Profitons de la tourmente pour évoluer!

Nouveautés : onglets Conférences et Visibilité : Visitez-les régulièrement pour connaître mes activités extérieures et médiatiques. La conférence du 6 novembre prochain est gratuite, réseautage et motivation en perspective.

Je suis encore toute remuée par les derniers résultats que le Cefrio a sortis sur la situation du Net au Québec. Je ne peux pas croire que nous soyons si en retard par rapport aux très conservateurs canadiens. C’est encore plus honteux. Que nous arrive-t-il? Avons-nous mangé des céréales anti-évolution? Y a-t-il des ONM (organisme numériquement modifié) qui ont été injectés dans notre nourriture pour nous garder dans le passé ou dans la peur du futur? Cela me préoccupe beaucoup. Voici d’ailleurs quelques chiffres tirés de l’étude du Cefrio qui expliqueraient le retard des québécois notamment concernant l’achat en ligne :

Uniquement 52% des PME disent avoir leur propre site internet. Et de celles-ci seulement:

* 30% y proposent du service après vente,
* 26% acceptent des commandes en ligne,
* 7% reçoivent des paiements en ligne.

Allo le sens des affaires! Mais c’est quoi le vrai problème?

Récemment lors d’un souper d’anniversaire, j’entendais un homme bien nanti et président d’une compagnie honorable en production télé parler d’internet en des termes qui confirment pourquoi nous avons une si mauvaise performance. Il discutait de ses réticences à acheter en ligne et de son refus de mettre ses propres produits en ligne, car selon lui le net est là pour la gratuité et il n’y a pas d’argent à faire là. Bon, son produit est protégé par les droits d’auteur, mais son produit a aussi le pouvoir de recyclage et de vies simultanées : à la télé et en ligne. N’empêche que je comprends pourquoi nous avons autant de difficulté à aborder la croissance basée sur les affaires numériques, les dirigeants sont imbibés de ONM. Ils rêvent de la machine à voyager dans le temps qui les ramèneraient au bon vieux temps où ils pouvaient faire du fric avec un minimum de contrôle et  un maximum de barrière à l’entrée. En plus, c’était bien plus sécurisant. Aujourd’hui tout est tellement risqué. Ignorance quand tu nourris nos peurs! Bon j’exagère sûrement, mais pendant que l’on s’apitoie sur notre sort, les solutions nous échappent afin de transformer les entreprises aux véritables vertus du e-business en ce 21ème siècle.

 

Je dois choisir entre pleurer ou continuer le combat. Je suis absolument convaincue que la crise financière actuelle est le moment pour toutes les entreprises de requestionner leurs pratiques d’affaires, leurs modèles d’affaires et surtout sur leur vision de l’avenir. Il est clair qu’à continuer de faire les mêmes choses, les résultats ne vont pas continuer à être ce qu’ils sont, mais pire, ils diminueront. Alors pourquoi ne pas s’inspirer de la théorie de l’évolution de Charles Darwin qui dit clairement que les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. Alors, qu’arrivera-t-il aux entreprises qui ne feront pas le bond quantique pour enfin s’adapter et constater que le monde change? J’ai déjà une bonne idée à en juger par le nombre de mises à pieds et de fermetures de manufactures qui ferment leurs portes actuellement. Vous me direz sûrement que la crise économique est entièrement responsable. Si vous voulez vous rassurer en le croyant, allez-y. Mais croyez-moi, les signes et les symptômes étaient là depuis longtemps bien avant la débâcle des marchés boursiers.

 

Je continuerai à encourager les entreprises à remettre tout en question, même leur offre. Car dans la créativité commerciale réside le remède à la crise. D’ailleurs dans toutes les crises de l’histoire, les résilients sont devenus plus forts après les crises et les plus faibles sont morts. L’analogie pour moi est criante de vérité dans la théorie de l’évolution. Prenez le temps de remettre tout en question et je parie que dans la créativité collective vous trouverez le chemin que vous auriez dû prendre bien avant que les évènements extérieurs vous y contraignent. J’espère qu’un jour nous enseignerons comment penser différemment dans les écoles de gestion. Les gens d’affaires avaient désespérément besoin de cet électrochoc pour se remettre en question. Le chemin du changement est pavé de doutes, mais il est surtout le seul qui mène au succès. Disons que si le moment idéal aurait à être inventé, maintenant serait sûrement le temps idéal pour évoluer. Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai pas envie de vivre dans un pays sous-évolué.

 

Bonne réflexion

PS Vous pouvez aussi voir la lettre que des convaincus comme moi (Groupe Yulbiz) ont écrit au Premier Ministre Charest.

3 réflexions sur “Profitons de la tourmente pour évoluer!

  1. Pingback: Question du mois d’octobre, Lettre ouverte au Premier ministre du Québec : Yulbiz Montréal

  2. Pingback: Quand les églises et les silos connectent le monde! « Sylvie Bédard

  3. Pingback: L’atout de l’intelligence sociale : les médias sociaux stratégiques! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s