L’ « Éternellisme », une tendance à jamais!

J’aime bien suivre les tendances et vous les partager. Je suis abonnée à un merveilleux site en ligne qui rassemble méticuleusement toutes sortes d’informations dans plus de 46 pays. Trendwatching.com met donc son équipe au service de la tendance en donnant un sens aux milliers de données accumulées sur tous les sites pertinents à travers le monde. Dernière tendance en lice : le « Foreverism » que j’ai librement traduit par « Éternellisme ». À l’heure du pouvoir du moment présent, nous sommes en droit de se demander le véritable sens de son courant opposé, soit le pouvoir de l’éternel.

Dans un premier temps, il faut comprendre l’impact des réseaux sociaux sur le dialogue que les entreprises doivent apprendre à maîtriser avec leurs clients. Pour certaines, il s’agit littéralement d’une initiation au pouvoir de l’interaction et pour d’autres, il s’agit simplement de faire un usage optimal de ce dialogue. Au moment d’écrire ces lignes, 35% de la population américaine était inscrit dans un site de réseau à connotation sociale. 1 personne sur 3 au États-Unis a donc affiché son profil personnel ou professionnel sur le net. Sur les 200 millions d’usagers Facebook, 20 millions mettent leur profil à jour au moins une fois quotidiennement et la moitié du total est actif à chaque jour. C’est aussi 75 % des jeunes adultes de 18 à 34 ans et 100 % des préadolescents et adolescents qui s’exhibent fièrement sur le net. Que croyez-vous que ces jeunes feront à 30 ans, 40 ans ou même plus? Leur existence sur le net deviendra l’histoire de leur vie précieusement organisée en archives digitalisées. La seule idée de fermer leur lien sur Facebook ou autres, provoquera certainement une angoisse innommable. C’est ici que nous commençons à parler de présence éternelle, une existence personnelle qui sera en ligne pour notre éternité, de notre vivant  et probablement même après notre mort (voir « Les réseaux sociaux et le suicide : réalité ou virtualité).

Donc nous serons éternellement retrouvables et éternellement suivis. Les entreprises qui sauront comment maintenir ce lien seront récompensées par une éternelle loyauté. Je regardais justement le phénomène Twitter (oui je sais c’est beaucoup de nouveaux phénomènes à suivre et à comprendre), mais l’idée que les entreprises créent leurs accès Twitter est rassurant pour l’avenir du dialogue éternel. D’abord Twitter c’est comme un forum de discussion en cacophonie apparente, mais plus simple d’utilisation et dont les courts messages (140 caractères maximum) permettent un meilleur suivi et une meilleure compréhension de l’essentiel des messages qui circulent. C’est aussi un mariage avec les fils RSS et les messages SMS qui permet aux abonnés de suivre les discussions en temps réel, s’ils le souhaitent bien entendu. Une discussion éternelle, sans fin, qui permet aux intéressés de ne rien manquer de la conversation. Si vous désirez en savoir plus sur Twitter, la une du Time Magazine de juin en a fait son dossier du mois.

Dans ce courant de l’ « Éternellisme » se situe également le développement de produits éternel qui va de pair avec les échanges éternels que nous avons avec les usagers. Si ce phénomène est facile à cerner pour les logiciels avec le phénomène de la version bêta, il mérite un peu plus d’explications pour l’aspect des produits physiques. Nous pourrions dire que c’est le phénomène des usagers qui collaborent à la version parfaite d’un produit avec l’équipe de recherche et développement. Or la perfection n’est guère facile à atteindre, il faut donc s’attendre à voir des versions bêta de plus en plus souvent. Cela n’est en rien un signe de paresse des entreprises, c’est plutôt un engagement à améliorer le produit de manière permanente selon les goûts et les attentes de leur clientèle. À la fin d’un processus itératif d’améliorations, la production en masse peut alors débuter. C’est le phénomène de la co-création « clients-entreprise »

Finalement dans ce courant de l’ »Éternellisme » arrive les produits qui devront devenir performants éternellement. Ce phénomène se couple avec la protection de l’environnement. Vous vous rappelez du désormais célèbre réparateur Maytag qui ne travaillait pas tellement fort, tant les produits de la compagnie étaient performants? Attendez-vous à revoir enfin l’époque des produits indestructibles. Les entreprises apprendront ou réapprendront la valeur de la fabrication modulaire et permettront aux clients de réparer ou remplacer des modules ou pièces défectueuses. Oui je sais que « jeter et acheter de nouveau » requiert moins de main-d’œuvre, mais sachez que nous devrons aussi trouver des manières de penser à la IKEA pour l’ensemble de nos achats importants. Les consommateurs aiment participer à la création ou la réparation et surtout ils exigent de la qualité et paieront si les entreprises tiennent leurs promesses.

Le pouvoir du moment présent étant encore un courant fort, les petits plaisirs éphémères viendront balancer ce courant de l’ « Éternellisme », car ce sont deux réalités qu’il faudra embrasser pour être à la hauteur du consumérisme moderne …et éternel!

Merci de rendre cet échange avec vous, quasi éternel…votre fidélité me démontre votre intérêt!

À l’éternel plaisir de partager avec vous!

Sylvie Bédard – Mind Drop

2 réflexions sur “L’ « Éternellisme », une tendance à jamais!

  1. Pingback: Paradis perdu? De l’écohérence SVP! « Sylvie Bédard – La vie 2.0

  2. Pingback: Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat! | Sylvie Bédard - La vie 2.0

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s