Tout est affaire de connexions : à nous de faire les bonnes!

Bref! La sphère sociale virtuelle a créé des lâches émotifs, même trop lâches pour prendre le téléphone et parler, ou se déplacer pour avoir une franche discussion avec l'autre. En prime, elle a permis à d'autres de tisser des liens, et de les entretenir avec un plaisir renouvelé, un nirvana vertueux de plaisirs virtuels, mais bien réels.