L’apocalypse des « cookies » nous rappelle que rien n’est immuable!

Tiens un titre qui risque de ne rien te dire, toi qui n’évolues pas dans l’univers mercantile du numérique. Mais toi qui gagnes ta vie en utilisant la publicité de Google, Facebook et cie, tu ne vas peut-être pas trop aimer ce que j’ai à partager ici après deux mois de silence radio. Et si tu es un internaute et un précieux fan, tu vas toutefois apprendre que derrière chaque grand changement, il y a des conséquences pour tout le monde.

D’abord, mes excuses pour ce silence hivernal, mais je préparais mon printemps comme une renaissance après avoir tourné la page sur une tranche de vie de 35 ans à Montréal. C’est mon apocalypse à moi, jeter les paradigmes de ma vie par-dessus bord et recommencer avec une page blanche, ou presque. La pandémie aussi a son influence pour chacun de nous. Pendant ce temps, j’ai pris connaissance de bien des changements à venir droit devant : la fin des « cookies » pour les tierces parties. Terminado le grand petit poucet numérique qui met son nez partout dans les affaires des autres en nous facturant nos informations. En termes clairs, la fin du traçage de nos visites par le GAFAM sur les sites fréquentés qui leur permettait de nous pousser du remarketing (tu sais ces publicités intrusives qui nous envahissent sur tous nos écrans après une visite en ligne ou une conversation captée sur nos mobiles pour louer un chalet ou acheter une pelle ou pire après avoir discuté avec un ami de tes problèmes érectiles! Rions un peu!). Tu as juste le goût de crier : yeah! Enfin! Ma libarrrté retrouvée! Je te comprends, la pression populaire sur la confidentialité de nos données a finalement eu gain de cause. Vraiment?

Mais encore, c’est quoi tout ça concrètement?

Mon billet n’est pas réellement prévu pour être technique, d’autres le font si bien. Et franchement, si tu es intéressé, Google est rempli de références et il y a moi, tu m’écris et on en parle concrètement pour ton entreprise si tu veux. Mais je me dois quand même de situer l’envergure de cette nouvelle et des conséquences sur les tactiques marketing. Si tu as déjà payé pour de la pub sur Facebook ou Google Ads, tu dois être assis sur le bord de ta chaise… sinon, assieds-toi, nous devons nous parler franchement.

À titre d’annonceur ou d’expert marketing, les règles du jeu vont changer drastiquement. D’ici 2022, les « cookies » qui suivent les parcours clients sur tout le Web vont être interdits, ou ignorés si les codes sur ton site ou celui de tes clients proviennent de tierces parties tels que Google ou Facebook. En d’autres mots, les internautes auront un répit sur les publicités envahissantes ciblées sur des visites récentes, mais seront en contrepartie envahis par des publicités tout à fait impertinentes puisque les annonceurs frapperont sur tout ce qui bouge dans l’espoir d’attraper une paire d’yeux disponible pour leur publicité! J’exagère un peu, mais à peine. Les audiences deviendront prédictives, ce qui risque heureusement de limiter les mauvaises cibles. Nos données seront cumulées différemment et conséquemment les algorithmes devront extrapoler les données. Mais sérieusement, cela va affecter de nombreuses entreprises annonceurs et fournisseurs dans cette industrie. Le changement est majeur.

Tu imagines qu’on avance ou recule en matière de vie privée? La vérité derrière ces changements est bien plus une question de guerre de données entre les joueurs du GAFAM qui négocient nos données à fort prix et si ces joueurs ne veulent plus s’accorder de réciprocité, et bien, chacun se terre derrière ses propres bases de données pour protéger son territoire. Tadam, c’est l’apocalypse des « cookies » qui tombe à pic avec les récriminations sur la vie privée.

Google Analytics 4 (GA4) : un changement ne vient jamais seul.

Si les internautes peuvent enfin sentir le vent de la pseudo confidentialité souffler dans leur cou, les entreprises de leur côté auront nettement avantage non seulement à réviser leurs méthodes publicitaires, mais aussi d’analyses et de suivis. En effet, dans cette mouvance du « cookie apocalypse », l’outil gratuit et fort indispensable dans les suivis Web qu’est Google Analytics va mourir de sa belle mort d’ici les prochains mois.

GA4 fait son apparition et propose une nouvelle approche de la mesure sur une plateforme tout à fait différente. Ce n’est pas une évolution, c’est une révolution de la mesure. Les mesures prédictives combleront les lacunes actuelles, et l’IA jouera un rôle majeur dans l’analyse des données anonymes et unifiées. Les plus chanceux qui utilisent déjà à grands frais, l’entrepôt de données brutes de Google BigQuery connaissent la valeur de l’accès à l’information globale. GA4 donnera accès à ce service gratuitement.

La mesure doit s’adapter pour reconnaître des comportements regroupés et anonymes et permettre d’agir et réagir en fonction des résultats. Ouf! Je sais, je suis étourdie à l’écrire. C’est un virage à 180 degrés. Le pire est que les données actuelles de ton Google Analytics ne seront pas transférables. Donc, il faut créer ton nouveau compte de GA4 dès que possible afin de cumuler des données dès maintenant pour ne pas tomber à zéro le jour où Google Analytics va cesser de fonctionner.

C’est une manœuvre somme toute simple lorsque tu sais comment faire, mais c’est une cascade d’étapes qui peut confondre les moins habiles. Notamment la création de Google Tag Manager est requise. C’est un autre sujet, et je dépasse largement la ligne que je me suis tirée pour ce blogue. Retiens simplement que tu dois installer GA4 dès que possible, par toi-même ou tu demandes de l’aide 😉.

Quel est l’avenir de la publicité numérique dans tout ça?

Nous pourrions dire que les beaux jours des médias sociaux et des publicités numériques sont derrière nous. Dans la nouvelle ère qu’on nous dessine sans notre consentement ironiquement, nous verrons des bienfaits ici et là. Même si le « far web » devient plus contrôlé, mieux encadré et certainement plus limitatif, il est clair que le GAFAM est, et restera, toujours le grand gagnant de ces resserrements au nom de la vie privée. Seules les entreprises futées sauront tirer leur épingle de ce nouveau jeu. Si vous souhaitez profiter des « cookies » de 1re propriété, donc les vôtres, des solutions d’affiliation existent. Ça sera l’ère de l’affiliation droit devant. Quel bon timing pour mon entreprise sœur Jaffili, nous pouvons polliniser vos affaires dans les nouvelles règles du traçage en faisant de votre écosystème social un effet de levier incroyable.

Une pandémie aux multiples facettes

Avec le monde entier rivé sur ses écrans depuis le début de la pandémie, nous pouvons affirmer que la concordance de ces changements avec l’ère post-covid semble orchestrée au quart de tour. Mais tout ça se dessine longtemps d’avance, et cette coïncidence nous rappelle simplement que rien n’est immuable. Nous sommes en perpétuel changement et l’ère numérique c’est 100% ça : s’adapter ou mourir. Qui aurait pu prédire que nous serions cloîtrés dans des règles sanitaires qui semblent être là pour rester et pour empoisonner notre vie? Une prise de conscience collective a toutefois démontré que le Web est la seule chose qui nous a permis de ne pas devenir cinglés et de demeurer fonctionnels comme société.

Enjeux numériques

Imaginons cette pandémie sans le Web et ses technologies de connexion, c’est simplement impensable. Imaginez votre entreprise sans boutique ou service en ligne. C’était pourtant le sujet de mes conférences et formations pendant des années durant la dernière décennie, convaincre les entreprises de rejoindre la vie numérique et leurs clients. La Présence être là, où vos clients sont! Répéter ad nauseam et aujourd’hui qui a besoin d’entendre ça? C’est tellement évident!!!

Moi, je la remercie cette pandémie, même si j’en suis fatiguée et écœurée. Elle aura permis de comprendre que l’internet doit être démocratisé si nous voulons avancer ensemble vers le futur qui nous apporte son lot de surprises, bonnes et moins bonnes. Elle nous aura aussi permis de franchir un grand pas vers la numérisation des services de tous acabits sans oublier le travail à domicile accessible dans les entreprises, l’école à la maison lorsque nécessaire, le médecin à la maison lorsque nécessaire et j’arrête ici.

Maintenant, je parle à vous les gouvernements, pendant que la vie est suspendue aux crochets de la pandémie, le monde continue d’avancer. La réalité continue de nous rattraper et prendre les devants au lieu de toujours être à la remorque du GAFAM devient une question de survie. Voilà, une belle occasion pour les publicitaires de chez nous de reprendre un peu de contrôle, à nos commerçants de battre Amazon sur notre propre terrain et d’encadrer les réseaux sociaux pour arrêter les bozos en manque de sensations fortes de cracher à qui mieux mieux sur les personnalités publiques et colporter des fausses informations.

Le futur est entre nos mains, et les affaires numériques se doivent d’être maîtrisées pour garder notre compétitivité.

Besoin d’y voir clair?

Blogue La Présence des idées

4 commentaires sur « L’apocalypse des « cookies » nous rappelle que rien n’est immuable! »

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.