Le jour où le monde a basculé : réalité augmentée ou diminuée?

Le jour où le monde a basculé : réalité augmentée ou diminuée?La frénésie Pokémon Go bat son plein depuis peu, et c’est déjà un succès planétaire qualifié de phénomène de société. Une civilisation réduite à vivre littéralement rivée sur leur écran, si petit soit-il. Dorénavant, nous y ajoutons la dimension de l’action en mobilité. Faudrait-il se réjouir que de l’état végétatif de la larve de divan accroché à son mobile ou sa manette, nous ayons maintenant des conducteurs fous à la recherche de Pokémons, ou des piétons qui bougent leur popotin pour acquérir les précieux appâts? Si vous ignorez ce dont je parle, vous vivez encore à l’abri de la folie de notre ère, et je vous félicite… il y a de l’espoir (rions un peu ;)! Sinon, vous avez entendu parler des conséquences négatives (accidents et excès de folie) qu’ont engendrées ces quêtes absurdes de points. Souvenez-vous qu’une génération complète a investi une partie de leur vie dans la version initiale des Pokémons (avec les cartes à collectionner notamment), maintenant devenue « adulte », cette génération, et les suivantes nous aideront à comprendre l’infinité de la bêtise humaine devant l’absurdité proposée par les multinationales en quête de nos dépendances : bienvenue dans l’ère de la réalité augmentée qui diminue les facultés humaines de trop de joueurs déjà.

Associer la réalité avec le virtuel : la dernière étape avant la déshumanisation

Je suis une fervente défenderesse de l’ère technologique et de son évolution, mais aussi de la nécessité de préserver le cadre fondamental de l’humanité. J’ai même déjà questionné et abordé la réalité augmentée dans ce blogue. À la vue de mon jeune voisin, le nez rivé sur son mobile avec un large sourire en marchant tête baissée, et à ignorer le monde autour de lui, je m’inquiète. À une certaine époque, pareils comportements auraient suscité de très grandes inquiétudes quant à la santé mentale. Vous avez sans doute déjà visionné quelques films de science-fiction pendant lesquels les protagonistes expérimentaient la réalité augmentée ou virtuelle? Le summum est sûrement la série de « La Matrice » où ce sont les humains qui vivent dans un monde imaginaire, un monde inventé grâce à la réalité virtuelle, où chacun a la certitude de vivre une simple réalité. Je sais, pas facile à suivre, mais faites-moi confiance, la réalité augmentée ou virtuelle bien faite pourrait bien nous faire effacer les frontières du numérique et de la réalité. Les lunettes virtuelles 3D nous en mettent déjà plein la vue, et ce n’est que le début. Bientôt des voyages bien assis avec nos lunettes à l’abri des dangers du terrorisme et où l’empreinte écologique sera réduite au minimum. Pourquoi pas des voyages en groupe une fois à destination, tous assis au salon?

L’appât du gain et les revers anticipés

Ce qui me désole le plus, c’est de voir les commerçants embarquer dans cette folie qui promet, j’en suis profondément convaincue, de rompre le mince fil qui nous tient à la réalité. Acheter des « lures » (leurres ou appâts) pour attirer la folie dans votre commerce me semble tout, sauf une bonne idée. Bien sûr, c’est une folie qui passera (peut-être), et pourquoi ne pas miser sur l’occasion? Pourquoi ne pas envisager de devenir un décor de Pokémon Go dans votre commerce, cela va sûrement attirer les autres clients qui vivent dans une réalité diminuée? Avec un tel succès, il y aura sûrement d’autres folies qui naîtront dans le dessein avoué d’encaisser le pactole. J’imagine déjà des jeux de guerre, où le voisin qui sort la tondeuse le dimanche matin sera la prochaine cible.  Tout cela en apparence bien innocents, ces jeux de réalité augmentée frisent la psychose. La vraie question est la suivante : souhaitez-vous courir le moindre risque que votre commerce devienne une aire de jeu de « déconnectés » de la réalité qui mettent à risque leur propre santé mentale et leur vie? Souhaitez-vous devenir une scène d’accident ou être un complice tombé dans le piège du mercantilisme extrême? Sincèrement, je le décommande fortement, le jeu n’en vaut tout simplement pas la chandelle. Tout ça pour quelques ventes potentielles de plus? Promettre une zone franche de Pokémon Go me semble encore plus prometteur au train où vont les choses. Qui veut des clients qui ne vivent plus dans ce monde ou qui en donnent l’impression à tout le moins? Dans le marketing de sens, il faut résister aux vagues commerciales qui n’en ont pas… de sens évidemment!

La législation augmentée pour contrer la lucidité diminuée

Ce qui m’inquiète, c’est que n’importe qui peut mettre dans les mains des consommateurs des armes de destruction individuelle, et collective. Comment les créateurs de Pokémon Go peuvent-ils s’approprier l’espace public, l’accès aux mobiles, et mettre en péril le fragile équilibre mental des jeunes sans que personne ne se soucie des conséquences? Il m’apparaît évident qu’une législation verra le jour pour contrer la mort des joueurs étourdis et inconscients qui auront donné leur vie au nom du jeu qui enrichit une multinationale. Déjà, les corps policiers sont en mode prévention et éducation. De grâce, ne vous laissez pas berner par l’aspect ludique et amusant de ce ver qui vient de commencer à manger la pomme. Je vous le prédis, nous nous rappellerons du jour où le monde a basculé à cause de Pikachu. N’oubliez pas que la quête fondamentale est de passer à un niveau de vie supérieur, évitons la dérive avant qu’il ne soit trop tard!

Nous avons besoin de toute la lucidité collective plus que jamais. Le débat est lancé.

PS Avis aux joueurs de Pokémon Go, cet article n’est pas contre votre engouement, ou votre jugement, mais bien sur les conséquences et la suite des choses. Vous êtes la matière première de cette nouvelle réalité… augmentée, ou diminuée, que vous le vouliez ou pas!  D’ailleurs, lisez cet article au sujet du fléau de la cocaïne électronique ou l’héroïne numérique! 

 

 Blogue La Présence des idées

PPS Petite anecdote. J’ai trouvé un jeu de 1re génération de Pac-Man, et autres dans mes boîtes. J’ai laissé jouer des enfants de 11 et 12 ans. Ils se sont bien amusés. Ils ont été impressionnés de comprendre que les jeux n’ont pas toujours ressemblé à la réalité (comme des films m’ont-ils dit). Ces plans 2D, nous rappellent que le numérique c’est avant tout des bites & bytes, des 1 et des 0. N’oublions pas que s’amuser ne doit pas être au détriment de sa santé, et au profit de quelques poches.

15 réflexions sur “Le jour où le monde a basculé : réalité augmentée ou diminuée?

  1. WOW, Sylvie Quel bon texte ! Je suis tellement d’accord. Bientôt on ne saura plus que le gazon est vert et que le ciel est bleu… Bye.

    Micheline

    • Merci Micheline! Tu remarqueras que j’ai un pouce à l’envers. C’est rare! Sûrement un joueur de Pokémon Go, ou qq de la compagnie… je ne peux pas croire que les gens ne voient pas la dérive dans laquelle nous avons commencé à glisser trop vite!

  2. Article intéressant, certes très bien écrit mais néanmoins comportant quelques fausses idées et opinions publiques qui, selon moi, sont bien trop répandues …
    Dans la trilogie « The Matrix » on ne parle pas de réalité augmentée. C’est une simulation dans laquelle les protagonistes sont plongés.
    Petite explication :
    Réalité augmentée : Des éléments virtuels sont insérés dans le réel au travers d’un dispositif qui se place entre vous et le monde extérieur (des lunettes, une caméra …). Il est donc toujours possible de voir ce qui vous entoure.
    Exemples notables : Google Glass, Microsoft HoloLens, PokemonGo (le plus bas niveau selon moi car l’intégration est de très mauvaise qualité)
    Réalité virtuelle : Vous êtes immergé dans le monde virtuel. Votre vision du monde extérieur (et audition le plus souvent) est entièrement bloquée pour favoriser l’immersion.
    Exemples notables : Oculus Rift, HTC Vive, Google Cardboard …
    Cette confusion est vraiment quelque chose qui doit être réglé. La réalité virtuelle est faite pour le confort du domicile (ou salle de jeu). Et la réalité augmenté est faite pour toute circonstances puisqu’elle n’obstrue pas la vision, mais capte l’attention comme pourrait le faire un appel téléphonique ou une partie de Solitaire sur son téléphone.

    Autre point majeur à démystifier, la bêtise … Je ne pense pas que ce genre de jeu rende plus bête (comme n’importe quel autre jeu d’ailleurs). C’est juste qu’avec ce genre de loisir de masse la population, autrefois plus cachée, de gens avec peu de sens commun se fait plus remarquer grâce à leurs faits d’armes toujours plus tragico-burlesques.
    Pour reprendre une des plus grande citation de la culture française :
    « Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnais »
    Les loisirs de masses ne sont qu’un moyen de les déceler plus facilement, mais le problème viens d’eux, de leur éducation …
    Dire que l’on ne peut pas mettre n’importe quel loisir en distribution car les gens ne savent pas s’autoréguler, cela s’appelle de l’infantilisation. Réglons le problème de base avant de s’attaquer aux conséquences comme des rapaces affamés.

    En espérant avoir justifié mon point de vue sans animosité déplacée.
    Damien

    • Cher Damien! Votre précision de la réalité augmentée ou virtuelle est très bien accueillie. Pour dire vrai, j’ai fait court intentionnellement, car le point à la base de tout ça, c’est la modification de notre réalité, virtuelle ou augmentée. À la fin, notre condition humaine est handicapée de supports numériques qui altèrent notre relation dans le spacio temporel et avec les autres. Les jeunes nés après 2000, ne peuvent même pas imaginer le monde sans avoir le nez rivé sur un écran et les pouces sur un bouton. Nous sommes en train de créer un société qui vit en marge de la réalité toute banale de la vie sans pixels. Je dis haut et fort, réagissons, car la bêtise humaine c’est de regarder passer cette folie sans y mettre un cadre si minime soit-il. De l’infantilisation? Je ne crois pas, car je sais que chaque chose a son bon côté, et son inverse. Ici, je ne vois pas comment cette tendance de courir après des Pokémon sur les espaces publiques pourraient servir l’humanité. Cela étant dit, je défend les bienfaits du numérique dans ce blogue depuis 2007, mais ici j’ai la frousse de ce qui vient avec cette fine ligne que nous traversons vers la folie collective.

      PS J’adore : « Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnais » 😉

  3. Bonjour Madame,

    Bien que pas encore joueur, j’ai moi aussi un certain attrait pour la folie pokemon Go. Faisant parti de la génération Y il est pour moi comme un Madeleine de Proust, et diantre j’aime ça.
    J’ai lu attentivement votre article et me trouve en désaccord avec celui-ci.
    Tout d’abord et je sais que vous en êtes largement capable, il faut faire la distinction entre réalité augmentée et réalité virtuelle, qui sont deux sujets très différents. Les deux présentent leurs propres dangers.

    On a tendance à penser que le jeu vidéo, qui plus est mélée à la réalité coupe son utilisateur du monde et de toute relation sociale. Si cela peut être vrai dans certains cas extrêmes que les médias affichent avec une opiniâtreté sans pareil, c’est loin d’être le cas pour la majorité d’entre nous!

    Le jeu vidéo, et la réalité augmenté sont des fenêtres sur le monde mais via un angle de vue différent, ils offrent un nombre d’interraction avec celui-ci et ses habitants bien plus importants que les médias classiques!
    Vous trouvez que les joueurs de pokemon go sont des fous rivés à leurs écrans? Moi je les vois se réunir, échanger, partager de bons moments, apprécier les lieux qu’ils découvrent et être plus en contact avec la réalité que le citoyen lambda coincé dans son métro boulot dodo quotidien!

    Des gens vont s’en mettre plein les poches sur notre dos? C’est le principe même du capitalisme! Et en plus nous sommes totalement d’accord puisque c’est aussi dans notre intérêt, en terme d’expérience de jeu, de consommation etc…

    En bref votre article est très intéressant et pointe des dérives réelles, mais il ne fait que stigmatiser une communauté grandissante et dénote un manque de compréhension du fonctionnement de la dite communauté au sein de la société.

    • Merci Paul de ce point de vue de joueur. Votre partage rend la discussion encore plus intéressante. Je demeure toutefois inquiète qu’il faille des Pokémon pour rassembler votre génération, mais si cela permet de partager des bons moments, souhaitons que ces bons moments puissent ultimement permettre de mobiliser et canaliser votre créativité pour nous aider à créer un monde meilleur… « augmenté » de votre sens de la collectivité. Nous en aurons grandement besoin. Quant au capitalisme, je ne suis pas contre, mais ce que je soulève, c’est l’appât du gain pour les entreprises et les revers de tout ça. Ce n’est que le début et franchement, j’avoue que je me souhaite de ne pas plonger dans cette frange de la réalité avant d’être à un âge si avancé que seule une réalité augmentée pourra palier à mes limitations.

      Amusez-vous bien! 🙂

  4. Merci Sylvie pour ce billet qui nous fait réfléchir et partager nos opinions. Voici la mienne 🙂

    Depuis la nuit des temps, l’être humain tente de se divertir pour alléger l’angoisse du quotidien. Que ce soit par les fresques sur les murs des cavernes, la musique et autres formes d’art, le besoin d’évasion ludique sera toujours présent.

    Merci à Damien et Paul pour leurs précisions du sens de la réalité augmentée. Sur ce, si on pousse un peu la réflexion, l’homme n’a-t-il pas toujours été, par ses inventions, en recherche d’une « réalité augmentée »? Une automobile n’est-elle pas une « réalité augmentée » face à la vitesse limite du simple pas ou du cheval? Le cinéma ne nous fait-il pas vivre, l’instant d’un film, dans la tête et les émotions des personnages auxquels nous nous identifions?

    Je vous accorderai que le PokemonGo n’est peut-être pas un jeu très… stratégique(?). Mais comme le dit Paul, la tranche de population autrefois cachée (pour ne pas dire isolée) qui ne s’identifiait pas aux critères sociaux courants (auto – boulot – dodo – REER) se voit tout à coup la volonté de sortir et de se regrouper de manière plus visible. Bien leur en fait!

    Si on demandait demain à tous ceux dont le plaisir coupable est de manger du Kraft Dinner avec du Ketchup de se regrouper, on pourrait être drôlement surpris. Il serait pourtant faux de présumer que toutes les personnes présentes sont adeptes de malbouffe au quotidien.

    Le phénomène PokemonGo est étonnant j’en conviens; pour ma part, il m’a fait penser à l’épisode « The Game » de StarTreck Next Gen (cherchez sur YouTube). Mais à la base, ne serait-il pas plus pertinent de se questionner sur les façons d’alléger les causes de l’angoisse du quotidien?

    • Merci Nathalie pour ces commentaires allumés. J’allais dire que depuis les Romains, César avait bien compris: Donnez-leur du pain et des jeux! Mon propos n’est pas contre le jeu en tant que tel, il est contre la ligne que nous venons de franchir dans la fine ligne entre la réalité et l’imaginaire (réalité distortionnée et améliorée), et ce, dans notre quotidien et notre espace public. J’ai été témoin d’une amie avec son fils se plaindre qu’il n’y avait pas de Pokémons à l’ILe des Soeurs. Son fils s’est mis à marcher en rond dans sa chambre pour obtenir un Pokémon pour une marche de 5 kilomètres!?!? Si nous allions au simple mérite de l’activité physique, nous aurons des enfants vachement en forme sous peu. Des parents qui socialisent avec leurs enfants le nez rivé sur leur mobile, ça aussi j’applaudie, c’est mieux que la télé seul dans sa chambre. La réalité augmentée débarque dans nos vies, et franchement j’ai peur que nous ayons trop peu de temps pour planifier les revers de ce nouveau pas dans l’intrusion de notre cerveau. Lire ici le message d’Oliver Stone, maître du divertissement.http://techno.lapresse.ca/jeux-video/201607/21/01-5003310-oliver-stone-accuse-pokemon-go-de-totalitarisme.php

      Le danger est de voir tout le monde banaliser cette dernière intrusion dans notre vie, je suis vraiment inquiète. C’est tellement insidieux la dépendance au jeu, imaginez avec la publicité, les commerçants, l’espace public et j’en passe! C’est justement cette évolution considérée comme normale qui me fait peur, car morceau par morceau on nous prive de notre capacité de créer, d’imaginer sans l’apport d’une app, d’une occasion de pub, et de collecter toutes nos informations. Nous allons tirer la ligne où? De quel droit, la Cie Pokémon peut-elle s’emparer de l’espace public, sauf du droit du vide…

      Je garderai ce billet en mémoire pour l’histoire qui suivra, mais je le répète, le monde a basculé grâce à Pikachu! Espérons que ce sera pour le mieux! 😦

      • Ouais, mais ce qui est beaucoup plus dangereux que le jeux finalement (à mon humble avis), ce n’est pas tant la dépendance que ce que les entreprises feront de toutes les belles mégadonnées collectées auprès de leurs joueurs. ÇA, c’est une méga intrusion dans la vie privée.

      • La méga intrusion finalement les gens choisissent de l’accepter, je crois que cela s’appelle les CGU (Conditions Générales d’Utilisation) …
        Et oui c’est aux parents d’éduquer je trouve, le problème viens des gens et de l’éducation qu’ils ont reçu.

  5. Pingback: Après l’obsolescence planifiée, la chronophagie ou la perte de temps planifiée! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  6. Je tiens à vous remercier pour vos articles fort bien écrits. Je partage vos inquiétudes et vos désillusions et me permets de partager vos travaux, au mieux dans l’espoir d’une prise de conscience, au moins dans l’objet de montrer aux amoureux de la vie subsistants que nous ne sommes pas seuls à nous poser des questions sur l’avenir de l’humanité. Si les joueurs de Pokémons Go éprouve un semblant de « communauté » e d' »interactions », j’éprouve pour ma part un grand sentiment de solitude en passant à côté des groupes de zombies qui commencent à se former dans mon quartier. Mais surtout, un grand sentiment de gâchis. Quelle tristesse ! Je suis âgée de 28 ans et ce genre de phénomène me mets en doute sur ma volonté de devenir un jour maman, ne sachant pas comment élever des enfants en les protégeant assez pour ne pas tomber dans ce genre de jeu morts-vivants, mais sans les marginaliser de l’autre côté. Merci pour vos réflexions qui font tout simplement preuve de vie et de bons sens.

    • Votre point de vue confirme que l’inquiétude n’est pas une question de génération, comme certains ont tenté de me le faire dire, ou croire. C’est un questionnement légitime pour toute l’humanité de faire les bons choix pour l’avenir. Nous avons trop de naïveté collectivement pour ne pas appeler à la prudence et la résistance de ceux qui osent s’accaparer notre attention et l’espace public.

      Merci pour le partage et veillons activement!

      Sylvie

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s