Lorsque la mobilité accélère la bêtise humaine!

mobilite-acceleration-betise

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Les veufs et les veuves du cellulaire!

Mon billet aujourd’hui est inspiré d’une grande leçon de vie à l’ère numérique qui me donne envie de partager avec vous. Il y a déjà un moment que les téléphones intelligents ont envahi nos vies. Près de la moitié de toutes les visites dans les sites le sont par mobiles et tablettes. Cela est donc étonnant de constater qu’il y a encore des entreprises dont leur site n’est pas compatible pour les écrans de petits formats. Si vous souhaitez le valider, faites le test avec Google et vous aurez en prime les correctifs si votre site n’est pas adapté. D’ailleurs, depuis avril 2015, seuls les sites adaptatifs sont présentés dans les propositions de recherche de Google, les autres étant considérés comme inaptes à l’expérience de l’usager. Je dois dire que je comprends. Qui n’a pas ragé devant un site dont les boutons ne sont pas lisibles, et encore moins cliquables? Tout ça pour dire que la mobilité est maintenant une réalité incontournable d’affaires et dans la vie de trop d’humains, faut-il ajouter!

Utilisation abusive de cette nouvelle arme de destruction collective

panneauJe vous rassure, je ne vous parlerai pas des dangers de texter au volant, la SAAQ se charge très bien de ce volet éducatif avec plusieurs campagnes dont : « Vous êtes à deux doigts de la mort! » (excellente d’ailleurs). Il y a quelques semaines, j’ai moi-même freiné trop tard en phase de décélération avec une voiture qui a freiné plus brusquement que prévu devant moi. J’ai frappé cette voiture à 15 km maximum. Ce fût qu’un impact mineur, aucun dégât, mais j’ai remercié le Bon Dieu de m’avoir donné toute une leçon sans plus de conséquences. Tout ça pour avoir baissé les yeux pour texter : « Oui, mon amour! J’arrive! » Avouez qu’il eût été ironique de ne jamais arriver!!!! Bref! La majorité d’entre nous sont dorénavant esclaves des foutus téléphones intelligents qui nous rendent tout, sauf intelligents. Il est vrai que j’ai tout sous la main avec mon iPhone. Une question? Je demande à Sainte-Hernette (voyez cette vidéo avec Pierrette Robitaille, vous allez tellement rire) et j’ai ma réponse. Je suis souvent quitte pour plusieurs minutes de lecture, mais chaque fois j’apprends quelque chose. Mon appareil photo, mon dictaphone, mon carnet de notes, la météo, mon agenda, mes courriels, mes contacts, mes réseaux sociaux et j’en passe. Oups, j’allais oublier les fonctions de base : mon téléphone et les merveilleux textos. C’est véritablement une cocaïne numérique, une nomophobie collective, aussi appelée plus largement : cyberdépendance! Impossible de s’en passer une fois que nous en sommes accroc. J’ai quelques personnes de mon entourage qui faisaient office d’irréductibles Gaulois avec leur téléphone cellulaire de vieille génération, et à force de se faire traiter comme des gens dépassés…et bien, ils ont fini par rejoindre les rangs des toxicomanes de l’héroïne électronique. Un tel fléau que la majorité des parents branchent les enfants sur les écrans de plus en plus jeunes, et des études prouvent que nous sommes en train de faire une génération de psychotiques. Mais si ce n’était que ça!!!

Des relations de couples éclatées et brisées à cause de cette dépendance

J’ai un couple d’amis marié depuis très longtemps qui vient de se séparer ce week-end. Une triste histoire puisque ce couple semblait parfait aux yeux de tout le monde dans leur entourage. Mais voilà qu’une nouvelle amitié est née avec un autre couple. Ce quatuor était vraiment magique. Le plaisir coulait à flots et les projets qu’ils faisaient ensemble étaient un présage d’un futur merveilleux. Il n’y avait aucune combinaison dans ce quatuor qui ne fonctionnait pas en duo. La chimie était parfaite en tous points. Or, une chimie plus que parfaite s’est installée dans un duo du quatuor, mais dans les mauvais couples. C’est le genre d’histoire banale de prime abord, nous avons tous entendu des histoires similaires. Par contre, dans une vie antérieure, ce duo n’aurait pas eu accès à des textos pour se parler à chaque occasion pour avancer un projet commun déguisé en prétexte. Cette proximité « silencieuse » et accessible partout n’a fait que nourrir une fascination de plus en plus grande pour l’un et l’autre. Pas moyen de les arrêter. Un petit texto pour un rien, et pour toutes raisons. Et de plus en plus à toute heure! Et de plus en plus longtemps, avec des excuses pour se trouver un peu d’intimité là où nul ne peut trop se méfier! Le duo laissé pour compte manifestait des impatiences assez claires, mais allez donc savoir à qui votre conjoint texte ou si vous le savez, qu’écrit-il? De toute façon, chacun s’empresse de rassurer l’autre puisque tout ça est inoffensif. Je suis dans la maison avec toi mon amour!!!! Nul besoin d’être inquiète! Dans un monde déconnecté, ces échanges auraient peut-être eu lieu, ou pas, allons donc savoir, mais avouez que la vitesse des échanges aurait été plus modérée, la réflexion avant d’agir plus grande, et les évidences d’absence du conjoint plus suspicieuses. Bref! La tricherie amoureuse existe depuis la nuit des temps, nous accélérons que le processus semble-t-il, et de manière plus hypocrite.

Bref! Se faire cocufier dans sa maison, et dans le dos, mais de face, c’est aussi ça la nouvelle réalité des toxicomanes du téléphone inintelligent émotivement! À cela j’ajoute les chicanes de textos, ou causées par eux, où l’analphabétisme prend tout son sens avec des mots si mal écrits qu’on confond les verbes avoir et être. Encore pire avec l’absence d’intelligence émotionnelle, où les quiproquos sont tellement faciles, et les interprétations dénudées d’émotions permettent les plus grandes chicanes aussi stupides qu’inutiles. Ironiquement, les plus jaloux font des montées de lait si l’autre prend trop de temps à répondre, sachant que leur propre temps de réponse est le niveau de la mesure de leur suspicion. C’est aussi les plus jaloux qui pensent qu’une visite sur Facebook équivaut à un repêchage en règle. En d’autres termes avec un tel arsenal, toutes personnes malhonnêtes, jalouses, menteuses, tricheuses, contrôlantes, possessives, manipulatrices ou autres qualificatifs issus d’un dysfonctionnement relationnel, est un danger avec un téléphone au bout des doigts. Une chicane par texto, c’est exactement comme si deux personnes s’engueulaient avec un sac en papier brun sur la tête et des bouchons dans les oreilles. Bon, il faut le dire, la pluie fait pousser aussi bien les tomates que la mauvaise herbe, même si les téléphones intelligents sont utiles, il faut avoir de la jugeote pour s’en servir à bon escient. Parce que l’impulsivité est trop facile, nous n’apprenons plus à parler pour sauver du temps. Si nous ne pouvons parler au téléphone de vive voix, attendons alors pour avoir une vraie conversation. Les écrans au creux de la main sont devenus des paravents pour la relation humaine présente. Réalisons urgemment que nous avons atteint un paroxysme dans cette pseudo humanité dématérialisée et accessible en un clic. Il y a de nombreuses questions et défis qui nous attendent si les enfants ne sont pas limités et encadrés, et si les adultes n’apprennent pas à fermer leur foutu téléphone ou s’en servir véritablement intelligemment. C’est la 8e plaie d’Égypte, une bombe anti Présence si mal utilisé!

L’ironie de cette dépendance : hyperbranché et si déconnecté!

Crédit photo : Karine Boivin Roy - captée à New-York octobre 2016 - maman magasine!

Crédit photo : Karine Boivin Roy – captée à New-York octobre 2016 – maman magasine!

Lorsque je tente de trouver un sens à tout ce non-sens, je me dis, c’est la même histoire depuis la nuit des temps : il y a toujours eu des gens avec, ou sans, jugement selon des codes moraux variés. Les outils technologiques accélèrent simplement tout au passage, y compris la bêtise humaine. Avec l’élection de Trump, nous savons déjà que la moitié des Américains ont un sens élastique de la morale et de la droiture sans oublier un jugement douteux. Élire un président avec un tel CV démontre que l’accès au savoir ne rend pas plus intelligent, et que même si nous amenons l’âne à la rivière, nous ne pouvons pas boire à sa place. Une grosse utopie d’ailleurs lorsque l’on pense que les électeurs républicains sont considérés conservateurs et protecteurs des valeurs de la moralité!!! Comme nous pouvons le constater, le jugement n’est pas donné à la naissance, il s’enseigne. L’éducation d’aujourd’hui a donc de très grands défis pour enseigner le sens des valeurs et du jugement à notre jeunesse pour qu’ils apprennent le respect et le sens de l’engagement et de l’autre dans cette ère qui permet les plus grandes dérives. Il semble que dans trop de maisons, les conversations familiales se soient transformées en monologue silencieux sur un écran au creux de la main. Les nombreux photos et exemples partout autour nous démontrent quel niveau de pathétisme nous avons atteint dans nos incapacités à communiquer et à s’isoler dans nos bulles. Tristement, plus ça va, et plus tout le monde trouve cela normal… À un point tel, qu’une amie en visite de parents à l’école, expliquait aux éducatrices sa philosophie de limiter les heures d’écran, et l’obligation de faire autre chose et de se coucher tôt. Les deux éducatrices ont eu les yeux pleins d’eau, trop-pleins d’émotions, elles lui ont répondu : « Mon Dieu que vous nous faites plaisir… si vous saviez à quel point les enfants se couchent trop tard et sont laissés à leur écran ». Mais que nous arrive-t-il comme société, quelle est cette dérive dans la gestion de nos rapports humains et ce sabotage des enfants? Les parents cyberdépendants abdiquent face à la pression des enfants pour leurs besoins d’écran, et les autres se battent encore à contre-courant!

Une seule solution : s’aider mutuellement à changer notre focus

Le conjoint de mon ami a dit à sa femme cocufiée : chérie, rend-toi à l’évidence, il ne se passait plus rien entre nous! Et elle de répondre : tu ne m’as jamais rien dit, avant que tu passes toutes tes soirées sur Facebook et sur tes textos… nous faisions l’amour… il aurait fallu me parler!!! En effet, pourquoi pas un petit texto à sa femme pour lui dire je t’aime, je suis à côté de toi…veux-tu que nous parlions ou mieux encore?  Être branché avec le monde, et ne pas parler à son conjoint le soir au coucher, trop absorbé par notre iPhone… sur Facebook, les courriels, les textos et j’en passe…. c’est le début de la fin! En plus de la confiance qui se mesure dorénavant à l’accès aux mots de passe du téléphone ou autre. C’est la nouvelle réalité dans laquelle on vit : la confiance numérique (voir ici les signes)! C’est clair que la Présence est à mille lieues de ce concept! Il faut se mettre des limites… c’est une drogue insidieuse qui fait des ravages très graves. À traiter comme la nicotine, l’alcool et le jeu! Alors, cette semaine calculez le nombre d’heures où vous aurez le nez collé à un écran pendant que votre amoureux (se) est dans la même pièce, ou vos enfants…et exigez la Présence… mais donnez d’abord la vôtre. L’amour a besoin d’eau et de soleil, comme votre téléphone a besoin d’être rechargé! Commencez par réduire de 5% par jour votre temps sur écran… d’ici 20 jours, vous devriez arriver à des résultats étonnants! D’ailleurs, à en juger par le coût de cette mobilité familiale, réduire l’utilisation de vos données, qui dépassent de plus en plus les limites avec la surconsommation, vous ferez une pierre deux coups!

Si vous avez lu ceci, c’est que vous êtes devant un écran… mais rassurez-vous, l’idée n’est pas de jeter l’eau du bain avec le bébé dedans… S’éduquer, s’inspirer, apprendre, et partager, demeureront toujours des activités nécessaires si on veut faire avancer l’humanité… sur un iPhone ou dans une bibliothèque! D’ailleurs, si votre couple bat de l’aile, il y a d’excellentes sources d’informations sur le Web, et des solutions faciles à trouver ailleurs que sur vos textos et Facebook pour un succédané du bonheur!

Soyons plus intelligents que nos téléphones, ralentissons la bêtise humaine!

Blogue La Présence des idées

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion sur “Lorsque la mobilité accélère la bêtise humaine!

  1. Pingback: Quel avenir pour la vérité à l’ère du numérique? | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s