La télé sur le Web : histoire de contenus et de bande passante!

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais le temps me manque pour écouter les émissions qui m’intéressent. Mais depuis le mois de février Radio-Canada a annoncé la mise en ligne du tout nouveau site www.tou.tv, une merveilleuse initiative pour enrichir le contenu télé francophone sur le net. Un grand rêve qui se réalise cinq ans trop tard dans le calendrier de mon « timing » professionnel. Je dois dire que cette vision était un rêve partagé par plusieurs personnes dans mon cercle professionnel lorsque je faisais la promotion de la webdiffusion. Nous en avons fait des présentations à des chaînes de télévision pour les amener sur cette voie. Vaut mieux tard que jamais.

Alors je dis chapeau à Radio-Canada qui a définitivement réussi son pari de valoriser le contenu d’ici qui manque d’ailleurs cruellement dans le Web. Mais précisons que tou.tv n’est pas exclusif à Radio-Canada, mais j’ai hâte que les autres joignent la parade, car tou.tv est censée présenter la programmation de ses diffuseurs et producteurs partenaires, tant au plan national qu’à l’échelle internationale, dont TFO, TV5, RDI et Artv, mais je cherche encore! Le contenu pour le moment est très « Radio-Canada » et pour moins on se croyait dans le site de Radio-Canada.  Dans mon cas, je pourrais dire que ça fait 2 ans que j’écoute la web tv sur le site de Radio-Canada sans la moindre différence.

La raison justement pour laquelle j’ai attendu avant de commenter cette nouvelle, c’est que je voulais expérimenter le tout. Alors, « Tou » fonctionne bien et malgré quelques petits ratés parfois avec des vidéos qui se battent contre des publicités interstices, l’expérience est réussie. C’est ainsi que j’ai écouté la série Mirador avec grand plaisir. On se demande pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour accéder à notre patrimoine télé collectif et surtout on se demande pourquoi nous attendons toujours « Tout le monde en parle »? Les droits? Lire la suite

Zéro trace de pas et toi?

C’est reparti! Un nouveau « buzzword » vient de faire son apparition et préparez-vous à l’entendre souvent dans les prochaines années : « Zero Foot Print » (Carbon trail) ou en français Carboneutre  (Zéro trace de pas, je préfère!). La bourse du carbone ou climatique, selon le journaliste, entre en force. Nous pourrons dorénavant calculer une valeur « écolodollar » à tous les services et produits que nous consommons. D’abord conçue pour discipliner les gros pollueurs, la bourse climatique permettra aux entreprises polluantes de payer leur surplus d’émissions de gaz à effet de serre en achetant des crédits comme on achète des actions. L’économie de marché de l’« écolodollar » sera possible grâce aux entreprises qui auront réduit leur ou la production d’émissions de gaz à effet de serre qu’elles convertiront en crédits à cette bourse. Avec les « écolodollars » transformés en véritable dollars, ces dernières pourront continuer leurs efforts de réduction en investissant ces dollars à bon escient. Lire la suite