Le rose : la couleur du néocapitalisme!

Sylvie BédardAprès le noir et le bleu, nous voici avec une nouvelle solution pour combattre la désorientation des marchés financiers : les solutions roses! J’assistais dernièrement à une conférence présentée par Yvan Allaire au Forum 2009 du HEC le 30 septembre dernier qui traitait des règles de gouvernance nécessaires au redressement des marchés financiers. Basé sur son dernier livre : « Black Markets… and Business Blues », cette conférence a été de la véritable musique à mes oreilles, moi qui souhaite voir des changements de comportements chez les acteurs financiers dont le rôle est sérieusement remis en question. Peu de temps après, je tombe sur un article spécial « La bourse en rose » parue dans le Journal des Affaires qui traite du rapport que les femmes investisseures entretiennent avec la bourse. Dès lors, il m’est apparu évident que le rose deviendra la couleur de l’espoir.

Appuyé par des faits solides, le professeur Allaire allègue que pour chaque investisseur, le temps moyen de détention des actions est passé de 7 ans à 7 mois au cours des dernières années. Imaginez que vous allez en Floride, 6 mois par année et que vous le faites depuis 20 ans, vous aimeriez pouvoir voter aux élections et aux référendums. Mais ce privilège est accordé à ceux qui sont des citoyens à part entière et reconnus comme tels. Or selon la prémisse de la gouvernance, il apparaît louche que des investisseurs qui se comportent de plus en plus en touristes de passage dans les entreprises, puissent voter et avoir des droits et privilèges qui ne reflètent pas leur niveau d’engagement. Les touristes ne votent pas! Dans le même ordre d’idée, les joueurs qui aiment les paris et qui participent à l’activité économique sur des bases similaires  à celles du casino, ne méritent pas plus de participer aux décisions cruciales pour l’avenir de l’entreprise. Les joueurs ne détiennent pas le casino! M. Allaire propose donc un engagement à plus long terme pour les actionnaires  avec la détention des actions pour un minimum d’un an avant le droit de voter. Cela semble être une bonne solution pour améliorer la stabilité des décisions corporatives et la relation de confiance avec les actionnaires.

Par ailleurs, les recherches ont démontré que les femmes détiennent plus longtemps leurs actions. Elles semblent gérer dans l’esprit de la pérennité et elles n’agissent pas en joueur compulsif lorsque vient le temps de planifier leurs finances. Elles sont allergiques à l’adrénaline qui caractérise l’état d’euphorie que les parieurs déguisés en investisseurs semblent tant appréciés. En fait, la prudence dont elles font preuve est souvent pointée comme leur talon d’Achille. Or, il s’avère que l’effondrement de la bourse et le chaos économique auront peut-être permis de révéler que leurs comportements sont fort probablement très près d’une solution aux maux qui rongent la stabilité de notre système. M. Allaire n’a pas proposé cette solution spécifiquement, pas plus que le journaliste Mélanie St-Hilaire dans l’article, mais franchement il faut avouer que 1 et 1 font 2, non?

Alors vivement les femmes comme nouvelles acteures dans ce nouvel ordre économique dont les marchés boursiers ont urgemment besoin. Leurs comportements face à l’argent sont naturellement axés sur l’engagement. Les choix qu’elles font, ont même donné naissance à des mouvements de fond… comme les fonds éthiques. L’exemple le plus récent s’est produit en Islande avec Björk qui a donné son nom à un nouveau fond géré par les femmes pour redresser et surtout sauver l’économie du pays effondré. Plus près de chez nous l’Honorable Céline Hervieux-Payette sénatrice a publié un article dans les Propos du RFAQ qui démontrent les efforts que nous devons faire pour mettre pour un néocapitalisme.

Le rose, c’est aussi la couleur en décoration qui agit comme anti-dépresseur. La bourse en rose serait-elle aussi un signe d’anti-dépression… un signe de néocapitalisme? Habituez-vous au rose, car il y a une grande quantité d’informations qui convergent vers cette nouvelle couleur de l’espoir!

Rose c’est aussi l’anagramme de Oser!

signaturesb

4 réflexions sur “Le rose : la couleur du néocapitalisme!

  1. Merci pour ce commentaire. Le lien de la conférence de M. Yvan Allaire est disponible en cliquant sur le lien. Téléchargement ou visionnement seulement.

    Oser

    Sylvie

  2. Pingback: Peur de 2012? Mettez du rose! « Sylvie Bédard – La vie 2.0

  3. Pingback: Le nouvel enjeu critique du Web : la crédibilité! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s