Un été débranché ou presque!

 

Vous connaissez sûrement l’expression « être branché »? Jusqu’à maintenant, cela revêtait une signification un peu « jet set » qui voulait simplement dire que quelqu’un était tendance. Aujourd’hui pour moi et bien d’autres, cela veut dire être branché sur Internet ou non. Comme je n’ai pas de connexion Internet à mon chalet – le sans-fil se fait attendre – j’ai dû utiliser mon imagination. Je m’explique. D’abord parlons de ma dépendance au réseau Internet. Être loin de ses courriels pendant de longues périodes, c’est quelque chose de difficile. Être loin de toute connexion avec le monde l’est tout autant. Alors même pendant ma période d’écriture et de travaux, je devais assouvir ma curiosité et rester connecté au reste du monde. Bon, c’est peut-être un peu fou, je vous l’accorde, mais c’est incurable. Alors me voici à faire de l’Internet à l’œil. J’ai localisé dans la grande ville avoisinante tous les restaurants qui offrent le sans-fil gratuit et j’allais me stationner avec mon portable sur les genoux pour prendre mes courriels. Une vraie droguée du  net en mal de connexion.

 

J’ai quand même constaté que l’addiction au net n’était pas une affaire unique à mon cas. Les Jeux Olympiques ont eu des records d’assistance en ligne avec la webdiffusion en direct. Je parie que moult de ces visionnements ce sont fait dans des terrains de camping ou dans les destinations voyages. Avoir sa télé avec soi en tout temps, avouons que c’est pratique. Mais cela est le fait incontestable que les habitudes changent.

 

Personnellement je résiste encore à demander Internet avec fil au chalet, mais je devrai me résigner avant de me faire désintoxiquer. C’est comme admettre que je ne peux pas m’en passer. J’ai un ami « tekkie » pure laine qui ne peut pas songer à prendre 3 jours en vacances si l’Internet n’est pas disponible. J’imagine que c’est la folie qui guette les accrocs. Il doit y avoir des stades de dépendance. Vous comprendrez que mon blogue a souffert de cette absence de connexion et que mon univers a cessé de tourner autour de l’Internet.

 

Je reviens donc avec le cœur content et un automne chaud en perspective. Je continue l’écriture de mon livre qui devrait être terminé avant mon branchement à Internet à la campagne.

 

Je constate que de plus en plus de lecteurs prennent plaisir à me lire et j’ai même reçu des témoignages s’interrogeant sur la date de mon retour. Alors ce billet est certainement une réponse qui vaut mille mots.

 

Bon fin d’été

 

Sylvie

Stratège – formatrice – conférencière

3 réflexions sur “Un été débranché ou presque!

  1. C’est vrai que notre niveau de dépendance au net n’est pas le même pour tous. Moi, vois-tu, je n’aurais pas de misère du tout en m’en éloigner mais ce serait plus difficile si nous parlions du téléphone. Je suis plus dépendante des voix que de la voie internet !!!

    Bon retour en préparation de ton automne chaud !

  2. Ah Salut Sylvie,

    Je ne pense pas que ce soit de la dépendance. J’appelle ça de l’habitude et de la conscience professionnelle tout simplement. Internet fait partie de ta vie, de ton quotidien, de ton travail. C’est normal que lorsque tes conditions de quotidien changent que tu ressentes la différence. Avoir besoin de lire tes emails n’est pas une dépendance pour moi, c’est simplement un besoin de garder contact et l’habitude d’utiliser cet outil merveilleux. La dépendance à Internet, je l’ai vécu durant quelques années. Je n’avais plus de vie, je n’arrivais pas à me lever de ma chaise pour aller au toilette ou me faire à manger, j’y allais à la course… C’était pathétique, vraiment maladif!! Aujourd’hui, j’utilise le net pour communiquer, m’informer, travailler, apprendre, etc. J’ai réussi à retrouver ma vie en dehors du virtuel. Mais je ne pense pas qu’avoir besoin d’utiliser Internet soit vraiment une dépendance… C’est comme avoir envie de téléphoner quand il n’y a pas de téléphone… Simplement, l’idée de savoir qu’on ne peut pas l’utiliser nous donne le goût de le faire… comme au régime!!! Faut bien manger ;-))))
    Vivre comme des ermites dans le silence et l’isolement, ce n’est pas pour tout le monde… ;-PP
    Contente de voir que ton livre avance, j’ai hâte de le lire!!

    Bon retour!!

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s