avec les loups, qu’on apprend à hurler! ». Toujours est-il que dans ce monde assurément relationnel, où les communications doivent construire des dialogues ouverts et véritables, il faut avouer que ces valeurs féminines sont nécessaires, voire cruciales. La relève, chez les jeunes, n’a aucun problème avec ce concept. Bien au contraire, ils imposent leur vision et c’est unisexe. Pensons aux différents printemps depuis quelques années qui donnent une dictature en pâturage ou qui soulèvent la mobilisation des jeunes. Juste dans ces mouvements, la quasi-totalité des valeurs féminines a des racines ou des tentacules. Les jeunes hommes n’ont donc pas de problème avec ces valeurs dites féminines.

La crise qui traverse notre civilisation est la crise du masculin

Nul besoin d’être malin pour comprendre que les structures héritées du « masculin » sont en profonde mutation. Le patriarcat est bien en voie d’extinction dans plusieurs pays civilisés. Même les hommes peinent à y trouver leur nouveau rôle dans cette société trop « rose » à leur goût. Certains se disent victimes et d’autres font des montées de lait contre les femmes au pouvoir. Il suffit de lire les méchancetés sur Pauline Marois et d’autres femmes en pouvoir pour comprendre que la frustration masculine est sans pitié envers ces femmes. Non, je ne mélange pas les sujets. Être une femme au pouvoir, c’est ne pas avoir droit à l’erreur. Un point c’est tout! Mais au final, ce qu’il faut comprendre, c’est que ce « combat » (mettez-y le synonyme que vous souhaitez, ça ne changera pas la réalité que pour trop de femmes dans le monde ça demeure un combat) d’égalité des sexes est loin d’être terminé. Tous les jours, les injustices font loi dans des pays sous règne patriarcal et dictatorial, contre les femmes, les homosexuels, les noirs et tout ce qui est différent. Les jeux Olympiques en Russie nous ont rappelé que la liberté n’est pas un droit acquis pour ceux qui sont considérés anormaux aux yeux des mâles alpha (nette distinction à saisir). La résistance aux changements et la perte de contrôle sur une civilisation en mutation provoquent des éclats de bestialité et de profondes guerres de valeurs. Quand cessera le combat pour les droits à l’égalité? C’est une crise considérée avant tout comme celle du masculin! C’est leur plus féroce bataille pour garder le prototype du mâle alpha aux commandes. Qu’il soit idiot ou brillant, il est chaque fois assurément dominant, condescendant et sans pitié, il en va de sa survie! D’ailleurs, les entreprises, historiquement dirigées par les hommes assoiffés de pouvoir, ont négligé, elles aussi, cette notion de cultiver des relations au profit de la conquête incessante des marchés et la Présence est justement un rappel à cette nécessité de s’ouvrir sur les autres et repenser la façon de faire des affaires. Pour engager le dialogue, il faut savoir écouter!

Les médias sociaux où l’émotion et la sensibilité sont le fief des valeurs féminines

Je remercie le ciel chaque jour de pouvoir parcourir le monde, assise derrière mon ordinateur, et être aux premières loges lorsque le temps de participer et dénoncer les injustices vient. Mais je suis encore plus heureuse d’avoir le droit de m’exprimer et changer le monde, une personne à la fois. Cette personne, c’est toi qui prends le temps de lire et de comprendre que le monde c’est nous et que le pouvoir appartient à ceux et celles qui se lèvent ensemble pour un idéal. Oui les petits chats et les petits chiens sur Facebook c’est cute, eh oui, les appels à la mobilisation sont dérangeants parfois. Je parle surtout à ces jeunes femmes qui prennent pour acquis les acquis féminins. Mais bien assis à l’abri de notre pseudo illusion que tout va bien, nous mets dans une position de complice silencieux. Je suis la première à douter parfois des appels à l’action lancés par des organismes douteux et oui faire le tri n’est pas évident. Mais au nom de notre liberté, il faut aider toutes les femmes, hétéros, homos, transgenres, noires, handicapées, excisées, battues, esclaves, etc. à trouver leur droit à la liberté, et ce, quel que soit le pays dans lequel elles vivent. Il faut se tenir debout sans relâche et démontrer par l’action notre vision du monde et peut-être que les valeurs féminines triompheront sur les valeurs masculines révolues. Je souhaite un jour que la Journée de la Femme soit la célébration du capitalisme féminin où les valeurs féminines seront reines! Et toi, cher lecteur masculin qui se considère, ou pas, un mâle alpha, auras-tu le courage de partager? Les valeurs féminines ne sont pas une affaire de sexe, mais une affaire de sensibilité où l’émotion a droit à l’existence! Vive les médias sociaux pour exprimer nos différences et changer le monde!

Célébrons la Femme et l’espoir des valeurs féminines pour l’avenir de notre civilisation!

Voir un texte sur les valeurs féminines plus détaillé

Voici un article de La Presse sur la situation de la femme dans le monde!

Sylvie Bédard

2 réflexions sur “Prêt pour le capitalisme féminin en cette nouvelle ère relationnelle?

  1. Pingback: Êtes-vous un preneur, un donneur ou un échangeur? | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  2. Pingback: L’urgence de développer des chefs de la Présence | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s