Acheter en ligne ou se mettre en ligne pour acheter ?

Dans le tourbillon d’un été qui a prévu d’autres plans pour moi, j’aimerais vous parler de mon expérience de magasinage pour remplacer ma remise de jardin. Je parlais encore récemment avec un fournisseur de site Web sur le retard des entreprises de détail en matière d’achat en ligne. Les plus grandes résistances viennent du fait, que peu de propriétaires « immigrants numériques » croient que leurs clients vont acheter en ligne parce qu’eux ne le font pas. Lorsque nous sommes confrontés à un achat d’une importance financière, il est tout à fait logique de procéder à un inventaire de nos besoins et de chercher les solutions qui s’offrent à nous en fonction de notre budget et ce, de la manière la plus efficace.

Donc que font plus de 80% des gens actifs? Ils prémagasinent en ligne. Oui et si vous ne le faites pas systématiquement pour tous vos achats, vous le faites dès que vous sentez que vos connaissances sont limitées ou que le prix représente une dépense importante. Dans ma saga « remise », je peux affirmer que j’ai fait mes devoirs. Après avoir procédé à une recherche exhaustive de toutes les possibilités (y compris les remises usagées dans tous les sites en ligne comme Kijiji et LesPacs), j’étais en mesure de comparer les produits en fonction du prix et aussi, dans les meilleurs cas, des commentaires de d’autres clients. J’étais à deux cheveux d’acheter ma remise en ligne puisque de toute façon, c’est exactement ce que le détaillant faisait lui-même : commander en ligne. Finalement un commentaire d’un client m’a fait hésiter, ce que je n’aurais pas eu en magasin. Lire la suite

SYNDROME DE DIOGÈNE ET ECONCIERGE

Mon dernier blogue a provoqué bien des commentaires. Signe que le vert est définitivement un sujet d’actualité. En écho à mon dernier billet, je récidive donc pour parler d’une tendance marketing que « Trendwatching.com » a détecté pour 2009 : ECONCIERGE. Je pourrais résumer cela par l’art d’avoir l’air « cool » tout en étant « cheap »! Blague à  part, je dirais que faire attention à ses dépenses, qu’elles soient énergétiques ou de pure consommation, à l’heure des budgets serrés et de l’écoresponsabilité c’est très « in ». Désolé pour les mots anglais, ce n’est pas que je manque de vocabulaire, mais parfois la traduction perd de l’impact! Lire la suite