« Carbo-Nul » ou « Carbo-Smart »!

Pour faire suite à mon article sur les traces de pas ou le nouveau phénomène du carboneutre, j’ai reçu plusieurs commentaires de vive voix à ce sujet. Très peu de personnes savent ou comprennent le mécanisme d’achat de crédit à la bourse climatique, mais tout le monde comprend que les déplacements de personnes et d’objets carburent à l’essence. Il m’est apparu cocasse de partager quelques réflexions estivales sur la conscientisation environnementale et les conséquences pour les mouvements de consommation.

 

Je fais le tri de mes rebus de plus en plus religieusement et plus je le fais et mieux je me sens. Mais je dois dire que je n’apprécie pas beaucoup quand mes emballages en styromousse ou autres matières non recyclable envahissent ma poubelle.  Je deviens également irritée lorsque j’achète un produit suremballé dont la multitude de précautions pour le protéger sont plus nombreuses que le produit lui-même. Bref, je réalise aussi que je suis agacée quand mes amis n’accordent pas la même attention à la question. De la même manière qu’en tant qu’ex fumeuse, je suis intolérante, je commence à ressentir les mêmes colères face à l’absurdité des comportements irresponsables. Je crois que de la même manière que nous avons créé un nouveau segment « vert », nous devrons créer un segment « rouge » que je vais appeler « Carbo-Nul ». L’expression « Nul » s’explique d’elle-même et combinée au mot « carbo », nous comprenons que ce n’est pas un compliment. Quant au mot « Smart », les francophones l’utilisent assez librement dans leur vocabulaire pour esquiver l’explication, mais disons que je préfère être « Carbo-Smart ».

 

Je  dois constater malheureusement que la quantité de « Carbo-Nul » est plus grande que je pensais, particulièrement dans les entreprises dirigées par les « Carbo-Nul ». Une amie me révélait que le budget de déplacements en avion ne cessait d’augmenter alors que des alternatives existent pour diminuer la nécessité de ces voyages. Il y a 3 ans, nous avions regardé ensemble comment je pourrais peut-être intéresser son patron aux bénéfices de la webdiffusion et de la webconférence ou même de la téléprésence. La motivation devrait être plus grande que jamais à faire le saut dans des moyens plus économiques, mais non, les « Carbo-Nul » résistent encore et toujours. Nous pouvons faire une liste interminable de bonnes raisons de voyager et de serrer la main d’un partenaire ou un client, mais au fond la raison pour ne pas changer est toute simple : la peur du changement. Le changement climatique n’a pas peur de changer lui, mais collectivement nous devrions avoir peur de ne pas changer. Honnêtement, faut-il attendre que le prix de l’essence aille à 3.00 $ le litre comme certains experts le prédisent?

 

Je prends les mesures maintenant pour diminuer ma consommation personnelle d’essence. En plus, je pense que le mouvement d’achat chez nous va continuer à prendre de l’ampleur au fur et à mesure que le bon sens atteindra le segment des « Carbo-Nul ». Personnellement, cela fait au moins 10 ans que je crie au sacrilège de ne pas préciser l’origine des produits tout comme la nationalité des entreprises opérant au Canada. Comme consommatrice et citoyenne, j’ai droit de savoir où s’en vont les profits que j’ai générés. Pour la question d’origine des produits, des entreprises font quelques efforts. Notamment Wall-Mart qui a fait un effort concret avec son programme d’achat Québec, mais dans les coulisses ont dit que la quantité de produit d’ici n’a pas sensiblement augmentée. En fait, les rumeurs disent que c’est seulement de la publicité pour redorer l’image du géant américain qui tue les petits marchands sur son passage. C’est à nous d’en juger. Si tout le monde se mettait à exiger plus de produits de chez nous et que tout le monde se refusait à manger des fraises qui ont traversé le continent américain deux fois pour atterrir au supermarché, notre force collective ferait changer les choses. Changer quelles choses au fait? D’abord encourager l’économie locale tout en diminuant les traces de pas pour que ces produits atterrissent dans notre assiette. Avec le scénario inquiétant de l’essence à 3.00 $ le litre, les conséquences seront et sont déjà désastreuses pour l’économie, mais de toute évidence salutaire pour l’environnement. Au rythme où vont les choses, nous aurons tous des jardins dans notre cour et cette cour sera dans des zones urbaines à forte densité. Les experts anticipent d’ailleurs qu’il y aura d’importantes migrations domiciliaires pour éviter les longs déplacements. Ah! La voilà la vraie question : l’économie ou l’environnement?

 

J’ai une autre amie qui a la conscience environnementale élastique, un peu plus que moi par contre, malgré mes quelques poches de résistance. Selon le degré d’efforts requis, aujourd’hui elle recycle et tantôt non. Je sais que nos habitudes sont bien ancrées et les changer requiert un gros effort.  Je le sais, car j’oublie toujours le sac en tissu pour les achats à l’épicerie. À chaque fois, je m’en veux. Il faut juste imaginer que nous commettons un geste « Carbo-Nul » et le geste « Carbo-Smart » viendra petit à petit s’incruster dans notre quotidien. Il y a même un mouvement « Not Made in China » pour illustrer que tout le monde peut trouver son positionnement concurrentiel dans ce nouvel échiquier mondial, surtout les « Carbo-Smart » qui prônent la réduction des traces de pas pour l’approvisionnement des produits. Au rythme où vont les choses, nous aurons tous des jardins dans notre cour.

 

En attendant, je continue d’avancer jour après jour dans la conscientisation de mes gestes quotidiens et de prêcher pour des solutions vertes. Je ne rentrerai pas dans le débat, mais sachez qu’en matière d’environnement même les purs et durs « vert » ne s’entendent pas toujours. Ce qui est fascinant, c’est qu’à vouloir être plus vert que vert, les purs et durs freinent l’envie de faire des petits gestes aux « Carbo-Nul » qui ne peuvent pas imaginer un jour qu’ils seront « vert » ou « Carbo-Smart ». Pour eux, les « Nul » ce sont les « Carbo-Smart » des emmerdeurs de première qui exagèrent tout et nous rendent dingues avec leur obsession du plus vert que vert. Ainsi la planète se divise maintenant en deux : Les « Carbo-Nul » et les « Carbo-Smart ». Qui êtes-vous?

 

 

Sylvie Bédard

Stratège – Formatrice – Conférencière

Partager votre opinion permet d'élever la discussion!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s