Jour de la Terre : pour apprendre et surtout ne pas oublier, accès aux archives!

Voici un  blogue écrit il y a 3 ans. Je vous le présente quelque peu amélioré, mais toujours aussi pertinent au lendemain du jour de la Terre le 22 avril .

Je me souviens avoir vu un reportage à Découverte, il y a de cela plusieurs années qui m’avait vraiment interpellé et profondément marqué. C’est un reportage sur l’histoire reconstituée de l’Ile de Pâques. Cette histoire est fascinante, car elle démontre clairement à petite échelle, ce que nous sommes en train de faire subir à notre planète avec la surconsommation. Ainsi, tout comme dans l’histoire de l’Ile mystérieuse, il y aura un jour (espérons que non) un homme qui coupera le dernier arbre. Imaginez! L’idiot avec sa hache qui sait qu’il coupe le dernier arbre, comment a-t-il pu consciemment faire un tel geste?

 

Enfin, je me suis dit que tout le monde devrait voir ce reportage à propos de l’Ile de Pâques, car à mon avis c’est la meilleure façon d’expliquer comment l’être humain peut s’autodétruire avec son orgueil et son ambition. J’ai donc commencé à rechercher de l’information sur le site de Radio-Canada pour découvrir que les archives étaient vastes et fort intéressantes. Malheureusement, le reportage n’était pas disponible, car les droits d’auteur le protégeaient. J’ai commencé à faire des recherches partout sur le net et j’ai trouvé un extrait sur Youtube en anglais tiré de la BBC. Si vous comprenez l’anglais prenez le temps de l’écouter, cela vaut la peine. Lire la suite

Yahoo! Je n’ai plus de site Internet…

Mise à jour : J’ai découvert la machine à voyager dans le temps numérique. Ce que j’ignorais, c’est que tous les sites de Geocities ont été archivé pour la prospérité. Cela m’aurait éviter bien des soucis. La machine à voyager dans le temps est expliqué ici. Mais surtout voici le site de SPA Bêtes VIP tel qu’il était à son retrait du Web. C’est hallucinant le pouvoir du Web.

SPA Bêtes VIP célèbre son 10ème anniversaire, le 29 novembre prochain. Cette entreprise que j’ai cofondée avec Hélène Larocque en 1999 et cogérée pendant 9 ans a reçu un beau cadeau : Yahoo lui a effacé son site Internet. En effet, Yahoo a décidé de fermer « geocities », son service de création de sites et d’hébergement gratuit le 26 octobre dernier. Imaginez la surprise lorsque vous visitez votre site Internet et que vous découvrez qu’il n’existe plus. C’est comme un électrochoc!

Ce site a été créé en 1999 (10 ans jour pour jour) et il est vrai qu’il avait atteint sa limite en termes de durée de vie. Mais, sa présidente, Hélène Larocque maintenant propriétaire unique depuis 2008 aurait apprécié pouvoir décider elle-même de la date de cette cure de rajeunissement. La voilà devant le fait accompli, le site est fermé et ce, sans le moindre avertissement. Avertissement? La question justement est toute là. Vous savez comme moi que la quantité de pourriels que l’on reçoit dans une journée fait en sorte que notre attention est noyée entre les messages personnels et les messages à caractère publicitaire. Alors, cet avertissement « pas très personnel » est probablement arrivé dans la boîte de « spams » ou a été effacé par erreur. Le courrier régulier çà n’existe pas dans ces compagnies qui dominent le web, mais soyez assuré que la tonne de pourriels étaient en partie causée par « geocities ».

Il y a des leçons à tirer de cela et plusieurs. La première : la gratuité a un prix! Quiconque entretenait des doutes sur les pratiques, en apparences généreuses, des géants du Web ont maintenant des certitudes. Il n’y a jamais rien de gratuit dans ce bas monde et surtout pas dans l’univers du Web. Yahoo proposait un forfait d’hébergement aux chanceux qui ont eu le privilège de pouvoir faire un choix éclairé. Imaginez le nombre de personnes qui se sont prévalu de cette offre. SPA Bêtes VIP l’aurait fait, c’est certain. Devant la menace, on agit! Lire la suite

Que le grand fric me troque!

Les modèles d’affaires du Web évoluent et les médias tentent de s’adapter

Si la nécessité est la mère de toutes les inventions, la peur de l’extinction doit en être le père!

Magazine MineLe magazine Time n’échappe pas à la baisse des revenus publicitaires. Les conséquences apocalyptiques qui planent sur cette industrie semblent stimuler la créativité de survie (voir blogue Sagesse populaire en révolution). Ainsi, je viens d’apprendre que le groupe Time a décidé de tenter une expérience pour un temps limité avec un nouveau magazine intitulé « Mine » (pas dans le sens de bonne mine ou Ti-mine), mais dans le sens de « mien ». Le nouveau magazine se convertit, le temps du test de marché, en une édition qui sera personnalisée au goût des lecteurs qui pourront sélectionner cinq champs d’intérêts parmi les 8 différentes publications de la filiale de Time Warner, un géant aux pieds d’argile.

Basé sur le principe de la consommation à la carte, un lecteur pourra ainsi se bâtir un magazine sur mesure et se le faire livrer à sa porte. Il y a un total de 56 possibilités éditoriales et une fois la combinaison choisie, il n’est pas possible de les changer. Si nous pouvons comprendre comment l’idée est née, il est plus difficile de justifier de quelle façon les lecteurs, habitués à l’idée de l’information à la carte grâce à Internet, reviendront à un jour à un magazine payant simplement parce que Time l’imprime pour vous (le test de marché est actuellement gratuit). Au fond, l’idée est aussi axée sur le principe qu’un lecteur de la version en ligne pourra aussi l’imprimer lui-même. À moindre coût, osons-nous présumer. Je ne miserais pas ma chemise sur le potentiel de ce concept, mais quand le sol menace de s’écrouler sous nos pieds, j’imagine que nous sommes prêts à tenter n’importe quoi. Le Figaro fait une bonne analyse de ce concept. Voir article du Figaro. Lire la suite