La différence entre une foule et une communauté!

foule-communaute-minddrop

Temps de lecture estimé 4 minutes

Je suis obligée d’admettre que le titre en anglais serait sans doute plus évocateur qu’il ne l’est en français. En effet, les mots « Crowd » et « community » sont définitivement plus utilisés dans le langage courant du Web. Dans la foulée du « crowd-tout-et-rien » (sourcing, funding, coding, design, etc.), avez-vous déjà entendu parler du foulefinancement, du foulecodage ou du foulesource? Sûrement que non, mais du crowdfunding ou du crowdsourcing sûrement. La variante en français se concentre plus sur le mot social comme dans le sociofinancement ou socio-tout-et-rien! Peu importe votre allégeance pour Shakespeare ou Molière, disons que la même question demeure pertinente: qu’elle est la différence entre ces deux notions souvent confondues?

L’aspect « social » pour différencier foule et communauté?

À l’ère des médias sociaux, nous pouvons affirmer que nos modes de vie sont totalement transformés et les conséquences dans notre quotidien sont énormes. Mais cela ne justifie pas l’utilisation du mot « social » lorsque nous parlons de  « foule » et selon moi, c’est un raccourci à éviter. Si je suis dans un cocktail, je suis en pleine activité dite sociale, tout comme si je publie sur mon mur de Facebook ou LinkedIn. De la même façon, si quelqu’un partage un commentaire anonyme dans un blogue, il fait une activité considérée sociale dans le vocabulaire du Web. Mais la réalité est plus nuancée et complexe à la fois. Une foule est anonyme et représente un grand nombre de personnes indifférenciées. C’est la création d’une entité qui agrège les individus qui la compose.

Nous entendons depuis longtemps que l’âge mental d’une foule est généralement celui d’un enfant de plus ou moins 7 ans. Parce qu’un individu caché dans une foule perd son individualité et ses inhibitions. Une foule est donc une masse transformée en animal « social » qui aurait brisé sa laisse. Si vous y ajoutez l’anonymat, fort utile pour ces « animaux » affamés de polémiques et chaos, notre ère est parfaite pour servir les intérêts de ceux qui savent manipuler ces bêtes, tout sauf sociales, selon moi. Nous pouvons affirmer que Trump a su utiliser les foules hargneuses à son avantage, comme Obama l’avait fait avant lui dans une foulée plus positive disons-le. Les foules sont utiles pour sonder l’opinion publique et tâter le pouls d’une humeur collective. Je ne parle pas ici des méthodes pour le faire, car sur ce point, les foules en sont les seuls juges selon le principe de la démocratie. Avouons cependant que les médias, dits sociaux, ont engendré la capacité de manipuler les foules plus rapidement et plus dangereusement aussi. Imaginez si Hitler revenait à notre ère numérisée… hum! Un sujet que j’ai abordé dans mon livre et qui semble avoir été un peu trop prophétique.

Voilà déjà une énorme différence, une communauté est composée d’individus identifiés qui partagent des idées et des intérêts à la lumière du jour et qui assument leur individualité pour faire avancer les débats ou faire rouler une économie de partage. Je pourrais même aller jusqu’à dire que les communautés seraient plus l’exemple parfait de l’intelligence collective alors que l’on peut douter parfois de la sagesse des foules. La Présence dont je parle n’est pas visible dans les foules, mais dans une communauté.

L’aspect « économique » d’une foule ou d’une communauté

Ce sont les sujets de discussion qui ont eu lieu au WebSummit à Lisbonne qui m’ont inspiré cet article.  J’ai été intrigué par un thème à propos du phénomène des foules vs des communautés. Il est vrai que l’on confond facilement les deux. Mais pourquoi le besoin de faire une telle distinction dans une communauté réunie autour des enjeux du Web?

Le WebSummit rassemble justement des acteurs du Web, des start-ups et d’autres en croissance, des sommités, des influenceurs, des investisseurs et encore plus. Dès que les évaluations financières sont en cause, la notion de foule et de communauté revêt une importance capitale. Des capitalisations boursières sont presque toujours basées sur le nombre d’utilisateurs qui sont déjà engagés avec ledit réseau, logiciel ou plateforme, et sur le potentiel de croissance. D’ailleurs, Twitter évoque bien ce phénomène avec ses pressions boursières importantes, en lien avec le nombre de ses utilisateurs qui stagne ou diminue relativement aux attentes. Le nombre d’abonnés est en partie la « mesure » qui donne, ou freine, l’élan aux investisseurs.

Une communauté c’est d’abord une foule dite structurée et organisée en réseau. Nous comprendrons donc que les utilisateurs d’un réseau social tel que Twitter représentent une mine d’or, car ils sont avant tout constitués en réseau, et donc en communautés d’intérêts. Les utilisateurs doivent s’inscrire et ainsi partager des données qui ont une valeur recherchée par les investisseurs. L’aspect de la qualité de ladite communauté a d’ailleurs plus de valeur que la technologie elle-même dans l’univers du Web. Le premier achat en 2009 de Skype par eBay au prix de 2,75 milliards n’était sûrement pas lié à la valeur unique de sa technologie? Et que dire du rachat par Microsoft en 2011 au coût de 8,5 milliards? Voilà une démonstration éloquente de la valeur économique d’une communauté, tout comme Facebook et autres réseaux sociaux. Si vous ne créez pas de communautés, vous demeurez à la merci des foules et de leur humeur imprévisible. Une foule est l’équivalent des visiteurs qui passent sur un site sans s’y engager, quoique ce trafic ait une certaine valeur, ce n’est qu’une étape.

Cultiver les communautés et utiliser les foules

Si une communauté est un regroupement d’âmes qui partage une même passion, une foule n’a pas d’âme. Par contre, une foule indifférenciée peut être fort utile pour solliciter du financement, des idées, faire des sondages et répondre à des appels à l’aide d’une communauté comme lever des fonds ou faire circuler des messages et même influencer. Certes, il y a assurément une valeur lorsque ladite foule participe, mais si nous ne pouvons en distinguer les acteurs, y associer un nom ou une quelconque information, les investisseurs lèveront le nez. Ce qu’ils aiment c’est la prévisibilité et les données propriétaires. Bien sûr, si un site attire une « foule » de visiteurs cela est un atout pour valoriser la publicité ou d’autres sources de revenus, c’est même un aspect incontournable à l’équation. Une foule c’est donc des paires d’yeux qui auront d’autant plus de valeur si nous pouvons les regrouper en intérêts, en données démographiques ou comportementales. En fait, tout le travail d’un marketing aguerri à l’ère numérique est justement de transformer les foules en communautés que vous pouvez appeler « clients », « membres », « fans », ou autres, à la fin, si vous détenez une allégeance, un engagement sous forme de données, vous avez acquis la confiance, ce qu’une foule ne peut donner.

Donc en résumé, la recette du succès dans toutes formes de projet Web est de cultiver les communautés, et pour y arriver, il faut savoir utiliser les foules pour les convertir en membres de notre communauté. C’est d’ailleurs le but de la majorité des stratégies de marketing de contenu donc l’objectif est orienté sur la conversion des internautes passifs en clients (membres) actifs. L’art de convertir un site Web en sources de revenus, c’est déjà de convaincre les clients potentiels de devenir un client, mais le summum c’est de réussir en transformer des passions communes en communauté d’intérêts pour dégager des valeurs tangibles tant pour les investisseurs que pour les annonceurs.

Ne soyez donc pas étonné si vous remarquez dans l’avenir de plus en plus de projets orientés dans ce sens, c’est une notion que de plus en plus comprennent habilement. Il faut viser les marchés de niches et construire des communautés solides, la qualité sera de plus en plus valorisée au détriment de la quantité. Vous aimeriez créer une communauté? Je peux vous aider.

Merci d’être dans ma modeste communauté d’intérêts! (Abonnez-vous, ou suivez-moi!)

Blogue La Présence des idées

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s