Savez-vous développer votre savoir-être organisationnel?

Savoir-être organisationnel - Présence

Temps de lecture estimé 6 minutes

J’ai fait un article la semaine dernière sur l’urgence de développer des chefs de la Présence. Je suis profondément convaincue que nous avons de grands changements à opérer dans notre société. Comme les entreprises sont des actrices clés qui font tourner l’économie, ou retourner, selon le cas, elles ont une grande influence sur la qualité, ou la détérioration, de nos conditions planétaires. Elles sont d’ailleurs qualifiées de « personnes morales » lorsque nous les créons. Notre système a donc permis de créer des entités à part entière ayant leur existence virtuelle bien réelle et leurs règles spécifiques. Monsieur, ou Madame, Inc est donc une personne morale au sens de la loi, un « citoyen corporatif » qui a énormément d’influence sur tout le système. Faut-il rappeler que M. ou Mme Inc n’a pas de cœur, pas d’âme et encore moins de légitimé au-delà des systèmes établis par l’homme? Leur appétit pour les profits en fait des acteurs de premier plan pour les iniquités sociales. Mais le mot « morale » dans sa définition de personne morale a un poids significatif quant à ses responsabilités sociales et les actions qu’elle a le devoir de prendre.

La philanthropie en temps réel : une question de valeurs

Je n’aurais pu souhaiter un meilleur exemple de savoir-être organisationnel lorsque que j’ai découvert cette semaine l’annonce de la création d’un nouveau cabinet de services juridiques fondé par deux êtres que nous pourrions croire venus d’une autre planète : Novalex . Pour résumer, ce cabinet travaillera selon le modèle 1 pour 1 et s’engage donc à verser une heure de service gratuit (don) pour chaque heure facturée à ses clients commerciaux. Franchement, je trouve cela audacieux et méritoire à la fois. Je ne pense pas que nous devions aller si loin pour renverser la vapeur du capitalisme, avec sa notion de prendre davantage que de redonner, mais le mérite derrière cette idée est aussi de souligner que ce sont deux jeunes de la génération G. (pour généreux). Le modèle économique sera-t-il viable? L’avenir parlera, mais ils ont tout mis en place pour assurer la transparence des demandes avec un CA dirigé par une tierce personne neutre. Disons que cela donne de grands espoirs sur la génération de leaders qui prennent la relève. Cela m’a permis de découvrir Toms Shoes qui pratique ce modèle de 1 pour 1, génial!

C’est de la philanthropie en temps réel, et non en différé. Une nouvelle génération d’entreprises dites sociales.

Avec cette nouvelle, et celle de la famille Zuckerberg Lire la suite

L’urgence de développer des chefs de la Présence

chef-presence

Temps de lecture estimé 5 min.

Pas un seul jour ne passe dans l’actualité sans que nous soyons les témoins passifs, parfois actifs, de nouvelles fracassantes qui repoussent, soit les limites de l’horreur, soit les frontières de l’innovation. Notre monde est désespérément à la recherche d’un nouveau modèle de société. Ce besoin est accéléré par les nouvelles technologies notamment. Pourtant la majorité des acteurs aux commandes tiennent au statu quo parce que le pouvoir confirme indéniablement, depuis des millénaires, que nourrir l’ambition est finalement une utopie puisque c’est un appétit insatiable. Or, le chef de la Présence a un seul appétit : celui de l’atteinte de la mission fondamentale de son entreprise. Il se pose comme un ardent défenseur des valeurs, un exemple de ces valeurs, et il sait que l’éthique (ou le manque) a un coût. Il fait les choix difficiles en priorisant ses employés et ses clients avant les actionnaires, ceux que j’ai surnommés les terroristes de la Présence. Bien sûr, il faut adapter le vocabulaire au contexte du leadership, je me concentrerai dans cet article sur les chefs d’entreprises, mais tous les leaders sont concernés.

Où sont les chefs de la Présence?

C’est une question qui se pose depuis fort longtemps. J’écris d’ailleurs depuis 9 ans sur ce sujet et d’autres sujets connexes dans mon blogue. Je ne sais pas si vous avez déjà lu le livre de Ayn Rand, Atlas Shrugged (La grève, ou la révolte d’Atlas), ou visionné le film en trois parties, sinon je vous le recommande vivement. Sa vision exprimée en 1957 se matérialise lentement, mais sûrement, près de 60 ans après la sortie critiquée de son livre. Boudé par l’establishment à l’époque, ce livre sorti des boules à mites à titre de succès posthume prouvera que la vision d’une femme pouvait être non seulement percutante et criante de vérité, mais empreinte d’une lucidité et d’une vision dénonciatrice du modèle de la société interventionniste dans laquelle nous vivons depuis trop longtemps. Ce livre est le 2e plus lu après la bible aux États-Unis, c’est dire à quel point plusieurs partagent la vision de cette femme que j’ai découverte avec fascination l’an dernier et qui a proposé la philosophie objectivisme. Je n’en revenais pas. Le fondement est simple : nul n’appartient à qui que ce soit. Le crédo du protagoniste, John Galt est : Lire la suite

Après l’obsolescence planifiée, la chronophagie ou la perte de temps planifiée!

Temps de lecture estimé : 4 minuteschronophagie planifiée

Maintenant que nous sommes résignés au phénomène de l’obsolescence planifiée dans le dessein socialement acceptable de faire tourner l’économie, et l’hypocrisie des multinationales, obsédées par des profits de plus en plus gros sur le dos des consommateurs, qui réduisent volontairement la durée de vie des produits, il ne restait que notre temps à usurper, et c’est fait! Après tout, le temps c’est de l’argent, surtout celui des autres! Vous connaissez Tristan Harris, cet ex-ingénieur informatique de Google responsable de la philosophie des produits? Vous ne le trouverez plus dans les corridors chez Google, car dorénavant, il a choisi de dénoncer ce à quoi il a lui-même contribué : nous voler des heures de notre vie. Je le découvre avec espoir, et j’espère que vous aussi.

Pour faire suite à mon article sur la réalité augmentée en lien avec le phénomène de Pokémon Go, un lecteur m’a partagé un article paru dans l’OBS rue 89 . Franchement, j’ai laissé tomber la mâchoire devant cette lecture. Je ne saurais écrire un article mieux étoffé pour expliquer le phénomène dont il est question, mais je vous éviterai de « perdre du temps » au risque d’être incohérente avec le titre de cet article, et je vous résumerai donc l’essentiel des propos. Mais je vous invite à le lire, c’est fascinant.😉

La dérive numérique à son paroxysme

Expliquons d’abord cette perte de temps savamment organisée par Google, Facebook et compagnie. M. Harris précise qu’il a terminé son programme de formation en étudiant pour devenir membre du laboratoire de « persuasion » technologique de Stanford. Le but ultime de ce laboratoire est de trouver les meilleurs moyens pour que les gens complètent un formulaire jusqu’à la fin, ou comment les convaincre d’ouvrir un courriel et de cliquer sur des liens et plus encore pour qu’ils suivent le plan de navigation prévu. Nous sommes donc dans l’art de la persuasion afin de s’accaparer la meilleure part de notre attention dans cette nouvelle économie d’attention. Tels des magiciens du Web, les designers, les psychologues, les programmeurs et tutti quanti mobilisent leurs talents au service de notre dérive attentionnelle afin de nous convaincre de rester le plus longtemps possible dans une application X, ou un réseau Y. C’est de bonne guerre non? On nous offre des gratuités, des alertes, des rappels, on gère nos fils de nouvelles, on décide pour nous qui apparaîtra dans nos murs, et j’en passe, et tout ça afin de revendre votre attention à des intérêts commerciaux. Jusque-là rien de nouveau dans cette approche à la base des plus grands succès du Web. Là où je suis estomaquée, c’est à quel point on déploie des efforts conscients pour nous rendre complètement dépendants d’un agenda qui n’est pas le nôtre, et que nous soyons si naïfs au point de nous laisser dériver volontairement. Oups, j’ai reçu trois alertes depuis que j’écris cet article…reste concentrée Sylvie…ils ne réussiront pas!

Qui se préoccupe des conséquences?

Lire la suite

Le jour où le monde a basculé : réalité augmentée ou diminuée?

Le jour où le monde a basculé : réalité augmentée ou diminuée?La frénésie Pokémon Go bat son plein depuis peu, et c’est déjà un succès planétaire qualifié de phénomène de société. Une civilisation réduite à vivre littéralement rivée sur leur écran, si petit soit-il. Dorénavant, nous y ajoutons la dimension de l’action en mobilité. Faudrait-il se réjouir que de l’état végétatif de la larve de divan accroché à son mobile ou sa manette, nous ayons maintenant des conducteurs fous à la recherche de Pokémons, ou des piétons qui bougent leur popotin pour acquérir les précieux appâts? Si vous ignorez ce dont je parle, vous vivez encore à l’abri de la folie de notre ère, et je vous félicite… il y a de l’espoir (rions un peu ;)! Sinon, vous avez entendu parler des conséquences négatives (accidents et excès de folie) qu’ont engendrées ces quêtes absurdes de points. Souvenez-vous qu’une génération complète a investi une partie de leur vie dans la version initiale des Pokémons (avec les cartes à collectionner notamment), maintenant devenue « adulte », cette génération, et les suivantes nous aideront à comprendre l’infinité de la bêtise humaine devant l’absurdité proposée par les multinationales en quête de nos dépendances : bienvenue dans l’ère de la réalité augmentée qui diminue les facultés humaines de trop de joueurs déjà.

Associer la réalité avec le virtuel : la dernière étape avant la déshumanisation

Je suis une fervente défenderesse de l’ère technologique et de son évolution, mais aussi de la nécessité de préserver le cadre fondamental de l’humanité. J’ai même déjà questionné et abordé la réalité augmentée dans ce blogue. À la vue de mon jeune voisin, le nez rivé sur son mobile avec un large sourire en marchant tête baissée, et à ignorer le monde autour de lui, je m’inquiète. À une certaine époque, pareils comportements auraient suscité de très grandes inquiétudes quant à la santé mentale. Vous avez sans doute déjà visionné quelques films de science-fiction pendant lesquels les protagonistes expérimentaient la réalité augmentée ou virtuelle? Le summum est sûrement la série de « La Matrice » où ce sont les humains qui vivent dans un monde imaginaire, un monde inventé grâce à la réalité virtuelle, où chacun a la certitude de vivre une simple réalité. Lire la suite

Le référencement conversationnel: préparez-vous à l’ère ATAWADAC!

seo-conversationnelOui, encore des nouveautés en matière de référencement pour nous tenir très occupé au cours des prochains mois. Précisions d’abord que le référencement conversationnel, ou vocal, fait référence (littéralement) aux recherches vocales que nous effectuons avec les outils de reconnaissance vocale tels que Siri dans l’univers Mac par exemple. C’est une méthode de recherche qui connaît une croissance soutenue, et l’avenir semble rose pour cette façon de troquer le clavier pour une conversation avec l’avatar de votre mobile. Selon Google, déjà 55% des ados, et 41% des adultes utilisent la reconnaissance vocale quotidiennement. Alors, il semble donc plus que normal que la façon dont les recherches sont faites dans les moteurs de recherche évolue dans une direction qui sera imitée sur le langage humain. C’est d’ailleurs la meilleure façon de faire un titre optimisé pour le SEO (Search Engine Optimization) en texte, poser une question avec les mots clés pertinents. Une suite logique, ou un avant-goût sur les recherches intuitives qui ont de la mémoire par ailleurs. Finalement, les internautes cherchent comme ils parlent, point final. Google et compagnie l’ont bien compris.

La reconnaissance vocale et la nouvelle réalité ATAWADAC

Régine van Heems, professeure agrégée et directrice de l’Observatoire du Cross-Canal et Commerce Connecté, nous rappelle que les comportements des clients ont plus changé en 20 ans qu’en 20 siècles. Pour rejoindre vos clients, vous devez adopter une philosophie de service omnicanal « ATAWADAC » (Any Time, AnyWhere, Any Device, Any Content). C’est une réalité depuis longtemps répétée aux décideurs: vous devez être aussi ubiquitaire que vos clients le sont. Selon ma philosophie axée sur la Présence, je dis: vous devez être là où votre client vous cherche, et non partout, où il ne veut pas vous voir! Tout un contrat certes, mais une nouvelle réalité incontournable. Si ce n’était que ça, l’adaptation serait plus facile. Mais non, il faut ajouter à cette nouvelle réalité le « Any Way » qui pourrait finalement résumer le ATAWADAC par AW. Lire la suite

La technique des blogueurs invités pour votre référencement naturel (SEO)

BLOGUEUR INVITÉ-GUEST-POSTINGSi votre visibilité vous tient à cœur, cet article est pour vous. À l’heure des difficultés de plus en plus grandes pour obtenir la première place dans les moteurs de recherche (voir cet article sur l’état du SEO), obtenir des liens entrants (backlink) est toujours une stratégie gagnante. Évidemment, tous les liens entrants ne sont pas égaux aux yeux des moteurs de recherche, et franchement, c’est l’indice de difficulté qui croît le plus en complexité d’une évolution des algorithmes à l’autre. Par exemple, les inscriptions dans des annuaires en ligne, quoique nécessaires pour être visible, ne rapportent plus de grande valeur en matière de référencement. Cette stratégie ne sert qu’à être égale aux compétiteurs, et au mieux, sert au référencement local. Il faut donc être de plus en plus habile dans la recherche de liens entrants qui aient de la valeur. Pour avoir de la valeur, il faut de la pertinence (autorité dans notre univers de mots clés), de l’exclusivité (aucune apparence de similitudes, ou d’échanges de liens) et le tout doit finalement être naturel, ou du moins paraître naturel, comme dans les mots référencement « naturel ». Une tâche qui occupe des équipes à la recherche de liens entrants pertinents dans des agences ou en entreprise.

Créer un blogue ou participer à un blogue?

Vous savez à quel point la notion de contenus pertinents est importante dans le référencement naturel. Avec les médias sociaux, les gestionnaires de communauté s’arrachent les contenus. C’est la véritable monnaie du Web, comme j’en ai largement fait état dans ce blogue. Les unités de contenus s’échangent à fort prix et pour gagner de la valeur à la bourse des contenus, il faut être diffusé le plus largement possible. Un super blogue avec peu de trafic, c’est peu utile. Il est donc évident que les nouveaux blogues que vous démarrez sont essentiels à votre stratégie de référencement naturel, mais vous vous essoufflerez très vite si vous devez produire tous ces contenus. C’est ici qu’il faut gérer les attentes. Combien de magnifiques blogues inactifs ai-je vu passer depuis 10 ans? La liste est plus longue que les blogues actifs et pertinents.

Si vous souhaitez avoir de la visibilité, Lire la suite

Publier avec impact: des nouveautés dans l’écosystème social

publier-plus-impact

Cette semaine, je me lance dans le partage de quelques découvertes de nouvelles plateformes sociales ou applications sociales qui m’ont fait sourire. Sourire pour plusieurs raisons en fait.

La raison première de mon sourire est le constat que ces nouvelles plateformes (outils) de médias sociaux sont toutes axées sur l’image et la vidéo. Une tendance qui annonce un meilleur avenir pour les graphistes, les vidéastes, les photographes et tous les artisans de l’image animée ou statique. Une tendance qui se confirme et s’incruste dans nos habitudes de consommation médiatique inspirée du déficit d’attention collectif. Une image vaut mille mots, ou mille maux faut-il en conclure selon ce triste constat.

D’autre part, j’ai un petit sourire dubitatif et perplexe parce que, si comme moi, vous gérez des médias sociaux, vous savez que la cour est pleine au Panthéon des plateformes sociales ou professionnelles dans nos stratégies de médias sociaux. Mais bon, puisqu’il faut croire en ses rêves, je salue l’esprit entrepreneurial de ces jeunes loups du « social digital ». Parce que selon moi investir dans la création d’un nouveau réseau social, ou d’un outil en ce sens, en ces temps de domination à la Facebook, Instagram, LinkedIn, Pinterest ou Google Plus, c’est faire des paris plus qu’audacieux et surtout valider des concepts pour les milliardaires du Web. J’avoue me questionner sur la pertinence de ces investissements importants sachant qu’il y a tant de projets à valeur ajoutée qui sont ignorés faute de modèles d’affaires comparatifs. Peut-être justement parce que les perspectives de rachat par ces milliardaires (exit strategy) ne sont pas assez convaincantes aux yeux des investisseurs qui misent sur ces rachats pour encaisser le pactole. Mais bon, seul l’avenir parlera, et c’est nous qui participeront à ces succès ou échecs. Prêt?

WellCut : le réseau social vidéo qui va à l’essentiel

Ceci est sans conteste la plus belle de mes découvertes. Un réseau social qui s’installe sur votre fureteur (Chrome) et qui présente une pastille dans toutes les vidéos que vous visionnerez (voir image ci-jointe) que vous pouvez cliquer pour extraire 10 secondes de ladite vidéo dans le but de la partager dans les autres médias sociaux. Vous aurez également la tribune vidéo proposée par Wellcut.tv dans laquelle les « WellCutter » nous auront gratifiés de leurs trouvailles. Personnellement, je trouve cela génial de pouvoir faire un extrait vidéo sur des vidéos intéressantes, mais souvent trop longues. 10 secondes est aussi un délai qui respecte les règles de droits d’auteur en musique, j’imagine, en vidéo également. De plus, nous savons toujours quelle est l’origine de la vidéo et nous pouvons cliquer sur un lien pour visionner l’original. Du vidéo clipping facile à utiliser, je parie que cet hybride entre outil vidéo et réseau social a des chances de percer parmi les grands utilisateurs de vidéos. Moi qui prône les vertus et le pouvoir de la vidéo depuis plus de 10 ans, je salue l’initiative et je leur souhaite longue vie. Installer WellCut et propager la nouvelle (pas d’application mobile à ce jour). Je vous partage ici, un extrait vidéo réalisé avec WellCut que je peux intégrer dans un site  mais le blogue de WordPress ne le permet pas…dommage!.

 

exemple-wellcut.png

Ripl : une application qui fait des vagues dans vos publications

Ceci n’est pas un réseau social, mais une application qui vous permet de mettre un peu de vie dans vos publications en les animant comme un GIF animé. À partir d’une image, vous choisissez le « template », vous entrez vos textes (vice-versa), vous pouvez ajouter une musique si vous le souhaitez et vous publiez dans Facebook, Instagram ou Twitter. Vous pouvez programmer un moment idéal pour la publication. C’est la frontière entre une vidéo et une publication statique. La publication joue en boucle. Avec l’algorithme de Facebook, le temps passé sur une publication semble être un indicateur de pertinence, ça ne peut pas nuire de faire quelques essais. Visitez le Apple Store pour télécharger ou visitez Ripl.com pour voir d’autres exemples.

Voici un exemple sans musique qui aurait pu être extrait avec WellCut directement dans Facebook, vous verrez d’ailleurs la pastille de WellCut :

Commentts: le réseau social qui mise sur les opinions imagées

En voilà une application de type réseau social qui a de hautes ambitions. Il souhaite nous inciter à commenter l’actualité avec des images et quelques mots bien choisis. Je me suis prêtée au jeu depuis quelques semaines. Les premiers jours, j’ai trouvé cela amusant. J’aime commenter, j’aime faire de l’esprit et susciter la réflexion sans compter que j’adore le média visuel. Commentts permet tout ça. Par contre, cette application mobile imaginée et lancée par deux Québécois (voir article) manque de participants et les commentateurs se font rares. Je ne sais pas comment ils pourront atteindre un seuil critique de commentateurs, et surtout les garder. L’actualité est aussi présentée selon un tri de l’éditeur, ce qui limite le choix de l’actualité à commenter. Par ailleurs, nous aimons croire que les nouvelles les plus percutantes sont triées pour nous ce qui fait office de veille médiatique. Je trouve aussi qu’il y a un fort volume de cynisme parmi les commentateurs et aussi des commentexemple-commenttsaires avec des « fottes » de français. Oui, je sais on n’y peut rien, mais ça enlève de la crédibilité à tout ça. J’imagine qu’avec un volume plus grand de commentateurs, nous aurons une meilleure  vision du potentiel. En attendant, il faut être un peu patient et engagé pour oser commenter visuellement. Je salue l’audace, et selon moi, je pense que ce réseau mobile devrait se convertir en outil de commentaires visuels pour d’autres médias. C’est tellement plus agréable de regarder un commentaire qui vaut mille mots! Voici un exemple suite à l’annonce des allégations d’inceste contre Jacques Languirand: Avouez que ces petits mots avec le visuel suscite un impact surtout que c’était le xième d’une série de révélations chocs en ce sens!

Si vous aimez participer et partager les belles trouvailles, vous voilà équipé de nouveaux outils pour être un membre actif de l’écosystème des médias sociaux qui ajoute de la couleur. C’est aussi, d’autres moyens de faire de la veille, surtout lorsque nous voulons suivre l’opinion publique.

Essayez-les, et partagez votre opinion. Vous avez fait d’autres découvertes, n’hésitez pas à m’en faire part. 

Blogue La Présence des idées