Une Présence en différé : que répondre à un client potentiel en retard de 26 mois?

À mon retour de vacances, j’ai eu toute une surprise. J’ai eu droit à une réponse d’un client potentiel que je n’attendais plus. Voici en gros le contexte. C’est un client que j’avais sollicité pour offrir mes services de référencement suite à une suggestion d’un ami qui travaillait dans cette entreprise à l’époque. Je faisais d’ailleurs référence à cet ami dans mon courriel. J’ai relancé 2 fois ce prospect, mais sans réponse de sa part, sauf par le biais de mon ami, qui me confirmait qu’il était très occupé et qu’il avait bien reçu mon message. C’était le 6 novembre 2009 (j’ai mis une copie censurée dudit courriel pour fin de preuve). Devant l’absence de réponses, j’ai abandonné en me disant que son compétiteur serait sûrement heureux de mon offre. Faut-il que je précise que j’offre l’exclusivité dans un secteur donné, alors cette grosse compagnie était donc passée aux oubliettes dans mon livre.

Vous imaginez ma surprise, lorsque 26 mois plus tard, il m’envoie un message comme si j’avais envoyé le message la semaine précédente. Aucune allusion aux délais de réponse et surtout aucunes excuses ou mise en contexte. Je croyais rêver. J’ai d’abord cru Lire la suite

Révisez vos croyances écologiques avec l’utilisation des courriels, les engins de recherche et les factures électroniques!

Ça y est, je suis déjà en mode de culpabilité après la lecture des résultats d’une recherche concernant les émissions de CO2 produites par les ordinateurs. Vous êtes donc sur le point de changer votre perception, tout comme je l’ai fait au cours des derniers jours. Pendant que je vous écris, il semble que je pollue. Je me doutais tout de même, mais à ce point? Franchement non!

Écohérence : des choix intelligents à faire

Ce n’est pas la première, ni la dernière fois que j’aborde le thème de l’écohérence. Mais mon ami, Yves Lusignan, le prospectiviste et initiateur du concept de l’écohérence, maintenant propagée par l’Institut québécois en prospective et en innovation sociale pour la promotion de l’écohérence : Prospexia, sera lui-même très surpris par les résultats de cette recherche. Selon ma compréhension, lire un courriel en comparaison avec l’impression d’un courriel a été toujours été plus écologique. Il semble que non! Enfin, soyons plus précis. Si vous devez lire plus de 4 pages ou prendre plus de 15 minutes pour lire sur votre ordinateur, l’impression serait moins dommageable pour l’environnement. Ne me demandez pas de vous expliquer la rationnelle, mais les émissions de CO2 ont été mesurées scientifiquement par l’Agence de l’environnement et la maîtrise de l’énergie (Ademe). Donc, un ordinateur allumé émet plus de CO2 que l’impression de plus de 4 pages après 15 minutes. Je n’en reviens pas!

Attention à vos CC et CCI dans vos courriels

Il y a encore pire. Il semble que les personnes mises en copie dans vos courriels contribuent, elles aussi, à l’émission de CO2. À un point tel, Lire la suite