Infobésité…plaie ou opportunité?

Ce billet s’adresse à tous ceux et celles qui trouvent qu’il y a trop d’informations. Lorsque j’ai découvert l’expression « infobésité » (info + obésité), je l’ai adoptée immédiatement. Je ne saurais citer l’auteur, mais je crois bien que c’est le genre d’expression que j’aurais aimé ou pu inventer. Je trouve qu’elle définit tellement bien la nouvelle réalité de la surabondance de l’information. Ce blogue fait d’ailleurs parti des informations caloriques et peut avoir des effets variables sur la connaissance personnelle. Votre poids intellectuel pourrait en être largement affecté, attention à la boulimie informationnelle!

Si la gestion de l’information est un défi en soi, sa digestion l’est encore plus. Bien classer ses documents, ses informations, ses références, ses photos, ses outils etc. est une obsession pour plusieurs d’entre nous. Juste le défi de classer nos effets personnels fait sonner les poches des fabricants de bidules utiles au classement de toutes sortes. Une société qui a soif de savoir et qui ne sait plus où donner de la tête, tant l’information est abondante. Oui je sais, le plus gros problème demeure la validité de ses sources et les objectifs de ceux qui la partagent, sans oublier sa pertinence et son utilité évidemment. 

Il y a donc plusieurs types d’informations : celles qui sont objectives et qui servent à apprendre ou à réfléchir, celles qui ne sont pas objectives et qui servent à influencer les autres, sans oublier celles qui sont futiles et qui ne servent qu’à nous divertir ou parfois nous étourdir. Je conviens que ma classification est simpliste, mais les sous-catégories sont toutes comprises dans l’une de ces trois catégories. L’un de mes blogues sur le sujet des réseaux « Humanité et humilité! Pyramide ou réseau? » j’explique justement la différence entre la notion de gestion en pyramide versus en réseau. Je crois que l’idée de faire un usage optimal de toute la richesse des informations que nous accumulons requiert une pensée en réseau. C’est d’ailleurs une des choses qui m’a été le plus utile dans ma formation de 2ème cycle, apprendre à lire et décoder la multitude d’informations recueillies dans l’environnement à partir de sources variées.

Dans la gestion en réseau, il y a l’abolition du pouvoir traditionnel au profit du partage collectif. Ce n’est donc pas un hasard si certains sont généreux avec l’information et si d’autres sont plutôt de nature restrictive avec la diffusion d’information, car l’information a longtemps été synonyme de pouvoir. Pour plusieurs le fait de savoir avant les autres ou d’être les seuls à savoir, a encore une valeur qui se transige à fort prix. Donner un poisson à un homme vous le nourrissez pour la journée, montrez-lui à pêcher et vous le nourrissez pour la vie. La connaissance a toujours été le nerf de la guerre pour accéder au pouvoir et trop d’usurpateurs la manipulent malheureusement.

Alors que certains s’accrochent désespérément à leur pouvoir parce qu’ils savent, d’autres quittent le pouvoir parce qu’ils ne savaient pas?!? N’est-ce pas ironique de voir la parade de tous les politiciens, gestionnaires de haut niveau et lobbyistes se succéder devant les commissions d’enquêtes, les audiences publiques pour expliquer devant leurs pairs qu’ils ne « savaient » pas. Prenons le scandale des papiers commerciaux : qui peut excuser un spécialiste de la finance tel que M. Rousseau d’ignorer quel était le risque associé à de tels instruments de placement? Le plus drôle, c’est que tous les grands financiers se fiaient aux comportements des autres « grands » spécialistes! Quand l’information étourdie et influence, c’est l’anorexie informationnelle!

Allez un p’tit effort! Lisez, écoutez, renseignez-vous, développez votre esprit critique, posez des questions, exprimez-vous et arrêtez de suivre le troupeau, car les bergers ne savent même pas où ils s’en vont! En tout cas, ils ne vont pas à la même place que nous. Personnellement je bénis le jour où le monde a commencé à se connecter entre eux par la voie libre et la voix d’expression que sont Internet. Ce jour là nous avons commencé à comprendre pourquoi certains résistent aux changements et pourquoi d’autres peuvent enfin changer les choses. Vive l’infobésité! Pour moi, c’est une réelle opportunité et d’être lu par vous aussi! Il reste à apprendre à utiliser l’information à bon escient, car le monde en a urgemment besoin!

Ne ménagez pas les calories de l’information, mais choisissez-les! Allez-y commentez!

signaturesb

7 réflexions sur “Infobésité…plaie ou opportunité?

  1. Bonjour Sylvie,

    Le terme infobésité se retrouve dans le livre Fondements de management stratégique. Éditions du renouveau pédagogique. Auteur : Raghavan Parthasarthy. Adapteurs: Philip L. Grenon et Johanne Queeton.

    J’ignore si M. Parthasarthy a la paternité de ce mot mais voilà où je l’ai vu pour la première fois.

    Tourlou !

  2. Merci Francine… voilà un mystère quasi résolu grâce à la magie du Net et de sa collectivité au service de l’information!

    Sylvie 🙂

  3. Bonjour Sylvie,

    J’aime beaucoup ton blog aujourd’hui. Pour survivre aujourd’hui faut en effet savoir ingurgiter l’information. Avant, on avait les garde-manger appelé « bibliothèque » et « Centre de documentation » pour nourrir les boulimiques comme moi. Maintenant, l’information est disponible à domicile. Du vrai Fast-food. Évidemment, il faut choisir pour bien manger!!! L’allégorie est intéressante. Ceci dit, comme pour les aliments, il faut vraiment observer les composants de l’information. On peut échanger beaucoup de mots remplis de calories vides. Qu’est-ce qui fait une info riche en fibres ? Est-ce une info qui nous fait évoluer ? Est-ce une info qui nous apprend des choses ? Est-ce une info qui nous fait gagner de l’argent ? Une info peut-elle seulement être « gastronomique » ?
    Je n’ai pas les réponses, mais pour moi, j’ai une grande panoplie d’info. Celles qui me plaisent le plus, ce sont les choses que j’apprend qui me serviront à enseigner, à démarrer mon entreprise, à mieux faire certaines actions, à mieux vivre avec les autres… à être plus active, plus vivante !! Parfois, je consomme pour me reposer, parfois pour me réveiller, j’ai même des confort-infos!!
    Merci pour cette piste de réflexion…

    Bon Appétit!!

    Sylvie alias Belcanto xx

  4. Pingback: Bixi, blogues et bullshit (0 – 1 = 1) « Sylvie Bédard

  5. Pingback: Transformer la parole en actions : le secret de la Présence ou du succès! | Sylvie Bédard – La vie 2.0

  6. Pingback: Au-delà de l’information, il faut plus de recommandations! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

  7. Pingback: Le syndrome de l’écureuil ou quand surexposition et efficacité ne font pas bon ménage | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s