Une maladie des temps modernes : l’anxiété numérique!

ANGOISSE-ANXIÉTÉ-NUMÉRIQUE-MIND-DROP

Un soir d’hiver, une amie voisine me texte un message de panique : j’ai fait une gaffe je crois, vite aide-moi, je peux venir te voir? Quelques minutes plus tard, la voilà avec son portable assise à ma table m’expliquant d’un trait, à la manière de quelqu’un qui vient d’allumer un feu dans une chambre de barils de poudre à canon, ce qu’elle a fait et de quoi elle a peur. Vous vous doutez bien qu’au final, il n’y avait rien de grave et que le tout s’est terminé par une petite leçon sur les bases élémentaires de la sécurité informatique.

Nous poursuivons la discussion, et candidement elle admet souffrir d’anxiété face à toutes ces affaires-là… comprendre ici, tout ce qui entoure le merveilleux monde du numérique. Elle me confit se sentir complètement dépassée par tout ça, ayant une peur et un inconfort qu’elle sait anormal pour son besoin professionnel de traiter avec ces outils fort utiles et disons-le incontournables. Une directrice d’agence responsable du sort de d’autres professionnels qui dépendent d’elle pour gérer leurs affaires. J’ai l’impression de devenir le psy qui essaie de la réconforter et de la rassurer pendant qu’elle, sur son divan, ne voit pas le jour où elle se sentira à l’aise avec tout ça. Elle me confit avoir pris des leçons d’initiation à l’informatique et d’autres formations, mais elle a un blocage. Je confirme : un gros blocage! Au passage, je salue le courage d’avouer une telle angoisse, car il faut bien le dire, dans une époque où le numérique est incrusté dans toutes les sphères de nos vies, admettre ses angoisses ne semble pas très « winner » aux yeux de ceux qui baignent quotidiennement (comme moi) dans cet univers fascinant, mais inévitablement instable et changeant trop vite.

De la véritable angoisse qui mérite notre compassion

Lire la suite

La fracture numérique : un pont à construire entre natifs et immigrants numériques!

C’Arbre sur remiseest fascinant de constater à quel point l’écart est grand entre les jeunes, que nous appelons les natifs numériques (les moins de 30 ans, générations C et Y) et les plus âgées i-e les immigrants numériques. Lors de mes formations et de mes discussions avec les immigrants numériques (probablement vous en fait qui me lisez plus que les autres), je constate les nombreuses résistances et réticences et à quel point tout un pan de notre société semble avoir les doigts plein de pouces lorsque vient le temps d’utiliser les outils technologiques. Je constate aussi que les immigrants numériques ont des peurs parfois justifiées, mais généralement bien exagérées. Mon objectif est justement de construire un pont sur cette fracture qui sépare ces deux groupes. Une de mes lectrices qui se situe dans le groupe des immigrants me disait à quel point la lecture de mon livre l’avait aidé à comprendre ses enfants. Je ne pensais pas à cela lorsque je l’ai écrit, mais je suis heureuse de constater ce bénéfice secondaire. Car, disons-le franchement, il est grand le défi de l’analphabétisme technologique. Vous pouvez d’ailleurs faire le petit test amusant pour valider votre quotient technologique.

Notre société est esclave de tout un univers numérique qui est dicté et maîtrisé par une petite poignée de cerveaux. Nous devons pourtant faire confiance et continuer d’avancer, il n’y a plus de recul possible. C’est comme si nous avions émigré à notre insu dans un pays qui parle une langue différente. Ce dernier vendredi, j’ai été plongée dans l’obscurité complète suite à un violent orage dans mon petit coin de paradis. Après avoir franchi une route fermée à cause de la chute d’un arbre et deux poteaux électriques, je suis enfin arrivée au chalet pour constater qu’un immense arbre était tombé sur ma pauvre petite remise en métal. Aucun blessé, à part mon arbre que je dois abattre à mon grand regret et ma remise qui est partie pour son dernier voyage. Lire la suite