La face cachée du référencement : entre « backlinks » et éthique!

Le référencement éthique et les backlinks De retour à mon blogue après une pause estivale! Je travaille très fort depuis un moment sur plusieurs dossiers de référencement extrêmement compétitifs. Une guérilla sans foi ni loi, sauf celle de Google, pour la 1re place dans les moteurs de recherche. Ce qui était relativement simple, encore tout récemment, semble prendre des proportions de plus en plus complexes avec la dernière mise à jour de l’algorithme de recherche de Google, baptisé « Panda« . Après « Penguin » et « Caffeine », le contenu est toujours empereur, mais je dirais qu’il partage le trône avec le référencement externe. J’ai rarement vu autant de travail pour obtenir des places dans la 1re page de Google. Tout compte, mais le % influencé par votre activité sociale et les liens qui pointent vers votre site sont dorénavant cruciaux. Auparavant, cela pouvait apporter une plus-value, mais aujourd’hui c’est presque la recette du succès à elle seule.

Le référencement naturel et pas tout à fait éthique

Alors je vous raconte, un cas vécut, en préservant l’anonymat du dossier afin d’éviter les brèches de confidentialité. Tout d’abord, précisons que l’an dernier, un nouveau client m’approche pour contracter mes services de référencement naturel et éthique. Il utilisait depuis quelque temps, un référenceur surtout axé sur une stratégie de publicité « Adwords » qui apportait somme toute des résultats intéressants. Or, voilà que ce client décide qu’il veut diminuer son investissement en publicité et mettre encore plus d’énergie dans son référencement naturel. Je lui propose une approche stratégique qui conduit à la refonte de son image, de son positionnement et de son site. Chemin faisant, je dois collaborer avec le référenceur et nous nous heurtons à quelques reprises sur des points de vue divergents. Lui parle en moteurs de recherche et moi, en internautes. Bien sûr que je respecte les règles du SEO (Search Engine Optimization), mais la priorité pour moi et pour les moteurs de recherche demeure l’internaute. Enfin, nous arrivons toujours à nous entendre au final avec une approche conciliante. Par contre, je me rends vite compte que ce dernier a créé une tonne de liens référents « backlinks » qui n’ont pas du tout la qualité recherchée et même au contraire. Certains plaisent à Google, mais au moins 50% ne répondent pas aux critères de qualité. Je préviens mon client de ce stratagème et le référenceur certifie que ses liens sont de qualité. Il insiste pour affirmer haut et fort qu’il sait de quoi il parle, car il a payé le « Roi » du référencement aux É.-U. pour un coaching privé en SEO.

À beau mentir qui vient de loin, mais n’en demeure pas moins que les prétendus liens de qualité sont majoritairement des sites bidons que le référenceur a mis en place pour son écosystème de « backlinks ». Ce qui devait arriver arriva! Mon client a pris la décision de ne plus travailler avec lui, pour plusieurs raisons, mais au final le résultat est le même. Ce dernier était très frustré de cette décision et a décidé de le faire payer cher à mon client. Le jour même où son contrat ne fut pas renouvelé, il a acheté un nom de domaine générique concurrent à mon client. Exemple, il travaillait à positionner « consultation marketing » et il décide d’acheter « consultation-marketing.com ». Dès ce jour, il a transféré tous les « backlinks » de son écosystème vers son site bidon en les retirant au passage à mon client. Pendant ce temps, je travaillais à nourrir le site de contenus de qualité et à peaufiner l’optimisation des pages tout en créant un écosystème de médias sociaux digne de ce nom. Je ne savais pas ce qui ce tramait derrière nous, malgré que ce dernier avait prévenu mon client qu’il noterait une baisse en laissant croire que ce serait de ma faute et non la sienne évidemment.

Le mot guérilla du référencement a pris tout son sens

Après moins de 3 mois, son nom de domaine générique était dans la 1re page pour ces mots clés. Un site creux avec du contenu emprunté, aucune activité sociale, une offre de vous fournir x soumissions auprès de cinq fournisseurs et voilà! Google lui donne une place de choix à cause des liens entrants dits de qualité. Bien sûr que Google ne sait pas que tous ces liens, c’est lui-même. Google se tue à détecter ces manipulateurs du système, qui injectent des stéroïdes. D’une mise à jour à l’autre, ce sont tous les sites qui sont révisés et pénalisés à cause de l’abus de manœuvres aux limites de l’acceptable. Donc, depuis 3 mois, j’obsède littéralement sur ce cas. Je fais des efforts d’optimisation sur tous les fronts, pour découvrir que pour chaque lien entrant que je réussis à ajouter, j’ai un lien nuisible qui s’ajoute. Donc, chaque effort est anéanti par un compétiteur qui met de mauvais liens vers le site de mon client. J’ai la liste desdits liens, mais évidemment je ne peux prouver que c’est lui. Par contre, je me demande pourquoi un site uniquement francophone pourrait bien attirer l’attention de sites anglophones sans aucun lien entre eux, et ce, aux quatre coins de la planète Web. C’est clairement volontaire compte tenu de la cadence et du stratagème. Qui pourrait avoir fait cela? Un compétiteur? Hum, tout est possible, mais probable? Non! Lorsque ton référenceur t’appelles chaque semaine pour te convaincre de revenir avec toi et te barde avec les résultats qu’il obtient, on peut penser que le lien est facile à faire.

Des liens entrants qui valent leur pesant d’or!

Pour plusieurs la notion de liens entrants « backlinks » est difficile à comprendre. En fait, c’est simplement le nombre de liens (hyperliens) qui sont dans d’autres sites et qui pointent ou réfèrent vers votre site. C’est la façon de dire à Google que votre site est populaire. Les médias sociaux prennent tout leur sens dans cette stratégie de construction de liens entrants. C’est un véritable art de réussir à faire de bons liens et un réel travail de moine. J’en suis à plusieurs achats de logiciels, de documentation et des heures de lecture pour mater cette bête du référencement externe. La conclusion est toujours la même, de l’huile de jus de bras! Il n’y a pas de miracles en cette matière. Il y a des tricheurs oui, mais des miracles non! Difficile d’imaginer que chaque jour des centaines de personnes quêtent des « backlinks » ici et là, que d’autres inventent des écosystèmes pour s’autoréférer et que d’autres en profitent pour nuire à leurs compétiteurs. Franchement, ça donne la nausée! Alors, mon conseil est simple : assurez-vous que votre référenceur a le sens du mot éthique! Avoir la première place de Google en trichant, c’est assurément signer un pacte avec le diable. Si vous laissez tomber votre référenceur, vous tomberez sans doute aussi dans votre classement. Pire, si Google ajoute d’autres éléments pour découvrir les stratagèmes, vous serez pénalisé. Cela étant dit, c’est exactement ce que les référenceurs 100% dédiés font à cœur de journée, trouver et ajouter des backlinks pour des compagnies dans des domaines hyper compétitifs comme les assurances, les télécommunications, l’immobilier, la construction et j’en passe. Il faudrait peut-être y songer pour votre site, à tout le moins les surveiller.

Un répit temporaire et une bonne leçon

Je lui dois beaucoup à ce référenceur non éthique (lui ne dirait pas cela évidemment), grâce à lui, je suis sortie de ma zone de confort et j’ai acquis un niveau de connaissances sans précédent sur les liens entrants. J’ai même appris la stratégie des liens brisés et franchement mon sens de la compétitivité a été mis à rude épreuve. C’est donc avec soulagement que j’ai su qu’il avait vendu son site générique à un compétiteur et que de toute évidence, ce dernier n’aura probablement pas la même obsession à démolir mon client et surtout la même connaissance pour nous pourrir la vie. Pendant ce temps, je me relève les manches et continue à construire un site éthique et performant! Faites attention aux gains rapides et à la dépendance que vous allez créer avec votre référenceur. Si son écosystème retire vos liens pour les remplacer avec des liens qu’il dirige vers un site qu’il crée contre vous, vous regrettez votre choix!

Vous avez des expériences à partager en ce sens, des commentaires ou questions? Joignez la conversation!

Bon référencement… éthique! Je retourne à mes défis de référencement!

Sylvie Bédard

PS Ceux qui se disent que Google est difficile à maîtriser et que cela enlève le goût de s’y mettre, dites-vous que si vos compétiteurs le font, vous avez le choix : rien faire ou réagir. La théorie de David et Goliath ici pourrait s’appliquer…il faut juste savoir comment trouver la bonne cible et viser!

7 réflexions sur “La face cachée du référencement : entre « backlinks » et éthique!

  1. Bonjour,
    Merci pour ce retour d’expérience.

    Ça pose la question des clauses à inclure dans les contrats de référencement, car trop de référenceurs, et principalement ceux qualifiés de « Blackhat » (notion vague, je vous l’accorde), sont loin d’être des modèles d’intégrité en affaires.

  2. Pingback: Le recyclage de sites Web : combien valent vos actifs numériques? | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  3. Pingback: Les médias sociaux "out" en 2014? Voici 10 commandements pour échapper à la désuétude! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  4. Pingback: Le nouvel enjeu critique du Web : la crédibilité! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  5. Pingback: Le référencement naturel (SEO) en 2015 : Google et l’heure du Jugement dernier | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s