Le prix de la gratuité : votre vie privée et votre sécurité!

gratuité des médias sociauxNous sommes arrivés à un point où il devient inconscient de fermer les yeux sur les nombreuses failles de sécurité qui surgissent de partout dans notre nouvelle réalité de vie à l’ère numérique. Je ne vous apprends rien sur cette menace et notre vulnérabilité grandissante, mais j’espère que ce billet vous donnera envie d’être plus vigilant avant de donner votre accord en échange de pseudo gratuités. Surtout, vous découvrirez comment déjouer un peu mieux les voleurs de données personnelles.

Les applications gratuites : la cybercriminalité comme un jeu d’enfant

Vous avez peut-être entendu parler de cette trouvaille par une entreprise spécialisée en sécurité informatique en lien avec les petites applications de lampes de poche pour les téléphones intelligents? Sinon, sachez que ces applications gratuites sont une clé de voûte sur toutes vos données de mobiles. Absolument toutes vos données, et même votre caméra. Vous imaginez? Qui n’utilise pas ces petites applications en apparence innocentes pour la vie de tous les jours? Je ne parle pas ici de l’application intégrée au iPhone, mais bien des outils que nous téléchargeons pour tout, et pour rien. Il semblerait qu’une de ces entreprises se soit faite prendre par les autorités, et la seule chose qu’ils ont à faire dorénavant, c’est de vous demander de vous pirater avec un formulaire de consentement de 25 pages. Qui lis ces consentements dites-moi? En fait, c’est devenu une véritable plaie, et nous sommes tous coupables de laxisme quant à nos droits. Tenez-vous réellement à cette application lorsque vient le temps d’accepter un accord les yeux fermés? Sachez que si vous avez déjà accepté de télécharger ces applications « flash light » vous devrez revenir aux paramètres initiaux de votre mobile, car c’est un virus de type Trojan qui ne peut être éliminé qu’avec un reset complet. Écoutez cette vidéo en anglais.

Les jeux et la valeur de votre temps

Lire la suite

Les médias sociaux adaptatifs : une nouvelle équation sociale!

médias sociaux adaptatifs

Vous avez sûrement entendu parler des sites Internet adaptatifs (Responsive)? Oui, cette réalité de la mobilité qui oblige les entreprises à investir pour s’adapter à tous les types d’appareils, ce que nous appelons la réalité multi écrans. Disons qu’après plus d’une décennie d’essais/erreurs dans l’univers des médias sociaux, voilà qu’un phénomène similaire se pointe dans l’horizon des médias sociaux : s’adapter ou mourir!

Les contenus en temps réel

L’un des premiers constats, c’est l’arrivée des outils vidéo en direct qui font leur entrée dans l’écosystème social. Après l’achat de Periscope par Twitter, et l’arrivée de plateformes comme Blab.im (des centaines de conversations vidéos en direct), Google Hangouts, Facebook Livestream (arrivé aux É.-U.), Meerkat, et j’en passe, nous voyons à quel point l’avenir se dessine en temps réel dans l’univers social. Produire du contenu léché certes, mais du contenu spontané c’est encore mieux. Voilà qui ne va pas faciliter le jeu des grandes marques habituées à planifier tout d’avance et à contrôler les moindres détails. Vous conviendrez qu’il faudra développer l’agilité dans la capacité de s’adapter à ses auditoires en temps réel. Une belle opportunité pour engager une réelle conversation avec sa clientèle. Êtes-vous prêt pour ce défi?

Les contenus adaptés pour chaque auditoire

Lire la suite

Choisir, c’est renoncer : 2016 l’année de la focalisation!

choisir c'est renoncer
Le classique de début d’année, la liste des résolutions qui ne tiendront pas un mois. Les avis d’experts sur les « musts » de l’année. Les prospectivistes qui annoncent les tendances, et qui au passage en influencent la matérialisation. Bref! Chaque début d’année est rempli d’espoir, de devoirs et d’au revoir. Peut-on y échapper au final? Moment idéal de l’année pour se questionner, se repositionner et se concentrer sur nos objectifs. À la fin, il faut faire des choix, car le temps et l’argent sont deux ressources limitées. Mais voilà le plus grand défi : faire les bons choix!

Apprendre à choisir, c’est d’abord savoir qu’il faut renoncer!

Il y a quelques années, j’ai lu un livre intitulé : L’univers de la possibilité : un art à découvrir. Dans ce livre, les auteurs font l’apologie de l’art de créer des paradigmes innovateurs dans nos vies en apprenant à regarder les multiples facettes d’une situation afin de créer des réalités d’infinies possibilités. Franchement, j’en ai fait ma façon de vivre dès lors, et cela m’a bien servi en général. Avec le recul, j’ai cependant réalisé que je suis devenue esclave de la possibilité, car j’ai oublié trop souvent d’apprendre à renoncer. Devant tant d’opportunités et de choix à faire, il est impératif de savoir éliminer des options. C’est le retour du balancier entre « Think out of the box » et « Get in the box »!

La difficulté des choix : vos clients en souffrent aussi!

Lire la suite

Le paradoxe de la personnalisation : menace sur notre évolution!

paradoxe personnalisation - Big Data

Je mijote cet article depuis un bon moment. D’ailleurs, depuis un moment, je cherche le bon titre. J’aurais pu intituler cet article : Facebook menace votre sens critique ou Les médias sociaux génèrent la ségrégation. Peu importe, à la fin vous comprendrez que le cri d’alarme que je lance est sans doute une goutte d’eau dans l’océan de notre jugement collectif.

Une réflexion sur le rôle des robots de recherches et les algorithmes

J’écoutais l’an dernier une conférence de TED talks, et honte à moi, je ne la retrouve plus (ou je devrais plutôt dire honte à TED qui ne sait pas comment rendre les recherches dans son site plus intuitives). Enfin, ladite conférence dont le titre m’échappe présentait une réalité que je soupçonnais, mais dont la démonstration m’a laissée gravement atteinte de cynisme face à Facebook notamment. Notez ici que les médias sociaux dans leur ensemble semblent pécher dans le même sens. Alors, cette explication faisait la démonstration éloquente que l’algorithme de Facebook fait en sorte de nous montrer sur notre mur des publications gérées par ses robots programmés avec des critères concoctés par les savants « néosociologues » de Facebook.

Ainsi, selon leur vision de la personnalisation, s’ils observent que vous aimez les publications de Jean, vous ignorez celles de Pierre, et vous commentez celles de Manon, et que vous partagez celles de Suzie, elle-même amie avec Josée, elle-même amie avec Nathalie qui ignore les publications de Jean, qui aime les publications de Pierre. Ils concluent que vous n’aimez pas Pierrette!!! Pierrette disparaît alors de votre mur de publication pour cause de lobotomie numérique. Voyez-vous, la soupe à l’alphabet numérique mesure tout, et sans vous faire une grande révélation : nous sommes dorénavant une méga base de données vivante qui se met à jour en temps réel en fonction du contrôle d’un robot. Et alors?

Le sens critique dilué dans l’homogénéité

Lire la suite

La vidéo virale est morte!

Le nouveau défi est la distribution!

Je prenais connaissance de quelques données récentes sur l’évolution de la vidéo. Nous consommons comme jamais de la vidéo. Selon une étude de Forrester, le groupe des 18-34 ans mettrait en moyenne 8,9 heures chaque semaine à regarder leur écran en ligne, laissant tout de même à peu près 14 % qui en consomment plus de 20 heures par semaine. 
temps video multicanal

C’est un marché qui croit comme jamais, aidé par la mobilité. En effet, plus de 55 % des vidéos sont déjà visionnées sur un appareil mobile, et il est prévu que ce sera 75 % en 2019. Je parierais que ce sera même plus. Nous vivons dans une réalité multicanal, et la seule chose qui ne s’étire pas, et bien ce sont les journées et le temps qu’elles durent. Le défi est donc grand pour attirer notre attention dorénavant morcelée sur une offre gigantesque.

Le marketing vidéo entre dans une nouvelle ère

Blague video-viraleDevenue incontournable, la vidéo est dorénavant une des munitions dans l’arsenal du marketeur moderne. Il n’est pas étonnant que les marketeurs s’arrachent les cheveux sur la tête, surtout ceux d’entre eux qui croient encore qu’il suffit de créer du bon contenu (ou pire un lipdub) pour que les internautes prennent le temps d’écouter leurs vidéos. S’il est vrai que le bon contenu est important, voire impératif et inconditionnel au succès, les règles du jeu ont grandement changées. Devant l’hyperfragmentation des auditoires en ligne, faut-il s’étonner que votre défi soit dorénavant de penser à la distribution à chaque étape du processus de création. Nous sommes à une époque où chaque segment de notre clientèle potentielle doit avoir sa propre stratégie vidéo, comme le marketing direct l’a si bien enseigné. Donc, aux coûts de production, déjà plus élevés de la vidéo, s’ajoute impérativement un budget de distribution dont la facture grimpe très rapidement devant la guerre pour notre attention. Les vidéos virales d’Adèle, d’un nouveau talent, ou d’un bébé qui rit n’ont rien à voir avec les vidéos d’affaires, et elles ne feront rien pour votre succès.

La magie de la vidéo créative se transforme en science

Maintenant que YouTube a établi son quasi-monopole sur la distribution grand public de la vidéo, rares sont les vidéos que nous pouvons regarder sans nous taper des publicités. Justement, ces publicités qui profitent de l’attrait d’une bonne vidéo (lire ici virale) deviennent elles-mêmes des œuvres cinématographiques dont les budgets de production ne cessent de croître également, et dont les créatifs rivalisent d’ingéniosité pour éviter que nous sautions par-dessus l’annonce après 5 secondes. Et ils jubilent si nous avons regardé le message pendant 29 secondes, et quitter juste avant d’être facturé. Oui, vous avez bien lu. Les règles de publicités de YouTube sont ainsi faites. Si nous abandonnons le visionnement avant 30 secondes, ou la fin de la publicité si elle fait moins de 30 secondes, c’est gratuit! YouTube (Google), selon ces conditions, favorisera les publicités qui sont facturables, logique non? Vous comprenez maintenant pourquoi nous sentons l’envahissement du phénomène publicitaire, c’est comme le « Far West », les agences et leurs clients veulent tous dégainer plus vite que leur ombre. Donc, ce n’est plus un défi unique de créativité, car tout cela devient de la véritable science pour arriver à optimiser les contenus vidéos, et ce, peu importe leur destination. À cela s’ajoute l’optimisation du budget publicité qui se mesure en temps réel et qui ne cesse de croître devant la demande. Notez ici que cela fait pas moins de cinq chansons que je « Shazam » pour acheter sur iTunes les trames sonores des publicités, il y a ici une équation gagnante pour faire découvrir des chanteurs et leur musique (Pensons chez nous, à Karim Ouellet devenu populaire grâce à la BMO).

Le duo créativité et planification média

J’ai de nombreux amis dans les agences, et représentants médias aussi. Les médias traditionnels convertis au numérique sont devenus la proie de la mesure en direct. Imaginez avec la vidéo comme enjeu, croyez-vous que nous pouvons ajuster une campagne en continu? Eh bien oui! Les représentants publicitaires se transforment en gestionnaires de publicités en perpétuelle mouvance. Terminée l’époque d’un plan média linéaire figé dans une campagne unidirectionnelle. Bienvenue dans l’ère de l’interactivité et des campagnes omnicanal et du marketing programmatique. Tout cela a un prix, et c’est la demande qui le détermine. Cessez de rêver, la belle époque des bons coups de la vidéo virale (OK, de temps à autre, un phénomène comme le « Ice bucket Challenge » émerge), oui vous devez payer votre place aux premières loges. Les duos entre producteurs vidéo et agences se forment de plus en plus dans cette optique, comme le marketing multicanal, les équipes deviennent multi talents. Normal, l’écran du mobile est devenu une télé, les budgets sont donc transférés dans cette nouvelle réalité.

Blague - video viral

Et l’avenir pour les petites entreprises et la vidéo?

Il y a tout de même une énorme nuance entre des vidéos informatives, et des vidéos promotionnelles ou publicitaires. La vidéo se pose parfois en contenu de haute valeur, et parfois en distraction. Je dirais continuer à créer du contenu enrichi hautement ciblé pour des marchés de niches. Vaut mieux viser les vidéos informatives, ou promotionnelles avec des budgets plus restreints. Visez des bons taux de conversion plutôt que du haut volume de trafic à tout prix! Au final, plus les internautes demeurent longtemps dans votre site, et plus vous bénéficiez d’un bon signal « SEO » pour les moteurs de recherches. Il s’agit de gérer vos attentes, et de mettre toutes les chances de votre côté!

Prêt pour une vidéo? Une vidéo animée? Une vidéo corporative? Peu importe votre intention, nous pouvons lui ajouter de la Présence!

Blogue La Présence des idées

 

L’internaute publiphobe et la publicité en crise!

internaute publiphobeBeau sujet la peur pour cette veille de l’Halloween. Il se dépense au-delà de 500 milliards de dollars en publicité par année dans le monde pour nous convaincre de consommer. De cette somme, la portion investie dans le Web est maintenant de plus du tiers globalement. Disons-le, nous sommes noyés de publicité dans notre quotidien. Il fut une époque où nous parlions de plus de 2000 stimuli par jour. Avec Internet, qu’en est-il? Une hausse assurée, j’en suis sûre. Faut-il s’étonner que la coupe soit pleine : l’internaute est publiphobe. Voici une prophétie dont j’avais fait état dans ma 1re édition de mon livre en 2010, et qui finalement semble être arrivée plus tôt que prévu. Je dois admettre que cela n’exigeait pas beaucoup de perspicacité, et c’était prévisible. Cette phobie de la publicité, euh… il me semble que cela ne date pas d’hier me direz-vous? Oui, mais la grande différence réside dans le phénomène de l’inondation de publicité numérique… le point de rupture est atteint! Annonceurs et publicitaires: soyez prévenus…le passé n’est plus garant de l’avenir!

La publicité a perdu la bataille de l’attention

Je lisais un article de Bertrand Duperrin, sur le sujet en titre de ce paragraphe, et je souriais. C’est le constat bien réel que le déficit d’attention se conjugue dorénavant avec outils de blocage de publicité. En fait, plus de 25% des internautes utiliseraient de tels outils pour se débarrasser des publicités intrusives et non sollicitées. Pour ajouter à ce jeu de chat et de souris, il semble que le fureteur Safari et le IOS d’Apple seront bientôt munis de bloqueurs de publicité par défaut. Les jours de la publicité en ligne intrusive tirent à leur fin. Mais faut-il s’étonner? Avouons que c’est parfois à donner la chair de poule lorsque nous sentons que la publicité nous a épiés durant notre navigation Web. J’évolue en marketing, mais être suivi à la trace (remarketing) de cette manière n’est guère rassurant, même si j’en connais la valeur commerciale. L’ensemble des pratiques abusives de la publicité en ligne est à la base de sa propre désuétude. D’ailleurs, le plus grand ennemi de la publicité est l’écran du mobile. Même la publicité traditionnelle voit ses paires d’yeux disparaître au profit de l’aimant qu’est devenu notre téléphone intelligent. Ironiquement, on fait de la pub télé, pour nous dire ne pas regarder notre téléphone mobile en conduisant… Enfin…je n’ai jamais vu de la publicité sur mon mobile pour me dire de regarder en avant!!!

Redéfinir les modèles d’affaires sans publicité

Lire la suite

Le manque de jugement : le cancer de la réputation!

Gestion de la réputation

Même si l’Histoire a beaucoup à nous apprendre, je ne donnerai pas de cours d’histoire dans ce billet. Par contre, il me semble évident que nous sommes actuellement à écrire de nouveaux chapitres importants dans l’histoire de l’humanité, et particulièrement en matière d’éthique et de droiture. Que diront nos descendants dans cinquante ans, cent ans, mille ans? La révolution numérique aura-t-elle entraîné des dérives sur le plan humain? Y aura-t-il encore une réelle part d’humanité en nous? Disons que cela fait un bon moment que je suis préoccupée par la nonchalance des dirigeants en cette ère de transparence et de crédibilité, ce qui a inspiré d’ailleurs mon livre sur la Présence!

La lumière du jour est le meilleur désinfectant qui soit!

Avec le scandale de Volkswagen, qui a jeté un coup de semonce dans l’industrie automobile et le monde en général, nous sommes tous consternés par un tel manque de jugement. Personnellement, je me dis depuis l’admission du patron qui prend le blâme, Martin Winterkorn, suivie de sa démission, que c’est encore ici une preuve que l’appât du gain est malheureusement l’attrait le plus motivant pour ces « Kings » de la tricherie. Quelle bulle peut passer dans le cerveau d’un homme, ou plusieurs hommes, pour prendre des décisions si dénudées de jugement? Je peux comprendre que la pression sur la valeur boursière peut pousser à prendre des risques, mais comment se fait-il que personne ne mesure les risques de se faire prendre dans cette ère de la transparence où tout finit par se savoir?

La gestion de la réputation est plus facile lorsque nous la protégeons d’abord avant de la défendre non? Comment imaginer qu’une marque aussi respectable, et respectée que Volkswagen – « Das Auto » – ait préféré l’ingénierie de la tricherie, en lieu et place Lire la suite