La boîte de Pandore « IA » est ouverte : que faire en 2023 ?

Je réfléchis à ce billet depuis des semaines. Encore hier soir, un sommeil perturbé après la lecture des grandes découvertes de 2022 et les grands flops en techno de 2022. Difficile pour moi de faire mieux que les nombreux journalistes qui rivalisent entre eux à la recherche d’angles différents pour aborder à peu près tous les mêmes questionnements suite à l’arrivée de ChatGPT3 (ici, au son, on dit « tchatgipiti », une équipe marketing qui n’a pas le sens du punch) et de DALL-E et ses concurrentes. Psst, n’arrête surtout pas de lire, car 2023 aura besoin de toi plus que jamais. Si tu me permets, laisse-moi te guider dans les méandres de mes réflexions jusqu’à la fin. Nous aurons besoin de tous les humains en chair et en os pour la suite.

Un nouveau paradigme l’intelligence artificielle « IA »

Pour la plupart des néophytes, nouveau semble le mot bien choisi pour définir cette réalité qui nous entoure depuis de nombreuses années déjà. Sans vouloir paraître alarmiste, disons que le génie est sorti de la bouteille et les chances de le remettre dedans sont plutôt minces. Mon premier billet de blogue sur le sujet de l’intelligence artificielle « IA » date de 2012 et je parlais du Dr. Michio Kaku et de son livre . Je me souviens à quel point cette lecture et sa conférence m’avaient profondément interpellées. Une décennie plus tard, ses prédictions prennent le chemin de la réalité de notre quotidien. Ce qui s’est passé en 2022 n’est ni plus ni moins que l’ouverture de la boîte de Pandore pour le futur de l’humanité.

Bon, avant de me lancer des tomates, ou de commencer une crise d’anxiété, je répète, suis-moi.

D’abord, j’ai posé la question à ce nouvel intrus dans nos vies : ChatGPT3. Qu’est-ce qu’une boîte de Pandore?

Réponse : Une boîte de Pandore est une légende grecque selon laquelle Pandore était la première femme créée par les dieux, et qu’elle a été donnée une boîte contenant tous les maux et les malheurs du monde. Elle a été curieuse et a ouvert la boîte, libérant ainsi tous les maux et les malheurs sur le monde. Depuis, la boîte de Pandore est devenue une expression symbolisant un problème ou une situation complexe où il y a de nombreux maux ou problèmes qui sont libérés en même temps. En français, on parle souvent de la « boîte de Pandore » pour décrire une situation où l’on craint que la résolution d’un problème ne conduise à d’autres problèmes encore plus graves.

Non, mais. Dans un langage parfait sans la moindre faute de français, dans une explication ultra claire, voilà qu’il fait mieux que moi et bien d’autres pour expliquer tout ça. Note au passage que les Dieux grecs étaient misogynes, mais ça, c’est une autre histoire à l’ère du wokisme. 😉

J’ai ouvert personnellement la boîte de Pandore. J’ai fait des tests. J’ai même ouvert deux comptes. Oui, il faut ouvrir un compte pour avoir accès gratuitement. C’est un moteur de recherche conversationnel qui exige une connexion. Attention, vous ne pouvez pas demander quel est le meilleur resto à côté de chez moi. Il ne s’agit pas de connaissances en temps réel sur l’actualité (il ne connaissait rien des vaches en cavale pour dire lol), mais des connaissances arrêtées en 2021 au moment de la ponction des données mondiales du Net. Google peut donc respirer… pour le moment. Alors, deux comptes pour voir si les réponses seraient les mêmes avec des questions identiques. Je suis tout simplement soufflée par le fait que les contenus se ressemblent, mais ne sont pas identiques. On comprend mieux la crainte des enseignants. Je pourrais citer des tonnes d’exemples que j’ai validés et dont j’ai aussi discutés avec un ami qui a un fils de 16 ans. Il a fait un exposé écrit sur un sujet très précis avec ChatGPT3 en 10 secondes. J’ai créé une extension pour WordPress pour un calculateur hypothécaire avec toutes les instructions claires et précises. De la programmation sans programmeurs…

Plus tôt, j’avais aussi testé le nouvel outil https://playgroundai.com/ pour créer des images à partir d’une commande texte. Nous appelons ça du « text to image ». Simplement dit, vous exposez votre besoin par une phrase écrite comme si vous parliez à votre graphiste, et zoop, en 5 secondes, vous avez des images uniques à volonté. Vous pouvez aussi fournir une image à titre de référence. Vous n’êtes pas satisfait? On recommence avec des instructions plus précises ou pour d’autres suggestions. J’ai fait environ 20 images pour faire la bannière avant de trouver ce que j’avais en tête. Qui s’en soucie, la graphiste aurait sûrement mis un frein à ces itérations.

J’allais oublier aussi les logiciels de rédaction complètement autonomes, les logiciels de traduction qui reproduisent même les mises en page, oui j’ai testé. Bien obligé de dire que j’ai eu un choc.

Donc, 2022 a permis à l’IA de frapper aux portes de monsieur et madame Tout-le-Monde et tout ça gratuitement. Du moins, pour le moment pour ChatGPT3. Mais le potentiel commercial est énorme. Il y a DALL-E déjà en version payante, mais pour le moment, ça demeure accessible.

Il y a tellement à dire. Il y a tellement qui a été dit. Et il y aura tellement qui sera dit. Choisir de vous parler des vertus de ces outils est aussi indécent que d’être complice du déclin de l’intelligence humaine.

Faut voir, comment ChatGPT3 contextualise ses réponses toujours avec bienveillance, mises en garde et nuances. C’est mieux que parler avec certaines personnes que je côtoie. J’essaie de m’imaginer à l’adolescence avec ces outils à portée de mains et peu de surveillance parentale. Je pense que bien des perspectives auraient été changées. Déjà de poser des questions délicates à ce cerveau artificiel qui peut se souvenir de tes dernières questions. Il est déjà prédit que les consultations à caractère psychologique pourraient même être faites par ce nouvel ami sans jugement et avec une mémoire infaillible. Quelle différence avec Google me diras-tu? Toute la différence. Même plus besoin de chercher parmi les milliers de suggestions et de trier et coller nous-mêmes les morceaux. La fin du SEO tel que nous le connaissons n’est qu’une question de temps.

J’ai eu des échanges houleux avec certaines personnes sur l’évolution des technologies. Certaines trouvent tout simplement normal que nous ayons copié des millions de fichiers contenant des œuvres sous droits d’auteur pour en faire des versions inspirées sans aucuns frais (ou avec). Il y a déjà des poursuites à cet égard. Une polémique bien expliquée dans cet article du Devoir. Mais si tu étais un artiste, un graphiste ou créateur de vidéos, tu comprendrais que tes années d’apprentissage, ta valeur et ton avenir viennent de prendre le bord de la poubelle qui n’est pas artificielle, elle.

Si tu étais rédactrice, journaliste, spécialiste de contenus SEO, traductrice, recherchiste, programmeur ou autres métiers qui exigent de la cervelle bien réelle, tu comprendrais pourquoi je parle de la boîte de Pandore. Bien sûr, il y aura bien un délai avant de « flusher » tous ces talents au profit de l’IA. La question qui tue : combien de temps ce délai? Tiens, je vais poser la question à mon nouvel « intru ».

Question : Selon toi, combien faudra-t-il de temps avant que des métiers de rédacteurs, programmeurs, traducteurs, graphistes, etc. soient remplacés par l’IA?

Réponse : Il est difficile de prédire avec exactitude quand ou si des métiers tels que les rédacteurs, les programmeurs, les traducteurs ou les graphistes seront entièrement remplacés par l’intelligence artificielle (IA). Il est vrai que l’IA peut être utilisée pour accomplir certaines tâches de manière plus efficace ou plus rapide que les humains, mais il y a de nombreux aspects de ces métiers qui ne peuvent être automatisés ou qui dépendent de la créativité et de l’ingéniosité humaines.

En outre, l’adoption de l’IA dépend de nombreux facteurs, notamment les coûts et les avantages associés à son utilisation, la disponibilité de personnel formé pour utiliser et développer l’IA, et les réglementations et les normes éthiques en place. Il est donc peu probable que l’IA remplace complètement ces métiers de sitôt. Cependant, il est important de noter que l’IA pourrait avoir un impact sur la manière dont ces métiers sont exercés et qu’il est important de s’adapter aux changements technologiques pour rester compétitif dans l’économie actuelle.

Non, mais je rêve. L’IA nous avertit très ouvertement que tout dépendra de l’argent, de l’éthique, la disponibilité du personnel formé et des réglementations. Il nous invite aussi à s’adapter. Ouf! Et reouf!

Après la pénurie de main-d’œuvre, la tuerie de main-d’œuvre

À moins de vivre dans une autre galaxie, tu sais sûrement que nous sommes en pénurie de main-d’œuvre. Nos leaders politiques se chicanent sur le nombre exact d’immigrés à accepter pour combler ces écarts. Selon les experts qui se prononcent, il est possible que la récession en cours de traitement (faut juste être patient) annule les besoins et rétablisse l’équilibre. Bof! Difficile de savoir qui a raison ou tort, mais chose certaine, sur un horizon de temps plus long, la structure même de l’emploi sera complètement modifiée. C’est déjà commencé. Nous formons des jeunes pour des métiers qui n’existeront plus sous peu. Et nous ne formons plus depuis des années les jeunes pour les métiers qui seront nécessaires dans un futur immédiat.

Merci à l’IA de nous prédire un futur gênant pour les cerveaux et un futur brillant pour les réparateurs « Maytag » et les préposés aux bénéficiaires. Je n’ai rien contre ces métiers « essentiels », mais comment encourager les jeunes à rester à l’école, si compter, écrire, programmer, créer, dessiner, traduire, etc. n’a plus de valeur? Tant que les robots ne ramperont pas dans les soubassements pour réparer les tuyaux percés ou ne changeront pas les couches, le jus de bras sera le nouveau Klondike.

Voilà des questionnements que nous devons adresser maintenant. Comme la pyramide démographique, les sorties massives des « baby-boomers » pour des retraites bien méritées étaient aussi prévisibles qu’une horloge suisse. Qu’on fait les entreprises, les gouvernements et les organismes impliqués? Rien. Nada. Niet. Zéro. Si j’ai tort, je veux des faits. Il y a dix ans, j’ai tenté de faire l’apologie de l’expérience-employé et des outils pour le transfert des savoirs, l’appétit des entreprises était nul. La mémoire des entreprises quitte par milliers depuis le début des départs massifs à la retraite.

Nous avons collectivement balayé sous le tapis ces prévisions pour nous concentrer sur des problèmes plus urgents. Comme les problèmes dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les routes, dans l’environnement et j’en passe. Je ne dis pas que ce n’était pas important et que ça l’est toujours d’ailleurs, mais je dis que nos problèmes sont bêtement reliés en grande partie au manque de main-d’œuvre. Il fallait plus de relève, il y a dix ans déjà. C’est comme si cette prévision démographique allait par miracle s’auto-corriger.

Personnellement, je refuse de vivre avec la fatalité de l’IA et de considérer cette bataille perdue d’avance. Tant qu’il y aura des humains, il faudra rester humain et prioriser l’humain. La Présence doit rester notre phare dans ce brouillard numérique. En ce moment, presque tout le monde vient d’arriver sur terre pour réaliser que nous n’en avons qu’une. Nous prônons l’achat local, enfin! Devrons-nous un jour prôner le « travail humain » enfin valoriser la Présence ? Surtout lorsqu’on sait que les jeunes n’ont aucune envie de s’essouffler au travail et que leur qualité de vie passe avant tout. Faudra bien trouver un équilibre dans tout ça. À force d’en faire moins, et de moins en moins, on finira par déléguer à peu près tout aux machines dites « intelligentes ».

L’Homme bicentenaire, Blade Runner, 1984 et j’en passe sont loin d’être de la science-fiction. Ça ressemble de plus en plus à de la science-prédiction.

Que dire d’Elon Musk avec Neuralink et ses implants cérébraux et ses neuroprothèses (j’évite la saga Twitter depuis lui)? Il dit sans broncher que l’IA est une plus grande menace que la bombe nucléaire. Donc, sa position est simple : si tu ne peux pas vaincre l’IA, joins-la. (If you can beat them, joint hem). Donc, avec un petit trou de la grosseur d’un 25 cents creusé dans la boîte crânienne, on pourra devenir un ordinateur bipède. Une fois connectée en réseaux, l’IA aura accès un énorme réseau de neurones humains. Ouf! Voulons-nous vraiment joindre cette folie? En gros, voilà l’ambition de l’homme le plus riche (avant). Oui, ces avancées technologiques sont merveilleuses pour des personnes avec des neurones défectueux. Plusieurs personnes avec des traumatismes crâniens pourraient changer de vie. Mais après? Nous ouvrons le prochain débat sur les transhumains. J’arrête ici, car le sujet est tellement vaste et polarisant. Par contre, j’ai écrit un article sur le sujet des transhumains ou l’humain alternatif en 2017 et c’est encore d’actualité.

Rappelons-nous simplement que le processus d’adoption généralisé de toutes innovations débute par des wow pour régler des problèmes insolubles jusqu’à maintenant ou apporter une plus-value à la société. Bien sûr que l’IA apporte déjà des bienfaits, comme en témoigne cet article sur la gestion des urgences. Mais tant que l’IA est utilisée comme un super calculateur, je dis bravo. Les applications sont nombreuses et nous en bénéficierons. L’industrie 4.0 est axée sur ce principe.

Que faire en 2023 et dans les années à suivre?

J’aime beaucoup la philosophie des autochtones en ce qui concerne la guidance des « leaders ». Ils doivent penser aux sept générations passées et aux sept à venir avant de décider de la direction à prendre. Une autre aussi : nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants.

Je pense que nous sommes à cette intersection de l’évolution humaine. Et si je me fie aux leçons non apprises de nos gouvernements depuis l’arrivée de l’Internet, j’ai peur. Eux qui ne sont toujours pas capables de réparer les pots cassés faute d’actions au moment opportun. Au mieux, ils colmatent les fuites très malhabilement. Que vont-ils faire devant cette réalité? Comment vont-ils tirer les limites à ne pas franchir sachant que des super puissances n’auront jamais la même éthique que nous. Et si « nos gouvernements » devenait « NOUS »?

Nous avons empêché la Chine insidieuse de s’installer ici via la 5G au détriment de la capacité de nos réseaux. Ce sont de très graves enjeux. Des enjeux qui s’empilent les uns sur les autres, comme la cybersécurité qui fait damner les entreprises et les gouvernements depuis que les rançongiels polluent nos vies. Les COP ont fait la une en 2022, mais qui organisera la COP des enjeux technologiques? À qui revient cette responsabilité mondiale? Nous avons un aspirant premier ministre qui voulait abolir la Banque du Canada au profit de la cryptomonnaie. La plus grande vedette de ce Farwest crypto a fait perdre des milliards à ses spéculateurs. Encore heureux que la Caisse de dépôt et placement du Québec n’ait pas mis tous ses œufs dans ce panier. Nous essuyons déjà une perte collective de 200 millions pour une autre faillite dans ce secteur. Encore heureux que son rêve de gouverner soit encore illusoire.

De tous les temps, nous avons dû évoluer. À une époque pas si lointaine, il y avait des calculateurs humains enfermés dans des salles à calculer manuellement des équations qu’on fait depuis longtemps sur une calculatrice de poche. Les premiers ordinateurs occupaient des pièces entières. D’ailleurs, nos téléphones intelligents sont plus puissants que ces mégas premiers ordinateurs et ils tiennent dans une poche.

Mon père a débuté sa carrière avec le métier de photograveur. Il fallait des produits chimiques pour préparer les plaques pour l’impression. Ensuite, il a dû s’adapter pour apprendre la photolithographie. Avec un pinceau, il retouchait les vieilles photos craquées et délavées. Il travaillait toute la journée avec une loupe pour corriger les films avant l’impression. Vers la fin de sa carrière, les « Photoshop » de ce monde l’ont obligé à s’adapter à l’infographie. Il a remplacé pinceaux et loupes par une souris et un écran. Mais il était toujours l’œil expert de la qualité et du travail attendu dans des compétences presque totalement nouvelles. Quelle serait la prochaine étape pour lui s’il travaillait encore? Entrer une commande dans un ordinateur pour demander à l’IA de faire son travail en 10 secondes?

Une fois que nous aurons éliminé le maximum d’humains du maximum d’équations, soyons avertis que c’est la tuerie de la main-d’œuvre que nous préparons les deux yeux grands ouverts.

Les gouvernements fonctionnent au son. Si nous restons silencieux face à ces enjeux critiques sans lever la main, chaque gouvernement sera réélu sur les problèmes de santé et d’éducation, jusqu’à tous ces enjeux ne soient qu’un souvenir de début de millénaire.  Rira bien qui R « IA » le dernier!

Et pis moi, je me demande à quoi peut bien servir mes billets si personne ne les lit ou si ChatGPT3 peut les faire aussi bien ou mieux que moi? Je vous le dis, il y a des remises en question énormes. Bon, j’exagère, mes billets dépassent l’intelligence artificielle 😉 lol!

Le monde bascule et nous regardons le show en mangeant du pop-corn

En lisant, le bilan des découvertes de 2022 plusieurs choses m’ont interpellé. D’abord, les recherches sur l’Alzheimer basées sur une recherche falsifiée de 2006 qui a fait perdre un temps fou et des millions en travaux de recherches. Qui avait validé ça? Sûrement des humains.

Aussi, la transplantation d’un cœur de porc dans un humain. Pourquoi pas maintenant dans un robot transhumain, aucun rejet possible?!

Le séquençage total du génome humain enfin terminé, les compagnies d’assurance vont pouvoir bientôt discriminer sur nos gènes. Une laparoscopie entièrement réalisée par un robot (même les chirurgiens seront obsolètes un jour). La fusion nucléaire qui promet de nous débarrasser des problèmes d’énergie sale qui sera renouvelable à l’infini. Que dire du plus petit robot de la taille d’une tique qui promet d’aller là où nous ne pouvons aller dans le corps.

Et la cerise sur le sundae? Cette nouvelle qui a perturbé mon sommeil : les qubits. Les qu quoi? Les bits quantiques. Depuis des années, je suis fascinée par la physique quantique et voilà que la science vient de prouver grâce à des « bits » que c’est bien réel. J’ai donc posé la question à mon nouveau petit génie « ChatGPT3 » pour avoir une explication simpliste des « qubits ».

Réponse : Un qubit est une unité de mesure de l’information quantique. Elle peut être utilisée pour représenter et manipuler des données de manière différente de celle des bits, qui sont utilisés dans les ordinateurs classiques pour représenter et traiter l’information.

Les bits peuvent avoir deux états différents, 1 ou 0, ce qui leur permet de représenter des données binaires. Les qubits, en revanche, peuvent être dans plusieurs états à la fois, ce qui leur permet de représenter et traiter des données de manière plus complexe. Cette propriété des qubits est connue sous le nom de superposition quantique.

Les qubits sont utilisés dans les ordinateurs quantiques, qui sont conçus pour traiter l’information de manière différente de celle des ordinateurs classiques. Les ordinateurs quantiques sont encore en développement et sont considérés comme une technologie prometteuse pour résoudre certains types de problèmes complexes qui sont difficiles ou impossibles à résoudre avec les ordinateurs classiques.

Disons que « simpliste » semble bien relatif. Mais à sa défense, le concept « quantique » n’est pas simple à comprendre, surtout pour ceux et celles qui sont arrêtés sur le concept des 1 et 0 et qui voient la vie comme ça: « On ou Off ». Je vais y ajouter ma compréhension bien « humaine ». Selon l’expérience faite entre deux laboratoires, ils ont prouvé que l’état d’un « bit » pouvait se téléporter intégralement vers un bit miroir en quasi instantanéité. Ce qui de toute évidence remet en question la notion de fibre optique, de réseaux de filage, de vitesse Internet et j’en passe. Comme si ma pensée pouvait être transposée dans un clone à des milliers de kilomètres de façon immédiate et identique.

Bon, j’arrête ici. Je sais que tout ça peut donner mal à la tête. Mais souvenons-nous que notre tête sera bien utile pour la suite des choses. Nous commençons le début d’une nouvelle réalité virtuelle, artificielle et quantique. Je n’ai jamais eu peur de l’évolution, mais là, j’avoue que les avancées technologiques vont plus vite que la capacité que l’humanité a de tout absorber. Disons qu’on mange le pop-corn simplement plus vite en regardant la vie devenir science-fiction.

Imagine, il y a des millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde, des millions de personnes en fuite de leur pays à cause de la guerre ou des dictatures, des millions de femmes qui sont traitées comme des citoyens de 3e ordre après les veaux sacrés et pendant ce temps, l’IA ne peut même pas régler ces problèmes sans en ajouter une nouvelle couche plus inquiétante et perturbatrice. Le monde est encore au concept des 1 et 0 et se polarise chaque jour davantage de façon binaire. Je dirais que les dernières années ont prouvé que mettre des outils dans les mains d’esprits malsains, comme les réseaux sociaux, a même remis en question la démocratie. Nous pourrions dire que l’humanité est face à son destin!

Comme toutes les avancées technologiques, il y aura des bienfaits auxquels nous deviendrons accroc. Souhaitons simplement que le compte final ne soit pas notre déclassement humanitaire au profit d’une IA qui en plus de tout savoir après avoir puisé dans nos cerveaux, continuera d’apprendre sans nous ou à partir des donnés qui nous lui fournirons allégrement sans réfléchir.

Et franchement, tous les enjeux sont d’ordre éthique avec l’IA et tant que nous jouerons aux autruches collectivement, les mégalo milliardaires donneront la direction de leur génie sans génie pour le futur de l’humanité. Remarque qu’il est possible que tu ne te sentes pas concerné… et l’IA fera tout pour te maintenir dans cet état de léthargie.

Selon moi, le 3e millénaire commence maintenant.

Bonne année et SVP ne tourne pas le dos, la suite dépend de nous… toi, moi et le voisin!

Tchin! Tchin! C’est encore un privilège 100% humain lol!

PS Nouvelle du 7 janvier 2023. Un étudiant programme GPTZero pour détecter les textes écrits par ChatGPT3! Ça été bref lol. https://www.01net.com/actualites/chatgpt-un-etudiant-a-developpe-une-appli-pour-identifier-les-textes-generes-le-chatbot-dopenai.html

Sylvie Bédard - Mind Drop

2 commentaires sur « La boîte de Pandore « IA » est ouverte : que faire en 2023 ? »

  1. Hoy! Ça fesse fort en début d’année, LOL

    Excellent billet qui brasse, réveille et interpelle, comme toujours. Tu devrais VRAIMENT songer à te joindre à un groupe de défense des droits numériques. Tes idées et alertes auraient un plus vaste auditoire.

    Bonne année à toi ma chum! Santé, amour et paix (surtout paix du coeur) en masse!

    Nat

    Nathalie Lachance, M.g.b.s. Natmark-Concept inc. – http://www.natmark.nethttp://www.natmark.net Services-conseils et Gros Bon Sens depuis 1997 +1 514 990-4882+1%20514%20990-4882info@natmark.netinfo@natmark.net

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.